Célébration de la « libération » de Vannes : quelle libération ?
Communiqué de presse de Gwened / Vannes 2014

Publié le 4/08/14 11:35 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Après avoir célébré Anne de Bretagne un 14 juillet dans une forêt de drapeaux tricolores français, c'est au tour de fêter la « Libération de Vannes », le 4 août 1944, dans une frénésie bleu-blanc-rouge.

Décidément, c'est une obsession cocardière et nationaliste à Vannes. Mais de quelle libération parlons-nous en Bretagne ? De la dictature nazie aux bombardements alliés sur des civils, de l'annexion au génocide culturel opéré par la France, de l'occupation militaire au centralisme colonial et à l'impérialisme financier, quelle est notre liberté ? Un élément est certain : de la Résistance Bretonne des années 40 au FLB-ARB d'aujourd'hui, les terroristes d'hier peuvent être les libérateurs de demain.

En 2014, la Bretagne immole toujours sa jeunesse sur l'autel de la France : ses femmes et hommes n'ont de choix que l'exode ou le chômage. Pressée comme un citron, notre nation doit nourrir l'Etat et contribuer à ses ambitions franciliennes les plus folles, conçues par une classe politique méprisante. Le monopole de cette fausse démocratie a fait élire ces derniers. La Bretagne ne peut choisir ses orientations ni servir les intérêts de son peuple, mais doit au contraire se taire, subir et louer son « maître ».

Dans ce contexte, ses défenseurs sont traînés devant les tribunaux, notamment ceux qui luttent pour la réunification de la Bretagne. La Loire-Atlantique a été séparée administrativement par un décret signé du Maréchal Pétain selon un projet des nazis, appliqué bien plus tard par le PS (Parti Socialiste français) et l'UDR (l'Union des Démocrates pour la République), ancêtre de l'UMP. Les principaux partis politiques français se battent actuellement soit pour conserver le projet né des Etats-majors militaires du Troisième Reich, soit pour noyer la Bretagne dans un vaste Ouest parisien insipide.

Il n'y a pas eu de Libération de la Bretagne en 1945 mais le passage d'une dictature hégémonique à un impérialisme financier et un centralisme aux relents coloniaux. La seconde guerre mondiale faisait suite à d'autres conflits, notamment la Grande Guerre, boucherie dont on célèbre le centenaire de sa déclaration, issue d'un règlement de compte entre hommes de pouvoir protégeant leurs intérêts personnels et financiers.

Lorient la bombardée glorifie actuellement les nations celtes tandis que Vannes la soumise se vend au plus offrant.

Pour « Notre chance, l'indépendance / Trawalc'h, Breizh dizalc'h » (mouvement pour les élections départementales),

Bertrand Deléon.

Bertrand Deleon

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 4 commentaires
Ronan Badouel
2014-08-04 13:34:27
C'est bien la triste réalité, en effet. Un asservissement le plus total, une amnésie générale bien entretenue par un prosélytisme borné.
Rêvons un peu: on a fêté Anne de Bretagne plutôt que le 14 juillet?
Cependant l'Etat français est viscéralement anti-breton et anti-celtique! Notre succès culturel et notre popularité affole Paris et les perspectives de la réunification provoque une paranoïa sans précédent.
Continuons notre oeuvre de reconquête, l'Etat central se prend les pieds dans le tapis et devra finir par admettre notre autodétermination.
(0) 
Lukaz Seznec
2014-08-04 15:53:52
Le 14 juillet perd chaque année un peu plus de son sens. C'est en train de devenir un bal des anciens, une date de feu d'artifice, dénuée de sens. Qui ne sent pas ce déclin est soit aveugle, soit jacobin, soit les deux...
(0) 
Ed du
2014-08-05 19:10:15
Le 14 Juillet n'a jamais eu de sens. La prise de la Bastille??? Il n'y avait rien dedans, tout au plus une dizaine de prisonniers! C'est de la rigolade qui continue en bals populaires!
(0) 
Alan PRYTGWENN
2014-08-06 09:17:25
Tout-à-fait d'accord ! Il faudrait par contre inviter nos compatriotes à célébrer la fête nationale bretonne qui est, si mes souvenirs sont exacts, l'anniversaire de la victoire de BALLON du roi de Bretagne NOMINOË sur l'empereur CHARLES LE CHAUVE en 845.
C'est la fondation de l'Etat Breton.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.