Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- opinions -
Echecs : la France avance un petit pion en B4
Échecs : La France avance un petit pion en B4 Ce petit pion s’appelle Michel Hunault. Il est député UMP à l’assemblée nationale et est originaire de Châteaubriant ( 44110 ). Ce petit pion, ayant pris connaissance du malaise créé au sein de la population bretonne par la séparation du département de Loire-Atlantique
Paul Chérel pour Paul Chérel le 23/12/03 10:39

Échecs :

La France avance un petit pion en B4

Ce petit pion s’appelle Michel Hunault. Il est député UMP à l’assemblée nationale et est originaire de Châteaubriant ( 44110 ).

Ce petit pion, ayant pris connaissance du malaise créé au sein de la population bretonne par la séparation du département de Loire-Atlantique de la région à laquelle il a toujours appartenu, vient d’avoir l’idée “ brillante “ de régler ce problème par la fusion des deux régions administratives sorties des chapeaux jacobins, la Bretagne B4 et la région encore plus factice baptisée Pays de la Loire.

Pour ce faire, il a déposé ces jours-ci ( 17 Décembre 2003 ) un “ projet de proposition de loi “ qui serait soumis à l’approbation des deux conseils régionaux puis à un référendum populaire qualifié - il faut quand même faire attention à un résultat inattendu - de purement consultatif.

Le CUAB devrait donc être content. Le voilà donc son référendum tant souhaité même s’il ne voyait pas les choses tout à fait de la même façon !

Par cette “ fusion “, Michel Hunault voit une harmonisation des politiques régionales, une association des tissus économiques et industriels performants que les deux régions ont su élaborer, un maillage de pôles d’équilibre, enfin tout un tas de “ sornettes “ comme les hommes politiques français savent en inventer à foison et les débiter. Cerise sur le gâteau, Michel Hunault voit cette fusion comme un début de construction du “ Grand Ouest “.

Le “ problème “ breton sera ainsi réglé une fois pour toutes. La Bretagne ne sera pas “ fusionnée “, elle sera tout simplement dissoute.

D’ailleurs Michel Hunault se garde bien de donner un nom à cette nouvelle élucubration administrative.

Voyons maintenant ce que la Bretagne et les Bretons pourraient tirer de positif dans ces “manœuvres “ de haute stratégie.

D’abord, un vote négatif massif lors du référendum envisagé qui prouverait que la Bretagne n’est pas encore prête à disparaître.

Il pourrait en être autrement toutefois si la nouvelle région créée prenait le nom de Bretagne, ce qui réaliserait les vieux rêves de Nominoë et Erispoë, avec possibilité de sécession des départements qui n’accepteraient pas cette annexion comme la Sarthe et la Vendée. On pourrait alors en venir à l’idée de Jean-Louis Le Cuff : une région appelée Bretagne-Armorique au lieu de la Bretagne-croupion actuelle.

Paul Chérel 23/12/03

Diffusion :

Agence Bretagne Presse

Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 9) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons