Comment sortir de la prison jacobine du PS et de l'UMP ?

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton - Strollad Breizh
Porte-parole: Yves Pelle

Publié le 14/03/13 21:40 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Comment sortir de la prison jacobine du PS et de l'UMP ?

La politique française comprend deux partis dominant dont le but est le même : se partager le pouvoir, capter les élites qui perpétueront le système institué par la révolution bourgeoise et parisienne de 1789.

Le Parti Breton n'attendait rien du règne de l'UMP et de M. Sarkozy et a mis en garde les Bretons de croire au miracle du PS en la personne de M. Hollande. Certains partis en Bretagne ont cru que le « grand jour » était arrivé, que la Bretagne allait enfin être reconnue dans ses frontières et à travers son peuple, que ses langues allaient bénéficier de conditions favorables à leur enseignement à tous les niveaux et que ses élus politiques seraient autorisés à gouverner leur pays démocratiquement en tenant compte de ses spécificités et des besoins de ses habitants.

Il est beau de rêver et de croire en un avenir meilleur mais il faut aussi écouter les leçons de l'histoire. 1981, avènement de François Mitterrand, tous les bretons progressistes ont cru aux discours promettant des acquis pour la démocratie des territoires et la reconnaissance du breton dans la vie publique. 30 ans plus tard, les seules avancées ont été obtenues grâce au travail de quelques militants de terrain qui ont su détourner les lois, passer par dessus, et se battre bec et ongles pour obtenir des miettes.

Aujourd'hui, les réformes annoncées vont en sens inverse, non seulement il n'y a aucun acquis nouveau mais nous risquons d'en perdre. Le projet de réforme de l'enseignement ne mentionne à aucun moment la place des langues régionales, sinon en dehors de l'horaire de classe et à la charge des collectivités territoriales et le projet de ratifier la charte européenne des langues minoritaires est abandonné. La « décentralisation » dont le but devrait être de supprimer des échelons administratifs pour une meilleure lecture des pouvoirs politiques par le citoyen en crée de nouveaux. Rapprocher les décisions au plus près des acteurs de terrain ? Vous n'y pensez pas, la situation économique pourrait s'améliorer et les Bretons remarquer que plus d'autonomie leur est favorable et en vouloir toujours plus.

Bien sûr, il faut descendre dans la rue comme le prônent certains. Mais combien de fois avons nous organisé des manifestations gigantesques, à l'échelle de la Bretagne et des thèmes soutenus, sans relais dans les médias et avec une réponse méprisante des pouvoirs politiques français : quelques pèlerins !

Le Parti Breton le clame depuis des années à la mesure de ses moyens et d'une censure continuelle de la part des médias : IL N'Y AURA PAS DE SOLUTION POUR LA BRETAGNE AUTRE QUE POLITIQUE. LES BRETONS DOIVENT, A TOUS LES NIVEAUX DE LA SOCIETE, SE REUNIR AUTOUR D'UN PROJET PROPRE A LEUR TERRITOIRE ET UTILISER LE VOTE BRETON COMME UNE ARME DEMOCRATIQUE.

Actuellement l'économie française est dans un état catastrophique et l'économie bretonne qui a su résister un moment va être entrainée dans le raz de marée. Le breton est en voie de régression énorme et ce n'est pas la progression actuelle d'ouverture de classes qui pourra inverser la tendance. La Bretagne est toujours amputée d'une partie de son territoire et tout laisse à penser que la France n'a d'autre projet que de la faire disparaître purement et simplement de la carte en créant le « Grand-Ouest »

Oui, les Bretons doivent réagir, en votant breton, en refusant les alliances avec les partis français pour les élections d'Etat. La seule et unique porte de sortie est la voie des urnes.

mailbox imprimer

Vos commentaires :

eugène Le Tollec
Vendredi 15 mars 2013

à yves Pelle

excellent

La seule issue est bien le vote sur la présentation d'un credo breton et national,il faut bouter les partis français de toute élection.

Moi je suis dans l'expectative de voter blanc si rien ne me plait.

Hier je lisais quelques éléments sur la guerre civile des idées(france-Valeurs).

Il nous faut donc combattre.

G Kerouanton
Vendredi 15 mars 2013

Au parti Breton (ceci n'est pas écrit pour paraître sur ABP): il y a un boulevard électoral dans lequel va s'engouffrer le FN, si vous ne le faites pas : le soutien haut et fort à tous les blessés de la crise, et surtout les agriculteurs. Est-il logique d'imposer le "bien-être animal" à une profession ruinée. Utilisez l'arme du populisme, nous savons bien que vous n'êtes pas populistes! En utilisant cette arme vous chassez sur les terres du FN, et c'est de bonne guerre!Clamez que vous défendez les exploitations familiales, contre la grande distribution, contre les normes qui ne sont pas appliquées dans tous les pays, contre l'exploitation de main d'oeuvre à bon marché en Allemagne ... Clamez , comme le fait Bertrand Deleon à Vannes, que les côtes bretonnes ne sont pas à vendre, que nos îles ne sont pas à vendre Montrez vous plus pragmatiques que l'UDB, et vous aurez plus de voix! Christian Troadec utilise à merveille une dose raisonnable de populisme , et les résultats sont là! Sinon le vote FN va atteindre des records en Bretagne (je suis médecin etj'entends bien ce que disent les gens!)

marc iliou
Vendredi 15 mars 2013

Mais un des problèmes est que les médias sont pour la plupart inféodés au système et que la majorité des Bretons ne lisent pas ABP ! les partis et médias dominants ont l'argent pour continuer à intoxiquer le peuple !

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.