Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Dépôt d'une plainte auprès de la Cour européenne des Drois de l'Homme

Dépôt d'une plainte du Collectif breton, démocratie, droits de l'Homme auprès de la cour de justice du Conseil de l'Europe à Strasbourg. Rapide rappel de la fameuse chanson du chanteur et « humoriste » Jackie Berroyer qui motive cette plaint « Ah, connaissez vous bien la Bretagne, avec ses femmes en coiffe et ses hommes vêtus de pagnes, leurs enfants sont hydrocéphales,

pour Collectif Breton pour la Démocratie et les Droits de l'Homme le 25/01/07 20:25

Dépôt d'une plainte du Collectif breton, démocratie, droits de l'Homme auprès de la cour de justice du Conseil de l'Europe à Strasbourg


Rapide rappel de la fameuse chanson du chanteur et « humoriste » Jackie Berroyer qui motive cette plainte : « Ah, connaissez vous bien la Bretagne, avec ses femmes en coiffe et ses hommes vêtus de pagnes, leurs enfants sont hydrocéphales, les garçons aussi méchants que les filles sont sales, refrain : en Bretagne, en Bretagne, on boit du jus d'andouille et du sirop d'artichaut et nus dans la lande, ronds comme des chapeaux, on fait la nuit dans la lande des rondes à la lueur des fars aux pruneaux, et de Quimper jusqu'à Concarneau, on voit passer des femmes promenant des porcs dans des landaus pendant que leurs marins de maris se soulagent dans les flots et refusent de signer le protocole de Kyoto, et dans les fest-noz qui sont des fêtes nases, ne vous montrez pas chauds comme la braise, vous risquez de prendre dans les grelots par une Paimpolaise un vieux coup de sabot. Ah ! les Bretons sont vraiment immondes, ils mangent leurs enfants au lieu de se fournir au Tiers Monde, si on leur reproche ça les fait marrer c'est leur humour moche Noire comme leur marée ».

L'association est représentée par Me Choucq, avocat au barreau de Nantes

« Ces propos », écrit-il dans son argumentaire, « qui critiquent l'humour des Bretons au nom d'un humour prétendu en qualifiant les enfants de ceux-ci d'hydrocéphales, de méchants, de sales, de porcs, et accusent les Bretons de cannibalisme, d'alcoolisme et de violence incitent incontestablement à la haine envers le groupe de personnes ainsi désigné ». Il rappelle ensuite les différentes plaintes déposées et procédures suivies par l'association depuis mars 2006 auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris et les réponses refusant de statuer, au motif « qu'il n'apparaît pas opportun d'engager une procédure qui n'aurait pas de chance d'aboutir qu'au prix d'un revirement de jurisprudence ».

Aussi l'avocat met-il l'accent sur les constats suivants :

« L'appréhension restrictive du droit français de la notion de groupe de personnes à raison de leur origine est discriminatoire, alors qu'en l'espèce, il existe une langue bretonne spécifique reconnue par l’État français et enseignée y compris dans les structures d'enseignement public, une région administrative dénommée Bretagne, même si elle ne recouvre pas l'intégralité de la zone géographique dans laquelle résident les personnes qui se revendiquent comme bretonnes, caractérise outre l'histoire, l'existence et la réalité de cette communauté de personnes ».

Il poursuit « sur l'atteinte au principe du droit à un procès équitable. Le dénigrement grossier et insultant d'un groupe personnes auquel sont imputés, sous couvert du droit à la création artistique et d'humour prétendu, des tares, des pratiques inhumaines et des comportements déviants constitue incontestablement une atteinte à chacun des membres de ce groupe de personnes et est de nature à provoquer le mépris et la haine envers les membres de ce groupe.

Et l'avocat d'observer : « Préservant sa conception philosophique et constitutionnelle du droit, l’État français confond systématiquement le principe d'égalité avec celui d'identité. Pourtant, sa loi et sa jurisprudence admettent, poursuivent et condamnent les discriminations commises à l'égard d'autres groupes qui n'ont pas davantage de statut juridique que les Bretons.

Ainsi, des propos similaires tenus à l'égard des juifs, de musulmans ou des citoyens originaires des anciennes colonies françaises auraient à coup sûr et sans restriction été poursuivis et condamnés au regard de la jurisprudence interne existante, et les associations représentatives de ces groupes ou communautés déclarées recevables à agir ».

D'où ce dépôt de plainte devant la juridiction européenne, la possibilité de tout recours auprès de la justice française étant épuisée.

Voir aussi :
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1609 lectures.
logo
Le Collectif breton pour la démocratie s'est constitué le 28 octobre 1999 à Carhaix, à l'initiative d'un groupe de citoyens de l'ensemble de la Bretagne. Il propose que se joignent à son appel toutes celles et ceux qui font vivre la Bretagne d'aujourd'hui. En respectant les principes fondamentaux de la démocratie, des Droits de l'Homme et de l'attachement à la diversité et l'expression culturelle de tous les peuples. N'est donc pas concernée par cet appel toute personne dont les actes ou les propos relèvent du racisme et n'accepte pas la différence culturelle.
Voir tous les articles de Collectif Breton pour la Démocratie et les Droits de l'Homme
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 4 ?