Des réfugiés pour revitaliser Callac ?

-- Société --

Agenda de Action Pays de Redon
Porte-parole: Émile Granville

Publié le 9/06/22 11:20 -- mis à jour le 12/06/22 15:48
Date de l'évènement : le 09/06/2022 à 12 h

Depuis le début du siècle dernier, la population de Callac a été en constante diminution (3024 habitants en 1975, 2229 habitants en 2019). L’immobilier bon marché du Centre-Bretagne a attiré notamment des Britanniques. En 2016, l’INSEE notait un fort pourcentage de Britanniques à Callac (7,8% de la population) arrivés avant le Brexit. En 2020, Callac était, après Guémené-sur-Scorff, la commune de Bretagne où le prix médian des maisons était le moins élevé (57500 €), près de 10 fois moins qu'à l'Île-aux-Moines. L'effet Covid a entraîné une augmentation des transactions immobilières et des effectifs scolarisés (125 élèves inscrits en juin 2020, 147 élèves en décembre 2020). Le Centre-Bretagne attire une nouvelle population parce que les prix sont bas, tandis que sur le littoral les prix de l’immobilier empêchent les jeunes du pays de s’y installer. Dans les deux cas, il y a une modification de la population.

Les mouvements autonomistes bretons montent promptement au créneau, avec juste raison, concernant les problèmes de logement du littoral et se réjouissent même des réactions presque semblables au Pays de Galles ou en Corse. Presque semblables car pour ces deux derniers exemples les mouvements autonomistes n’hésitent pas à évoquer la mise à mal de l’ethnicité culturelle du peuple gallois et du peuple corse. Alors, la vérité là-bas et la xénophobie ici ? Tout est question d’équilibre, nous sommes bien d’accord ! Alors pourquoi ne pas parler d’acculturation, voire de colonisation, concernant le projet de réorganiser l’économie de la commune de Callac par l’accueil organisée de 100 réfugiés dans la commune ?

Il s’agit d’un projet financé par le fonds privé Merci créé par Marie-France Cohen et géré par ses trois fils. Avec bien sûr en garantie du projet des fonds publics. L’objectif est d’accueillir des réfugiés en utilisant les bâtiments vacants. Les promoteurs du projet ont identifié 75 emplois vacants dans la santé, le commerce, l’agriculture. Les emplois seraient accompagnés par des fonds de dotations pendant dix ans (Le Télégramme, 12/04/2022). Mais pourquoi ne s’intéressent-ils pas aux personnes sans emploi du secteur ? Selon l’INSEE, le taux de chômage des 15-64 ans était de 17,6% dans la commune en 2018, soit 116 chômeurs.

Sous le titre « Callac veut revivre grâce aux réfugiés », Ouest-France (16/04/2022) donne d’autres informations. La municipalité envisage d’acquérir les locaux de l’ancienne école Saint-Laurent pour y installer les premiers réfugiés. Un certain nombre d’entre eux seraient également installés dans divers endroits du bourg pour favoriser la mixité. Lors de la réunion publique du 14 avril 2022, les frères Cohen et la directrice des fonds étaient venus avec des maquettes de revitalisation du bourg réalisées par les étudiants de l’Ecole Nationale d’Architecture de Rennes. De quoi impressionner le public évidemment ! Ouest-France rapporte également que le lendemain de la réunion publique, à l’occasion de la signature de la convention entre la famille Cohen et la mairie, le député de Guingamp, Yannick Kerlogot (LREM), à l’origine de la mise en relation du fonds avec Callac, se dit « extrêmement confiant pour la suite ». Le conseiller régional Arnaud Toudic (tête de liste aux élections régionales de Daniel Cueff en Côtes d’Armor et candidat aux législatives à Guingamp) affirme que « la Région accompagnera ce projet. Vous êtes en train de créer un nouveau monde ». Un nouveau monde, en effet !

La famille Cohen dit avoir travaillé sur le projet depuis 4 ans, en faisant appel à des sociologues, des architectes et des juristes. Des fondements scientifiques, en quelque sorte ! Plus modestement, il s’agit comme toujours d’étudier l’acceptabilité d’un projet concocté à l’extérieur par la population autochtone. Ils ont donc choisi Callac parce qu’il « y a ici une tradition d’accueil, avec dix familles actuellement reçues ». Accueil, générosité, innovation, dynamisme, des nouveaux mots entourloupe pour faire avaler un projet qui solde un échec. Celui d’une commune bretonne qui devrait trouver ses forces en elle-même pour rester elle-même. En fait, une commune en voie d’acculturation et qui n’aurait plus la maîtrise de son destin. Et la langue bretonne dans tout ça ? Ah, j’oubliais, il y a une filière bilingue publique dans la commune voisine de Bulat-Pestivien qui accueille depuis 2016 les élèves de Callac qui le souhaitent. Donc tout va bien !

La famille Cohen n’est pas à son premier essai. Les trois frères lancent Horizon en 2018 et se mettent à la recherche d'un premier village dans l’Essonne. Un village construit de toutes pièces. « L'idée est d'accueillir 70 personnes, des réfugiés, mais aussi 40 % de locaux, afin d'éviter tout ghetto et d'avoir des profils très différents. Nous sommes en train de travailler avec les urbanistes. C'est passionnant. On est au tout début, mais quand ça va sortir de terre, il faudra beaucoup d'argent. » (LesEchos.fr 3/04/2020). En effet, c’est passionnant de faire de la cuisine ethno-démographique avec 40% d’autochtones et 60% d’étrangers ! Un luxe philanthropique que tout le monde ne peut pas se permettre.

Il s’agit donc de faire de Callac un nouveau laboratoire, un nouveau terrain de jeux pour des Parisiens qui ne savent plus quoi faire de leur argent. Ce projet pose un problème de fond pour la Bretagne. Il ne s’agit plus d’accueillir quelques familles de réfugiés intégrées dans la population locale, comme Callac le fait déjà. Le projet est d’une toute autre nature. On passe à un cran supérieur. Il s’agit de revitaliser une commune qui serait en perdition par l’apport organisé d’un nombre conséquent de réfugiés/migrants.

Mais se poser la question du bien fondé de ce projet, ne serait-il pas déjà être d’extrême-droite ? N’ai-je pas pris moi-même un risque moral inconsidéré en écrivant cette tribune ? Il y a eu 45% des suffrages pour Marine Le Pen au second tour des élections présidentielles à Callac. Des partisans assumés de l’extrême-droite qui plus est dans un ancien bastion communiste ? Des pauvres ruraux qui expriment ainsi leur sentiment d’abandon, comme on a coutume de le dire ? Ou tout simplement des gens du peuple qui en ont marre d’être pris pour des cons ? Les mouvements autonomistes bretons qui se préoccupent de l’avenir du peuple breton ont-ils un avis sur la question ? Sujet délicat, voire embêtant, n’est-ce pas …

Emile Granville, le 9/06/2022.

Voir aussi :

4  1  
mailbox
imprimer
Vos 6 commentaires
Ar Vran
2022-06-09 17:09:43
Effectivement vaste sujet…
Et si on demandait aux migrants de parler le breton, est-ce que cela serait approuvé par les frères Cohen ?
(0) 
Per Manac'h
2022-06-09 18:19:28
La colonisation de la Bretagne n'a pas de limites... On commence avec des Européens, puis on passe à la vitesse supérieur avec des extra-Européens ! Autrefois, les régimes autoritaires déplaçaient les peuples puis les remplaçaient ! Aujourd'hui l’État colonial français procède différemment, c'est plus "élégant", mais le résultat reste le même. Breizh d'ar Vrezhoned !
(2) 
Didier Lebars
2022-06-09 20:55:27
L experimentation a deja eu lieu. Les enfants de la Creuse.
(voir le site)
En 2022, ce n est plus de l ideologie mais de la corruption "legale". Un habillage politique sur l extreme droite, l ecologie ... Vote de subventions, prets et les corrompus ont des projets beneficiaires. Le futur de Callac, c est les DOM TOM avec 60% de RSA, un peu de fonction publique. Les anglais ont investi leur argent pour resider. Leurs futurs voisins auront la meme chose par la subvention.
Je suis resident dans un pays ou j ai investi 300k usd pour obtenir cette residence. Ces 300k aurait du creer des emplois dans un village en Bretagne loin des cotes. Les fonds ont fait un aller retour par le Credit Agricole ... l esperance d un investissement en France est negative. Les banquiers sont devenus des controleurs fiscaux.
Dans ce meme village, mon grand pere a autrefois fait des prets sous seing prive pour installer des artisans dans le village. La monnaie avait une valeur. La banque pouvait etre decentralisee. Avant 1955, pas besoin de notaire pour les mutations immobilieres. Un pret prive (pour les altruistes), declaration au fisc formulaire 2062, controle fiscal assure, taux inferieur a l inflation, monnaie massacree par les politiciens.
Milton Friedman : la corruption est proportionnelle au poids de l etat dans l economie.
(0) 
Thomas
2022-06-10 06:02:20
"Emmenez moi au bout de la terre..."
C'est le système français dans toute sa splendeur. On prend à presque tout le monde pour égaliser, aujourd'hui, aussi bien le français que le malien. Ce système, mis en place dans les années 60, continuera jusqu'à ce que le moindre carré d'herbe soit bétonné et occupé. Si il ralentit il s'écroule.
Et si vous désirez, comme vous souligne Didier Lebars, monter un investissement privé, l'ensemble des acteurs de ce système demendera une modeste contribution, un pizzo 'légal', en vous demandant humblement de les faire participer d'une manière ou une autre.
Ici, on voit un projet clé en main soutenu par ceux-là même (pro immigrationiste) qui justifiaient la colonisation de l'afrique pour soi disant civiliser les sauvages, afin d'omettre la traite d'humains pour de simples motifs économiques.
Dans 10 ans, la majorité de la population sera soit à la retraite soit morte.
Ce sujet des retraites, qui va bientôt revenir sur le devant de la scène, en est un des symptômes car pour assurer le niveau de prestations en suivant l'inflation, il va en falloir du travailleur vu qu'on ne peut pas toucher au capital fiduciaire.
Callac deviendra un village de main d'oeuvre pas chere pour la bourgoisie guingampaise.
" Ils ont donc choisi Callac parce qu’il « y a ici une tradition d’accueil, avec dix familles actuellement reçues »."
Tendez la main, on vous bouffera le bras.
Ces cohen ne pourraient ils pas plutôt jouer de leur relation pour arrêter la guerre de proxy entre les usa et la russie qui a lieu en syrie ou au minimum soliciter moults aides internationales comme Zelensky afin que ces réfugiés puissent rentrer chez eux ?
car "il me semble que la misère Serait moins pénible au soleil "
(0) 
Jean Toudic
2022-06-10 07:13:40
demat dit
Une pétition pour s'opposer au projet est disponible ici : (voir le site)
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2022-06-10 08:30:31
Ce qui se passe là à Callac, un exemple de plus parmi tous, me conforte dans ma vieille conception/opposition de ce qu’on appelle très abusivement « le modèle représentatif ».
Il doit être impérativement reconsidéré, redéfini voire même seulement défini dans des limites précises. Si ça ne l’est pas !
Tel qu’il est et a toujours été accaparé, utilisé, manipulé par les partis politiques.
Élections, après élections faites, les élus considèrent de « Droit Absolu » parce qu'élus, pouvoir faire tout ce pourquoi ils n’ont pas été élus, et bien plus qui leur passe par la tête, sans plus tenir compte du peuple, des électeurs ni de toutes leurs promesses. ILS règnent !!!
Petits envieux dans les bas, ils deviennent moyens et hauts envieux, de plus en plus arrogants en grimpant les étages du système, de moins en moins représentatifs, et de moins en moins démocrates !
Je considère depuis longtemps que ce système dit « représentatif », doit devenir « contractuel » entre les électeurs et les aspirants à être élus ainsi que leurs partis sous-marins ! Les élus seraient/sont soumis à un par un contrat électif/électoral !
Pour un mandat de durée déterminée, et suivant les niveaux des mandats (communal, départemental, régional, « national »), ce contrat doit contenir des clauses (promesses), qui devront dans des domaines précis, être réalisables dans le temps du mandat ( créer une commission indépendante, contrôlable et contrôlée d’évaluation technique ).
Au delà du contrat passé, avec les électeurs /le peuple, pour toute modification toutes additions de projets non inclus dans le contrat, prises de décisions en certains domaines comme la fiscalité, l’environnement, l’aménagement,etc… les moyens techniques permettent aujourd’hui de soumettre la révision ou l’accord par un référendum ou une consultation. Après débat approfondi !
Callac ? L’immigration comme bien d’autres domaines ne peuvent être laissés, abandonnés aux seules influences de toutes natures, idéologiques, religieuses, faiblesses, suivismes, fragilités mentales des élus, etc!... Ils ne sont plus ces représentants, représentatifs dans la plupart des domaines de notre société actuelle. Il faut qu’ils le sachent, l’acceptent ou se démettent, je trouve que ça suffit les petits autoritarismes qui font les grands, dans un gant social…Il est temps de penser un pont plus loin !
Bien entendu ce n’est qu’un programme pour non briguant…
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.