Clet Abraham, l'artiste breton qui énerve la police japonaise

-- Cultures --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 11/02/15 14:47 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Clet Abraham est un artiste breton, qui a acquis une reconnaissance internationale en installant dans les rues une figurine noire, « l'homme du commun », le plus souvent en parcourant les rues à vélo et en ornant les panneaux de circulation d'autocollants qui leur donnent un sens nouveau. Habitant Florence, il avait installé une grand effigie d'une silhouette noire prêt à enjamber le parapet du Ponte Vecchio, sur l'Arno.

Sa compagne japonaise, Mami Urakawa, et lui-même ont exercé leur talent dans la ville d'Osaka, au Japon, mais, comme le rapporte un blog du Monde, la police japonaise a été moins indulgente que les nombreuses villes où l'artiste du « street art » a exercé ses détournements sympathiques, généralement prises comme tels par les passants et les autorités. Certains municipalités le font retirer.

Début janvier, la police d'Osaka a interpellé Mami Urakawa et l'a retenue plusieurs heures et l'affaire a eu un certain retentissement dans le pays. Cet Abraham n'était plus au Japon et s'interroge sur le fait d'y revenir.

Clet Abraham, qui est le fils du romancier (et ancien gardien de phare), aujourd'hui décédé, Jean-Pierre Abraham, est attaché à Audierne et à sa région d'origine, ainsi qu'en témoignent les photos que nous publions et qui ont été prises à Audierne, à Pont-Croix et à Douarnenez et à Esquibien.

Le prénom, Clet (prononcez comme clette), qui est rare en Bretagne, a été donné dans la comme de Cléden-Cap-Sizun, car, l'église paroissiale a pour patron saint Clet, le troisième pape romain. En réalité, Clet a été mis, par les autorités religieuses, en camouflage du véritable saint breton, Kleden.

Christian Rogel

Licence pour la reproduction intégrale avec mention de l'auteur et de l'Agence Bretagne Presse

Cet article a fait l'objet de 1721 lectures.
mailbox imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Voir son mur