Chèque inflation : une baisse des taxes aurait été plus simple
Communiqué de presse de Blog de Marc Le Fur

Publié le 28/10/21 8:11 -- mis à jour le 28/10/21 18:04

Le Gouvernement vient d’annoncer la création d’un “chèque inflation” pour tenter de compenser, entre autres, la hausse des prix du carburant. Il nous annonce que 38 millions de Français bénéficieront donc de ce chèque de 100 €.

Comment cette somme a-t-elle été calculée ? Elle représente de fait le montant d’un plein de carburant. Or, certains de nos concitoyens vivent également une hausse considérable du prix du fioul et/ou du gaz pour le chauffage de leur logement. Cette augmentation des prix de l’énergie liés au logement a-t-elle été prise en compte dans le calcul des 100 € ?

En faisant moins de deux pleins, les Français rendront ces 100 € à l’Etat via les taxes sur le carburant qui représentent 60% du prix du carburant. Quand le prix du carburant augmente, les recettes de l’Etat augmentent de façon proportionnelle.

Le versement de ce chèque pose quelques questions.

Le mois de référence pour le calcul du chèque est le mois d’octobre. Que se passe-t-il pour les salariés qui dépasseront alors les 2000 euros net en raison des heures supplémentaires effectuées ?

Le versement du chèque passera par l’employeur, donc l’Etat sous-traite la gestion de ce chèque aux entreprises. Que se passe-t-il pour des personnes qui ont plusieurs employeurs, salariés du particulier employeur, assistantes maternelles ?…

Si pour les étudiants, c’est le CROUS qui verse le chèque. Le CROUS connaît-il d’autres étudiants que les boursiers ? Certains parents d’enfants non boursiers gagnent pourtant moins de 2 000 euros nets par mois. Certains étudiants non rattachés fiscalement à leurs parents peuvent ne pas être boursiers.

On voit là la limite de la technique du chèque inflation comparée à la baisse des taxes sur l’énergie qui aurait dû être mise en place.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 5 commentaires
Vite l’indépendance
2021-10-28 12:01:16
Demat d'an holl,
Ce chèque est clairement à vocation électoraliste et va continuer de creuser la dette (116% du PIB en France vs 70% en Allemagne) mais vu que l'état peut s'endetter facilement et à moindre cout, pourquoi se priver de se refaire la cerise sur le dos des contribuables...
Mais il y a pire, "le chèque carburant" qui n'est pas autre chose qu'une subvention aux énergies fossiles... Il aurai été plus simple de réduire la TIPP/ taxes mais là non c'est pas possible...
Quand je pense qu'il y a 150 000 fonctionnaires à Bercy (ministère des finances) contre à peine 50 000 en Allemagne pour faire le même boulot et que leur pays est moins endetté que le notre. On se poser légitimement la question à quoi servent ces 150 000 fonctionnaires (employé à vie bien sur) et que le mammouth à dégraisser n'est peut être pas l'éducation nationale ou la santé prioritairement mais le ministère des finances Français...
Ce qu'on vous donne aujourd'hui de la main gauche on vous le reprendra de la main droite dans ce pays qu'on appel France.
Vivement que la France soit sous la tutelle de l'Europe car la France vote des budgets déficitaires depuis 40 ans, cela montre clairement une incompétence de l'exécutif parisien à réduire le train de vie de l'état et de toutes les agences, observatoires, instances qui ne servent à rien d'autres qu'a reclasser les anciens politiciens et hauts fonctionnaires....
Bevet Breizh.
(0) 
Rafig
2021-10-28 13:27:37
Le mieux, sur le long terme, c'est de réduire ses consommations d'énergies : pétrole, électricité, gaz ...
en réduisant ses transports inutiles par des déplacements à pieds ou en vélo le WE !
Pour ainsi ne plus dépenser 50 à 80 € pour mois donc 1000 € par an et vous faites du sport gratuit !
C'est mieux pour votre porte monnaie, votre santé et c'est très bien pour le climat.
Soyez plus malins, ayez un coup d'avance ;-)
(0) 
Killian Le Tréguer
2021-10-28 15:40:33
@ Vite l'indépendance, méfiez-vous des chiffres que vous avancez car ils sont complétement faux. En Allemagne la fiscalité n'est pas régie que par l'Etat fédéral, mais par les landers également et les fonctionnaires des finances de chaque lander ne sont pas inclus dans votre statistique.
Par ailleurs, il me semble que 85 % des suppressions de postes de fonctionnaires en France concerne exclusivement le Ministères des Finances, alors que les emplois de fonctionnaires territoriaux continuent de croître (cf rapports de la Cour des Comptes) sans qu'il n'y ait la moindre justification. Les collectivités sont nombreuses mais n'ont pas de pouvoir équivalent à ceux des Landers (même en additionnant les compétences de chaque collectivité bout à bout).
(0) 
Killian Le Tréguer
2021-10-28 15:40:37
@ Vite l'indépendance, méfiez-vous des chiffres que vous avancez car ils sont complétement faux. En Allemagne la fiscalité n'est pas régie que par l'Etat fédéral, mais par les landers également et les fonctionnaires des finances de chaque lander ne sont pas inclus dans votre statistique.
Par ailleurs, il me semble que 85 % des suppressions de postes de fonctionnaires en France concerne exclusivement le Ministères des Finances, alors que les emplois de fonctionnaires territoriaux continuent de croître (cf rapports de la Cour des Comptes) sans qu'il n'y ait la moindre justification. Les collectivités sont nombreuses mais n'ont pas de pouvoir équivalent à ceux des Landers (même en additionnant les compétences de chaque collectivité bout à bout).
(0) 
Mikel Roudot
2021-10-29 10:51:56
Une baisse des taxes aurait surtout été un cadeau aux plus consommateurs donc aux plus riches. L'avantage d'un chèque forfaitaire non fléché est qu'il peut être utilisé pour s'acheter un vélo (pour réduire sa conso de gazole) ou un pull en mohair (pour réduire sa conso de mazout).
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.