Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Charte Ya d'ar brezhoneg : un engagement riche de sens pour Lorient. Une communication maladroite

La ville de Lorient vient de signer la charte Ya d’ar Brezhoneg qui consacre l’action de la ville en faveur de la langue et de la culture bretonne. Sur une page pleine, le dernier numéro de Lorient Mag, le bulletin municipal s’en fait l’écho. Curieusement, l’article ne contient pas un seul mot sur l’enseignement bilingue.

pour Oui au breton le 2/02/07 12:03

La ville de Lorient vient de signer la charte Ya d’ar Brezhoneg qui consacre l’action de la ville en faveur de la langue et de la culture bretonne. Sur une page pleine, le dernier numéro de Lorient Mag, le bulletin municipal s’en fait l’écho. Curieusement, l’article ne contient pas un seul mot sur l’enseignement bilingue.On sait combien l’ouverture d’une première classe bilingue avait été difficile à Lorient sur la maternelle de Merville l’an passé. Malgré le soutien de la mairie au projet, l’inspection académique refusait toute ouverture. 45 jours de mobilisation parentale avait été nécessaire, conlue par un deRobienthon, parodie de Téléthon. M. Gilles de Robien, Ministre de l’Education Nationale, était directement intervenu pour permettre cette ouverture.Il y a maintenant 37 enfants bilingues dans cette maternelle (1/4 de l’effectif total) qui appartiennent tous au secteur scolaire de l’école. Une deuxième classe bilingue a ouvert en septembre. Un succès qui justifie pleinement la demande parentale d’ouverture d’un CP à la prochaine rentrée. La lettre d’un parent de la maternelle de Lorient Merville à M. Gilles de Robien, ministre de l’éducation nationale, nous l’apprenait hier : l’inspection académique du Morbihan, constante dans son obstination, refuse toute ouverture de CP.A Lorient, personne ne doute de l’engagement de la municipallité en faveur de l’enseignement bilingue breton-français. Cet engagement est clair et a été maintes fois affirmé.
La sortie du dernier numéro de Lorient Mag semblait donc une excellente occasion pour populariser l’enseignement bilingue auprès de la population lorientaise. D’autant plus que l’article consacré à la signature de la charte montre bien les nombreuses actions en faveur de la langue déjà engagées par la ville. Mais curieusement, il n’évoque même pas l’enseignement bilingue. Pas un mot sur les écoles bilingues publiques ou privées, ni les écoles Diwan. Un loupé !

Certains observateurs de la vie publique lorientaise s’en étonnent. D’autant que, cette fois, le soutien de la mairie à la demande parentale d’ouverture d’un CP tarde à s’affirmer clairement. Et que l’école de la Nouvelle Ville, où existe aussi une filière bilingue depuis 2001, aurait bien besoin d’un soutien actif de la mairie pour recruter une dizaine d’élèves supplémentaires. Cela permettrait d’ y ouvrir une 3e classe bilingue et d’effectuer une répartition des enfants par cycles. L’assurance de meilleures conditions d’enseignement pour les enfants et l’équipe pédagogique.
Rien de plus qu’une maladresse, donc. N’y voyons pas malignité. On attendra avec espoir le numéro de mars de Lorient Mag.* La reproduction de l'article de Lorient Mag est visible sur le site ouiaubreton.com  (voir le site)  * L’article ne dit pas que la signature de la charte implique aussi un éditorial en breton dans le bulletin municipal. Allez, c’est promis ! En mars, Norbert Métairie se met au breton...

Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 8 multiplié par 1) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons