Dernière chance avant l'implosion

Le PS en Bretagne c'est fini, terminé. 36 années de trop. Le PS et sa force d'appoint bretonne particulièrement servile, cette union de la gauche qui a ruiné bien des chances de développement économique breton, qui a cassé toute ambition d'une Bretagne prospère, libérale, riche et responsable c'est du passé. L'avenir sera-t-il mieux avec en Marche ? En tout cas les deux vieux blocs sont cassés. A gauche et à droite, ils doivent accepter de faire scissions. A condition que les démocrates intègrent le fédéralisme. Les républicains, eux, continueront dans l'étatisme, le dirigisme, le centralisme, bref la réaction.

En Marche saura ou pas aller dans le sens de l'histoire européenne de la démocratie parlementaire, des parlements régionaux et des autonomies des peuples minoritaires ? Si c'est une république en marche statique (sic) ce sera le dernier quinquennat de cette cinquième république liberticide, étatiste, autoritaire et finalement décadente. Mais ce sera une fin dangereuse, ouverte à tous les vents nauséabonds du populisme et des extrémismes.

Si c'est une marche réformiste, le président Macron peut créer une sixième république moderne, libérale et fédérale, seule et dernière chance d'éviter l'implosion.

©agence bretagne presse

.
Cet article a fait l'objet de 1480 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

alan coraud

Cofondateur de l'Office de Tourisme du Vignoble de Nantes Dirigeant-Gérant de société Auteur du livre "Sauvons le muscadet d'une mort programmée"

Vos commentaires :

Dan draci
Mardi 20 juin 2017

Très bien. Prenons l'exemple des Corses d'abord et soyons attentifs.

Jakez Gwillou
Mardi 20 juin 2017

Espérer un changement structurel de la part des autorités jacobines, c'est poursuivre une chimère que seuls les régionalistes défendent avec les succès que l'on sait. Voir leurs derniers résultats électoraux. C'est oublier la nature intrinsèque de l' Etat français qui, de l'absolutisme royal à la cinquième République, a incessamment mené une politique de centralisation et d'unification, pour maintenir un semblant de cohésion entre ses divers peuples. C'est là, une question de survie pour l'Etat français. L'espérance n'est pas dans une sixième république fransquillonne, mais dans un Etat breton souverain. L'Etat français ne peut se réformer sans s'autodétruire. Tirons-en donc les conséquences !

Alan-Erwan Coraud
Mardi 20 juin 2017

les résultats électoraux sont dus aussi à des positionnements idéologiques en rupture avec les aspirations du peuple breton.

Etre contre tout est une posture " militante bretonne" :

Contre les mines, contre l'aéroport, contre les routes, contre les éoliennes, contre les usines, contre l'élevage intensif, contre les accords commerciaux internationaux... bref contre une Bretagne prospère, riche et besogneuse.

Quant à s'investir dans un mouvement réformiste hexagonal, en effet c'est une chimère.

Martinique, Polynésie, Corse, des députés élus clairement sur un projet d'émancipation nationale.

En Bretagne pour réussir, ne laissons pas des idéologues marginaux monopoliser le projet national pour la Bretagne.

Et comme disait le Plaid Cymru en visite en Bretagne: " Pas d'alliance avec les partis français. Faites comme nous, des petits scores au début puis la réussite pour finir." Ce sera plus difficile en Bretagne bien sûr, car la Grande Bretagne est une démocratie mais si nous sommes en phase avec nos compatriotes, nous finirons par gagner.

Paul Chérel
Mardi 20 juin 2017

Eh Oui ! tout a été cassé, pulvérisé. Finies les vieilleries idéologiques qui ont fait tant de ravages ! Mais, pour ma part je reste assez sceptique quant à la permanence du succès de la vague Macron. En premier lieu, les sortants de Sciences Po n'inspirent guère confiance sur les plans politiques et surtout géopolitiques. Les récents gouvernements français l’ont amplement démontré par leurs incompétences en matière de diplomatie et affaires étrangères. Sur le plan économique, il me semble que c’est le le keynesianisme qui y règne en maître. De quoi mécontenter à la fois le monde patronal et le monde ouvrier et faire fuire le capital au plus vite.. Mais c’est surtout le manque de racines profondes qui causera la mort de l’arbre. La pluralité d’opinions et de provenances culturelles peut être une bonne chose partout ailleurs, mais pas en France. Le Français est incapable de débattre sérieusement. sereinement. Il vient de le prouver au cours de cette “présidentielle“ désopilante. Paul Chérel

Alan-Erwan Coraud
Mardi 20 juin 2017

Oui, Paul Chérel, Keynes est le seul économiste que l'oligarchie française semble connaître !

La relance par l'investissement public, entre autres concepts, certainement à mettre en oeuvre dans un pays à l'endettement abyssal et à la balance commerciale désastreuse !!!

Ils feraient mieux de s'inspirer de Friedrich Hayek, J-B Say ou encore pour les aider un peu et ne pas trop les perturber Léon Walras.

Libre échange et justice sociale ne sont pas incompatibles.

Je partage votre scepticisme vis à vis de la vague Macron qui risque de s'écraser contre le "mur de Berlin" du national-étatisme français qui d'ailleurs n'est pas forcément remis en cause par les macronistes il me semble ?

spered dieub
Mardi 20 juin 2017

Je trouve que vous allez vite en besogne, tout comme Philippe dans son article au sujet de la fin du parti socialiste en Bretagne .Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué .Au fil des années, l'électorat devient de plus en plus versatile .Il y a un antagonisme entre une société de plus en plus consumériste et la forces des convictions .Malgré tout il se peut que le PS tel qu'on l'a connu depuis l'époque Miterrand a vécu .Cependant force est de constater que des forces de gauche bien plus jacobines et populistes prennent la relève menées par un leader hystérique qui me parait plus dangereux que Le Pen et le PC pour les libertés publiques, d'abord par ce que l'on s'en méfie moins .Vous n'êtes pas sans savoir que le front de gauche est arrivé en deuxième position en Bretagne ,et malgré que aux législatives ses candidats n'étaient pas très connus ni compétents .

Vous dites les résultats électoraux sont dus aussi à des positionnements idéologiques en rupture avec les aspirations du peuple breton.

Seulement en ce qui concerne les résultats électoraux certains candidats du parti breton sans doute compétents ,en tenue costar cravate ,ce n'est pas pour les critiquer ,seulement ils ont eu des résultats encore inférieurs aux autres .Alors que malgré tout Troadec et Derrien bien plus marqués à gauche ne s'en sont pas trop mal sortis . Sans prendre position sur ce que vous dites, c'est mon constat qui est d'une approche différente du votre .

Émilie Le Berr
Mardi 20 juin 2017

Macron ou pas. Chance ou pas. L'implosion ou l'effondrement - appelez ça comme vous voulez - aura lieu, juste une question d'un peu de temps. Démocratie, socio-démocrates, libéro-libertaires, progrès, fédérale etc... ne sont que du décor. Aujourd'hui c'est la france des écoles de commerce qui est au pouvoir. Tant pis pour nous

Jacques
Mercredi 21 juin 2017

La Bretagne, et notamment le milieu militant, a fait le choix du Socialisme il y a déjà plus de 40 ans.

En fait de Socialisme, peux-être devrait-on dire le choix du" main stream" (de la pensée unique ou de l'absence de pensée propre)"... plus sûr moyen de ne pas être critiqué pour ses idées...

En fait, il n'est pas besoin d'être politologue émérite pour noter que les Bretons fuient tout ce qui pourrait représenter une initiative démocratique provenant d'eux-même.

Les partis politiques sont totalement timorés et pratique eux-même l'autocensure... jamais un article sur les migrations et l'utilisation abusive du terme réfugiés... comme si la Bretagne ne vivait pas en Europe avec la préoccupation des Européens.

Comment prétendre à une gestion démocratique quand il existe des sujets sociaux et économiques qui seraient par nature prohibés jusqu'au déni...

On notera que le déni de cette question tout son évocation obsessionnelle peut apparaître à juste titre comme une pathologie anti-démocratique.

Aucun célébrité ou élite économique s'impliquant politiquement en Bretagne.

Aujourd'hui, il est devenu impossible d'évoquer la culture ou l'identité bretonne sans l'utilisation systémique des mots internationnals, ouvert sur le monde, solidaire, comme autant d'excuses pour oser s'exprimer sur nous-même...

Un exemple démonstratif concerne l'unique succès du mouvement breton au cours de ces dernières 40 années : Diwan.

Jamais un article sur le financement de Diwan à seulement 50% par l'état alors que les textes sur les droits de l'enfant impose aux états un financement intégral;

Jamais un article sur une croissance des enfants scolarisés de seulement 3 à 4 % pour une école dont les résultats scolaires sont excellents et dont la démarche respectueuse du développement de l'enfant est particulièrement favorable. Et cela dans un contexte ou les écoles alternatives à l'école centralisé de l'état (Éducation Nationale) se développent fortement.

Jamais un article sur nos élus de proximités qui refusent le payement du forfait municipal, discriminant leurs propres enfants au nom de principes douteux, ce qui induit des difficultés de financement des établissements et de recrutement des personnes non enseignantes.

Jamais un article pour évoquer que Diwan ne représente que 1% des enfants de Bretagne et que seuls 3% reçoivent un enseignement en breton allant de la simple initiation à la maîtrise de la langue.

Jamais un article pour évoquer l'absence d'enseignement de l'histoire de Bretagne (qui n'est pas interdite mais seulement absente des programmes) comme si la langue était un tout culturel et que connaître l'histoire de ses ancêtres était un superflu voir une déviance.

En conclusion :

Il est possible de dire qu'aujourd'hui le frein à la démocratie pour les Bretons provient plus des Bretons eux-mêmes (de leur autocensure démocratique) que de l'état jacobin. En effet et à la différence de la Corse, aucune avancée n'est perceptible en Bretagne alors que l'état jacobin n'a jamais été aussi affaibli...

Aujourd'hui, tout fonctionne en Bretagne comme si la faiblesse de l'état jacobin induisait une faiblesse du mouvement breton.

Naon-e-dad
Mercredi 21 juin 2017

Je suis assez d'accord avec vous. Il faut espérer - au moins sur un plan social - que Macron réussisse à stabiliser le pays. Quand on voie la vitesse à laquelle les choses se dégradent, notamment depuis deux ou trois ans, par exemple dans les rues et les quartiers (je parle pour Nantes), il n'y a plus beaucoup de temps à perdre.

Ou l'Europe se ressaisit et elle peut éviter bien des malheurs. Ou alors nous n'en sommes encore qu'au hors-d'oeuvre (en matière d'attentats et de noyautage du système, par exemple) et dans ce cas attention au plat de résistance, qui s'annonce... Dans tout çà, les socialistes ont évidemment une responsabilité écrasante. Ils ne sont pas le seuls. Quant aux extrêmes actuels nouvellement intronisés (groupe mélenchoniste ou amas lepeniste), dont les têtes d'affiche ne ne sont rien d'autres que hâbleurs et tribuns sans âge, en tout cas dangereux et incompétents, et jacobins de haut vol, ils ne feront que bloquer, aviver les tensions, jeter de l'huile sur le feu... des mots et des réalités sociétales. Bref, il ne faut pas compter sur eux pour éteindre l'incendie, mais ils seront là pour l'allumer ou le propager...

Bien sûr, sur le plan économique, je suis plus confiant. Pour ceux qui voyagent dans le train de l'innovation technique et des nouveaux savoirs-faire.

En résumé: élan économique, imprévisible dans ses effets, et déferlement culturel, porteur d'une anthropologie d'un autre âge. Voilà les deux fondamentaux de l'époque. Quel politicien prend en compte ces deux enjeux? Aucun à mon sens.

Je voudrais me tromper, mais ce que je dis est sans doute influencé par ce que je ressens en regardant la ville

Ha bremañ, petra d'ober? Que faire? Marteze ne chomo nemet da bediñ evel ma lâre din ur mezeg...daou pe dri vloaz zo...

Léon-Paul Creton
Mercredi 21 juin 2017

Mr Coraud

" Etre contre tout est une posture " militante bretonne":'"

« Contre les mines, contre l'aéroport, contre les routes, contre les éoliennes, contre les usines, contre l'élevage intensif, contre les accords commerciaux internationaux... bref contre une Bretagne prospère, riche et besogneuse. »

L’on peut penser qu’un certain nombre de Bretons ressent dans son inconscient et refuse toute exploitation des richesses locales, qui ne serait pas décidée et régulée par des instances radicalement bretonnes au service de la Bretagne et des Bretons.

Une autre partie des Bretons, alors eux bien conscients des pillages anciens, des dangers et séquelles, les refusent aujourd’hui et veulent si elles deviennent nécessaires et décidées après études par les BRETONS, que cela se fasse sous certaines conditions de retombées financières et de précautions écologique ! Et au terme des exploitations et bouleversements environnementaux, que la réhabilitation des sites soit prévue et réalisée dans des conditions préalablement prévues ! Et toujours pour et par la collectivité bretonne en phase de re-développement urgent et vital !

L’on pourrait aussi penser et dire qu’une attitude anti-tout d’une partie des "Bretons", voudrait dire que ceux-ci en ont plus qu’assez qu’en Bretagne toutes les décisions sur l’exploitation des ressources, les prospections, les projets et les politiques industrielles et les pseudo développements dérisoires, etc…soient déterminés, imposés, réglés de et à Paris sans que la populations ne participe, n’ait un avis quelconque à émettre et que les bénéfices, profits aillent à d’autres et/ou ne soient qu’une pauvre et illusoire promesse de quelques emplois qui encore ne profiteraient même pas aux Bretons, ni à leurs enfants.

Enfin une autre part de retraités, ou pas encore, d’origine bretonne, ou pas le plus souvent, après avoir par le fruit de leur travail enrichi d’autres lieux, surtout l’Île de France, veulent retrouver un coin de Bretagne paisible , préservé, naturel pour y passer une retraite à leur goût et sans être dérangés ! Avec des Bretons dé-gizés leur assurant des Fêtes de Cornouailles, des Filets Bleus, des Genêts et des Bruyères, et des FIL d’an Oriant , et des Chants de marins, et des rassemblements de vieux gréements arrangés pour leurs bons plaisirs, etc… Ceux-là, parfois un pied dans la tombe, veulent effectivement que rien ne bouge en Bretagne.

Paradoxalement, ce sont eux, qui sont les plus présents contre le "dépeçage" organisé de la Bretagne pour laquelle ils n’ont, pour un certain nombre, d’autres projections que celles citées plus haut…Ils protègent donc ce qu’ils considèrent comme étant leur " art de vivre"…(^0^)

Monsieur Coraud, si sous vos pieds (de vigne), se trouvaient des « terres rares » et que Variscan (ou Vinci) s’arrange, à Paris pour vous déposséder et tirer profit de « votre » sous sol… ? Non seulement le vôtre mais de tout le vignoble breton …de Nantes ?

Paul Chérel
Mercredi 21 juin 2017

@Alan-Erwan Coraud. Votre premier commentaire. Ce qui distingue foncièrement la Bretagne des autres "conquêtes" hors Hexagone, c'est que le Breton est façonné français depuis sa naissance par l'Education dite nationale qui élimine tout autre système d'éducation et de pensée. C'est vrai pour l'Histoire, c'est vrai pour la langue, c'est vrai pour la réflexion individuelle. Liberté absente malgré la devise républicaine ! Le Breton n'a rien de commun avec le Britannique, l'Allemand, le Suisse, etc. sur ce sujet de l'indépendance spirituelle. Une petite manifestation d'humeur, une fête réussie et voilà son bonheur. Quant aux militants bretons, ils restent effectivement à côté de la plaque, avec leurs oppositions puériles de type copier-coller en provenance des fausses sciences écolo. Cela dit, ils en arrivent à se tirer une balle dans le pied, ne serait-ce que concernant les activités agricoles et industries agroalimentaires. C'est bien cet aspect de la question qu'ils doivent examiner en premier comme le conseillent les membres du Plaid Cymru. Laissons de côté ce que disent et pensent les Français. ils sont et resteront encore longtemps des demeurés dans un monde évolution permanente. Paul Chérel

spered dieub
Mercredi 21 juin 2017

Cette fois je partage l'avis de Leon ,surtout sa bonne analyse concernant les mines .

Lheritier Jakez
Mercredi 21 juin 2017

Des députés élus bretons pro réunification:Macron(Mr Molac),LR(Mr le Fur),UDI.(MrBenoit)....

Les scores de Troadec,Derrien,.....

Une député élue en Vendée, Modem(Mme Galerneau)a été à Bretagne Réunie Pornichet,..

3 élus députés corses.

Des scores à analyser sur les autres territoires -Alsace,Pays Basque,Pays Catalans,etc...

Connaître la situation dans les DOM TOM ?

Constituer un groupe de liaison et d'actions..Est ce envisageable ?

Il faut dépasser les clivages et les clichés faciles.

En Bretagne,comme ailleurs.

Benêt Le Breton
Mercredi 21 juin 2017

"Ma nation, c'est La République" française = Hamon benoit,

En Bretagne, à la Saint-Macron tout le monde prend le train En Marche, de la nouvelle religion.

N'oublions pas la Saint-Mélenchon car "La République c'est notre religion" = Mélenchon pour la présentation de ces députés à la TV mardi 20 juin 2017.

Pays de Bretagne, terre sainte si l'en est,

n'a plus d'Histoire pour ses enfants,

à l'écoute d'un Le Drian ou d'un Hamon,

et autres bonimenteurs,

d'un roman national sans histoire.

Tous ont lâché le Fillon bonimenteur,

et autres Parlementeurs,

A la recherche d'un Saint sauveur,

les bretons suivent le nouveau berger

l'élu des mèdias, à la St Macron,

pour réunir les 2 régions,

à défaut d'une nation,

les bretons se contentent d'une colonie,

Bretagne toujours terre de religions !

Lheritier Jakez
Mercredi 21 juin 2017

J'ai oublié:

Pour la Bretagne:le député ex vert et Macron de Loire Atlantique:De Rugy,pour la réinification..

Et Jean Lassale le Béarnais...

Benêt Le Breton
Jeudi 22 juin 2017

errata, la phrase exacte :

du Député Saint-Mélenchon à la TV : "Nous sommes pétris de la Religion Républicaine"

yanneutch
Samedi 24 juin 2017

Moralité : rien à demander, tout à faire, tout à construire.

Les Bretons (les gens, pas ceux qui s'en revendiquent) détestent la pleurnicherie, la subventionnite, les ouin-ouin, les bouinous. Et c'est tout ce qu'on représente pour Yann Vreton : des pleurnichards pas foutus de s'assumer.

Écrire un commentaire :

Combien font 6 multiplié par 5 ?

Publicités et partenariat