Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- -
Départ de Frederig ar Bouder de la présidence d'Adsav
Je souhaite faire part aux adhérents et sympathisants d'Adsav, ainsi qu'à toutes celles et ceux qui s'intéressent de près ou de loin à la vie politique bretonne de ma décision de quitter mes fonctions de président du parti du peuple breton et de cesser tout militantisme politique. Le Kuzul Meur a reçu ma démission le 22 janvier 2010 et cette annonce entérine mon départ avec effet immédiat.
Frederig Ar Bouder pour Adsav!, Strollad pobl vreizh le 8/02/10 9:47

Mignoned ker, chers amis, chers compatriotes !

Je souhaite faire part aux adhérents et sympathisants d'Adsav, ainsi qu'à toutes celles et ceux qui s'intéressent de près ou de loin à la vie politique bretonne de ma décision de quitter mes fonctions de président du parti du peuple breton et de cesser tout militantisme politique. Le Kuzul Meur a reçu ma démission le 22 janvier 2010 et cette annonce entérine mon départ avec effet immédiat.

Ma décision est motivée par l'évolution politique en Bretagne. Bien que l'idée bretonne jouisse actuellement d'un regain de visibilité, l'esprit de coopération et de conciliation font plus que jamais défaut, toutes tendances politiques confondues. Je m'inscris en faux contre l'idée certes confortable mais erronée que la division de notre « sensibilité bretonne » en multiples courants antagonistes puisse générer quoi que ce soit de positif. La Bretagne n'est pas dans la situation d'une nation libre où les citoyens pourraient choisir sereinement entre des projets concurrents. Elle est une nation sans droits qui doit faire front pour survivre.

Reconstruire une nation sans commencer par vouloir vivre ensemble est illusoire. Pour un peuple sujet, seule une force fédératrice permettrait d'avancer sur la voie de l'émancipation. Il importe donc de trouver les points de convergence, au lieu d'appuyer sans cesse sur les divergences. Alors que femmes et hommes politiques devraient montrer l'exemple d'une recherche créative du bien commun, ces « élites » préfèrent trop souvent ignorer le désir d'unité qui s'exprime au sein du peuple.

Fort de ce constat, et conscient de n'avoir pu - malgré des objectifs clairs et des efforts soutenus - rassembler assez de bonnes volontés autour du Parti du Peuple Breton, j'ai pris la décision d'œuvrer pour l'unité dans des lieux et selon des modalités qui transcenderont les logiques partisanes. Je souhaite bon courage à mes anciens compagnons de route, à tous ceux qui m'ont encouragé et aussi à ceux qui, par préjugé ou ignorance, se sont installés dans la posture d'adversaires politiques au détriment de la cause bretonne.

Bevet Breizh!

Frederig ar Bouder

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2888 lectures.
Vos 11 commentaires
Pierre CAMARET Le Mardi 31 août 2010 23:27
Comme je partage ,ses sentiments.Je ne suis pas de son EX Parti , mais Frederig est un homme courageux.
(0) 

Patrick Piarais Le Mardi 31 août 2010 23:27
Monsieur Frederig Ar Bouder, Votre communiqué est celui d'un véritable chef de peuple. C'est ce langage que j'attendais depuis toujours. Il résume ce que tant de Bretons pensent , en désespoir de cause. J'espère que votre départ sera un commencement et non une fin.
(0) 

Fabrice Le Meur Le Mardi 31 août 2010 23:27
Je suis pour une fois ravi d'un communiqué émanant de ce parti, bien que ça reste une non-info, comme souvent avec eux. Cela tombe bien qu'il parte, la majorité des bretonnes et des bretons ne souhaitent effactivement pas vivre avec de telles personnalités aux idées malsaines. Bon vent !
(0) 

Jilber Ar Rouz Le Mardi 31 août 2010 23:27
Voilà un texte clair et précis comme il en faudrait tout le temps, au contraite de trop nombreux monologues égocentriques. Les intérêts économiques et personnels conduisent les hommes. Les moments de rassemblement sont rares au contraire des moissons de trahisons. Il faut cependant que ceux et celles qui ont conscience de la voie à suivre doivent poursuivre sans relâche le travail de labourage des esprits. Maintenez votre cap le sillon creusé finira par se voir y germront alors les graines en sommeil.
(0) 

Yann-Fañch Kernevez Le Mardi 31 août 2010 23:27
Frederig Ar Bouder a tenté de modérer les militants d'un parti jugé extrême, à l'extrême droite d'une assemblée bretonne qui n'existe pas, mais ceux-ci ont préféré continuer à se revendiquer de la droiture la plus infaillible. Par le même temps, fort d'une image peu flatteuse, Adsav a du sous la présidence Bouder, se contenter de recevoir les blâmes et les jets de paroles haineuses traditionnels au parti de la part du reste de l'Emsav alors que ces derniers continuaient à ne rien comprendre à ce qui se passait chez Adsav sous le commandement Bouder : aucun des deux camps n'a pu s'entendre, n'a pu discuter, n'a pu oeuvrer... pour la Bretagne. Renforcement d'une identité de gauche d'un côté, rejet d'un capitalisme assaillant mais manipulable, et entêtement des adsaverion à penser une Bretagne - trop - traditionaliste. Qui aurait raison alors ? Adsav ou UDB/PB/PSB/et autres ? Qui arrive à s'entendre déjà ? PB et PSB... et encore nous assistons à l'expression de l'accord cordial ni plus ni moins ! Chaque chapelle a son prêcheur, chaque prêcheur ses fidèles, et eux s'empressent de détruire leur diocèse pour une histoire de couleur de toge ! Le départ de Frederig Ar Bouder sonne comme un renouveau pour l'Emsav : Adsav se déchirera, les autres se bâteront pour se noyer dans une majorité socialiste dévouée à la cause bretonne (dévouée à la cause bretonne au ps = augmentez la production de cidre !), et tous ensemble, nous détruirons nos monuments et nos dogmes pour l'avènement d'une nouvelle religion : la Bretagne ! Enfin. Le fait que Monsieur Bouder ai pris la décision de soutenir moralement, à titre personnel, la candidature de Christian Troadec aux régionales 2010, n'est pas à prendre au sens d'une manipulation politique - l'étiquette ne fait pas le produit - en atteste le départ de M. Bouder du parti Adsav ! Qui veut alors se battre pour la Bretagne ? Cessez vos chamailles de villages et faîtes ainsi : unissez vous ! A Galon, bevet breizh dieub
(0) 

jean-françois Borgat Le Mardi 31 août 2010 23:27
Le discours sonne juste et vrai. Mais les bretons sont sourds, à tout discours d'union. Si j'étais jacobin je dirais Champagne !
Bevet Breizh ma bro !
(0) 

Eric Launay Le Mardi 31 août 2010 23:27
Nicolas Sarközy à l'Ecole polytechnique le 17 décembre 2008 :
"Quel est l'objectif ? Ca va faire parler, mais l'objectif, c'est relever ledéfi du métissage. Défi du métissage que nous adresse le 21ème siècle. Ce n'est pas un choix, c'est une obligation. C'est un impératif. On ne peut pas faire autrement. Au risque de nous trouver confrontés à des problèmes considérables. Nous devons changer, nous allons changer. On va changer partout en même temps, dans l'entreprise, dans les administrations, à l'éducation, dans les partis politiques. Et on va se mettre des obligations de résultat. Si ce volontarisme républicain ne fonctionnait pas, il faudra alors que la République passe à des méthodes plus contraignantes encore". Il y a deux façon de voir le monde celui du président de la République française précisée ci-dessus et celle qui est du côté de la Nature. Tout le reste n'est que baliverne. L'unité avec des gens qui pensent comme le système en place est idiot quand on combat celui-ci. Que ce soient avec des braves gens ou avec des nihilistes énervés qui pensent comme Nicolas Sarkösy, qu'avons-nous de commun ?
(0) 

Renée Mazé Le Mardi 31 août 2010 23:27
Malgré ce discours, assez satisfaisant je dois dire, qui peut préjuger que ce monsieur n'aille pas dans 1 ou 2 ans créer un autre groupement, las de ne plus avoir la une de quelques rares gazettes ? Pas moi en tout cas...
(0) 

Thierry Le Béhérec Le Mardi 31 août 2010 23:27
ah que la cause bretonne est dure ; tenter d'unifier les bretons sur le terrain politique était évidemment un leurre ; cela reste néanmoins possible mais sans parler d'immigration ; ce qui devient absurde, masochiste, suicidaire ; ce qui revient à faire de la politique française faîte de non-dit, de mensonge, d'hypocrisie ; allons donc vers le métissage (nazisme à l'envers pour ceux qui ne veulent toujours pas comprendre) et vive une future bretagne (libre ?) composée d'un petit pourcentage d'indiens d'armorique (pour ne pas faire raciste) et de français d'à côté ou d'ailleurs ; comme on dit "nos ancêtres vont se retourner dans leurs tombes" ; il faut choisir son camp : celui de la liberté, du respect des peuples ou celui de la trahison
(0) 

Pierre CAMARET Le Mardi 31 août 2010 23:27
J'attends le resultat des elections Regionales pour faire d'autres commentaires. J'ai deja mes idees ... je souhaite me tromper .
(0) 

Erwan Josset Le Mardi 31 août 2010 23:27
C'est un homme d'exception, n'ayons pas peur de le dire, qui quitte aujourd'hui non pas seulement son propre parti mais surtout la sphère politique du mouvement breton. Frederig Ar Bouder est un homme d'exception au sens où il a toujours privilégié l'intérêt breton à celui du partisan qu'il fût pourtant. L'Emsav perd donc là un homme de rassemblement, chose exceptionnelle si l'on se donne la peine de jeter un oeil vers les pseudo-rassembleurs à l'esprit étriqué qui sont aujourd'hui dans les starting-blocks pour les prochaines échéances électorales. Une perte importante donc pour la Bretagne mais certes pas pour Le PPB, car heureusement notre mouvement regorge de personnalités de valeur, cela ne manquera pas de rassurer le landerneau de l'Emsav. Trugarez Vraz Frederig pour le travail accompli, pour ton intégrité légendaire et cette bienveillance naturelle appréciée d'ailleurs autant par les tiens que par tes adversaires. kénavo dit Frederig, Degermat Ronan !
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons