QUESTIONS AU GOUVERNEMENT – Question écrite n° 9779 sur les conséquences de la suppression annoncée de 4 000 postes au sein de Pôle emploi d’ici à 2022.

Question publiée au JO le : 26/06/2018

Texte de la question

M. Paul Molac attire l’attention de Mme la ministre du travail sur les conséquences que pourrait engendrer la suppression annoncée de 4 000 postes au sein de Pôle emploi d’ici à 2022. En effet, dans un contexte de baisse du chômage, il a été annoncé que près de 4 000 postes allaient être supprimés au sein de l’agence publique de l’emploi, dont, pour la seule année 2018, la suppression de 1 380 contrats aidés et de 297 CDI, et cela sans compter les 1 000 départs à la retraite non remplacés. Or, alors que la précarité du travail augmente (augmentation des contrats courts, des temps partiels) et qu’une évolution du marché est à tout moment susceptible de faire basculer de nombreux administrés dans le chômage, l’accompagnement individualisé et personnalisé des demandeurs d’emploi mérite d’être conforté. Aujourd’hui, en moyenne, chaque agent doit gérer un portefeuille de 300 à 600 chômeurs, un nombre important qui, par nature, complique le suivi et les mises à jour des situations individuelles. Logiquement, la suppression des emplois au sein de ce service public conduira à une augmentation significative des dossiers à suivre et donc à une surcharge de travail pour les agents qui ne pourront pas correctement honorer leurs missions. Cela aboutira, à terme, à une dégradation notable de la prise en charge des demandeurs d’emploi. En outre, dans un contexte où l’on tend à numériser les services, beaucoup de demandeurs d’emploi sont amenés à effectuer leurs démarches en ligne. Il s’agit d’un mode de fonctionnement, qui s’il peut paraître adapté à certains, ne l’est pas pour d’autres. Certains ont besoin d’être humainement aiguillés dans leurs démarches du fait de leur fragilité, de leur isolement, ou de leur méconnaissance de l’informatique. De plus, à l’heure où l’on annonce vouloir renforcer les dispositifs d’accompagnement, notamment dans le cadre du projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », des coupes budgétaires significatives, pouvant atteindre les 4 milliards d’euros sur la période 2018-2022, devraient directement affaiblir le fonctionnement de l’agence publique pour l’emploi. Aussi, il lui demande si, au regard des conséquences qu’un tel projet implique, le Gouvernement compte maintenir ces dispositions.

Réponse publiée au JO : le 03/07/2018

Texte de la réponse

Conformément aux orientations fixées par le Président de la République, le gouvernement s’est engagé à réduire d’ici 2022 les déficits publics dans le respect des obligations de la France au niveau européen. Le ministère du travail se doit, à l’instar de l’ensemble des ministères, de contribuer à son niveau à l’effort de maîtrise de la dépense publique, dans un contexte de reprise de l’activité économique, mais également d’intégrer la qualité du service rendu par Pôle emploi. A ce titre, de la même manière que la hausse du chômage a donné lieu à un renforcement très significatif des moyens de Pôle emploi (recrutement de 2 000 CDI en 2012 et de 2 000 CDI en 2013), l’évolution des effectifs de Pôle emploi doit naturellement être articulée avec l’évolution du chômage (nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi) dans les années à venir, cette évolution ayant un impact sur la charge de travail des conseillers. Des réflexions sont en cours à ce stade sur différents scénarios d’évolution. En outre, des gains de productivité sont attendus au sein de Pôle emploi, grâce notamment à la mise à disposition de nouveaux outils numériques. Ces évolutions liées à la baisse du chômage et aux gains de productivité permettront ainsi à Pôle emploi à la fois de répondre aux nouveaux enjeux liés à la mise en œuvre du programme présidentiel (notamment l’ouverture de l’assurance chômage aux démissionnaires et aux indépendants) et de contribuer à l’effort de maîtrise de la dépense publique.Ce communiqué est paru sur Le blog de paul Molac

Voir aussi :

mailbox imprimer