Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
désolé cette photo n'existe plus
- Communiqué de presse -
Classes bilingues - Le groupe PS et apparentés du Conseil Régional appuie l'interpellation du recteur d'Académie par Jean-Yves Le Drian
Le 17 décembre 2004, notre institution adoptait à l'unanimité un ambitieux projet de politique linguistique qui, entre autres objectifs, fixait le cap de 20.000 élèves dans les filières bilingues à l'horizon 2010.
pour Oui au breton le 31/10/06 12:00

Le 17 décembre 2004, notre institution adoptait à l'unanimité un ambitieux projet de politique linguistique qui, entre autres objectifs, fixait le cap de 20.000 élèves dans les filières bilingues à l'horizon 2010.

Chacun sait en effet que la pérennisation de la langue bretonne, à laquelle est attachée l'immense majorité des habitants de notre région, passe inévitablement par un effort considérable, financier et humain, dans le domaine de l'enseignement. Las ! les autorités compétentes en la matière ne semblent guère partager nos préoccupations sur ce dossier. En attestent notamment les difficultés rencontrées, lors de cette dernière rentrée scolaire, à Bulat-Pestivien (Côtes-d'Armor) et Languidic (Morbihan), où les parents d'une cinquantaine d'enfants sont confrontés au refus des Inspections Académiques de créer dans les écoles concernées des postes d'enseignant bilingue breton-français. Un refus d'autant moins justifié, au demeurant, que les directives de l'Éducation nationale fixent à quinze élèves le seuil nécessaire à l'ouverture d'une classe ! Jean-Yves Le Drian vient de réagir en interpellant à ce propos le recteur de l'Académie de Rennes, Jean-Baptiste Carpentier.

Intervention de jean-Yves Le Drian

Comme vous le savez, écrit-il, je suis très attaché à ce que tous les moyens puissent être mis en oeuvre afin de sauver la langue bretonne. Parmi ceux-ci figure bien évidemment la préservation, ou la création, d'une offre d'enseignement adéquate.

Il est bien évident que, s'agissant d'une action volontariste, une étude précise de chaque situation est impérative et que des solutions doivent être trouvées sans demander plus d'exigences que pour toute autre ouverture de classe.

Je tiens à vous rappeler l'importance que le Conseil régional de Bretagne accorde à l'avenir de la filière bilingue dans notre région. Nous sommes attentifs pour que les jeunes et les familles concernés puissent exercer leur choix dans de bonnes conditions.

Je vous remercie donc de bien vouloir étudier avec la plus grande attention la situation de l'enseignement bilingue afin de reconsidérer les décisions prises, notamment pour les deux écoles précitées.

Je vous remercie de bien me vouloir me tenir informé des suites que vous comptez donner à ces demandes d'ouverture. " Fin de 'intervention de jean-Yves Le Drian auprès du recteur de l'Académie de Rennes .



À l'occasion de la dernière session du Conseil régional, Jean-Pierre Thomin, délégué à la politique linguistique, avait évoqué, à propos de l'affaire de Bulat-Pestivien, un véritable " déni de droit " . Aujourd'hui, l'État se doit d'assumer son rôle majeur dans la croissance des filières bilingues, tout simplement en respectant ses engagements.

Communiqué originellement publié sur le site du Conseil régional de Bretagne (voir le site) (format pdf)

Continuez de soutenir les parents de Bulat-Pestivien et de Languidic en signant la pétition en ligne sur le site Oui au breton : (voir le site)

Voir aussi :
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons