Catalogne : victoire d'une nation de l'Europe occidentale

-- Société --

Communiqué de presse de Gwened / Vannes 2014
Porte-parole: Bertrand Deleon

Publié le 27/09/15 20:35 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Notre Chance l'Indépendance, liste bretonne soutenue par le Parti Breton en lice aux élections Régionales de décembre 2015, salue la victoire des Catalans pour la souveraineté de leur nation. Leur Liberté sera la nôtre dans une Europe qui se redéfinit, plus proche des réalités humaines, sociales, économiques, culturelles, historiques et naturelles.

La Bretagne a tout intérêt à rejoindre le mouvement des nouveaux Etats émergeants (Ecosse, Pays de Galles, Irlande réunifiée, Flandre, Pays Basque, Catalogne…) sur l'arc atlantique et plus largement dans l'Europe occidentale. De nouvelles solidarités et des échanges innovants vont permette à chacun de nous de sortir du marasme ambiant en trouvant la marge financière utile au développement, en donnant à chacun les repères nécessaires, la sécurité de l'emploi jusqu'au financement de nos prestations sociales, nos retraites…

Les tenants de la France et de l'Espagne donnent au quotidien des leçons de démocratie et de Droits de l'Homme. Or, la réalité est à l'image de leur participation à la politique belliqueuse internationale : les notions humanistes qu'ils mettent en avant servent des intérêts égoïstes. Ainsi, on a vu les plus hauts représentants de partis politiques français soutenir activement l' « unité » artificielle de l'Espagne contre toute aspiration démocratique. N'oublions pas que leurs représentants bretons sont les candidats des partis comme le PS, l'UMP (« Les Républicains »), le FN… et leurs dissidents de circonstance que l'on trouve dans les autres listes. Leur discours sur l' « unité de la nation » est le même ici pour finalement dissimuler une machine centraliste étranglant toute initiative populaire et aspirant les richesses. Le jour venu, ils montreront aussi leur vrai visage ou joueront l'opportunisme. Leur apporter un soutien signifie perdre de précieuses années qui peuvent conduire à notre effondrement.

L'unité, nous la souhaitons, celle des nations européennes unies, apaisées et stables.

Pour Notre Chance, l'Indépendance,

Bertrand Deléon.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 11 commentaires
Mari L.
Mardi 18 janvier 2022
L'information la plus importante, un grand espoir de changement pour tous.
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 18 janvier 2022
Oui , mais RAYO a dit NON alors . Cela devient plus complique . Nous allons voir .
(0) 
Billy zekick
Mardi 18 janvier 2022
A-t-on le droit de ne pas se voiler totalement la face sur le fait que 52 % des Catalans n'ont pas voté pour une coalition indépendantiste ?
Personnellement, je ne suis pas médium mais je prédis la situation suivante :
Dans la mesure ou, en nombre de voix (donc en terme référendaire), les Catalans se sont exprimés à 52 % contre l'indépendance, Madrid ne jugera pas la demande d'indépendance légitime. Ces résultats restent malgré tout un sacré coup dans la face de Rajoy et le PP perdra certainement les élections législatives de décembre. Ce sera la fin de l'inflexibilité sclérosante de Rajoy, qui a conduit la Catalogne au bord de la sortie.
Soit le PS ou Podemos reprendront le pouvoir. Dans le 1er cas, le PS renouerait le dialogue avec Barcelone et on peut penser que le pays jouira d'une autonomie accrue (que la generalitat sera, de bon ou de mauvais coeur, forcée d'accepter) dans le cadre, non plus d'une fédération, mais d'une confédération (ce qui est d'ailleurs un bon modèle pour la Bretagne selon moi). Si c'est Podemos, la voix référendaire passera. Dans ce cas, si les relations sont pacifiées avec Madrid (ce qui sera plus simple sans les nostalgiques du franquisme du PP), le résultat pourrait bien être le non. Mais dans le cadre de pouvoirs accrus.
Finalement, je me pose réellement la question de savoir si l'indépendance est une bonne chose pour la Catalogne comme pour les autres nations sans état. L'Europe débouterait automatiquement le pays, qui devrait s'inventer une monnaie. Les entreprises espagnoles et internationales seraient contraintes de quitter le pays, car de nouveaux droits de douane se mettraient en place (exit Shengen pendant au moins un moment). De plus, l'Espagnol est la troisième langue la plus importante dans les échanges économiques. Nul doute que pour une entreprise, être dans un pays dont la langue n'est parlé que par 8 millions de locuteurs est un handicap.
Enfin, ajouter de nouvelles frontières alors qu'on essaye de supprimer les "grandes" frontières, va à contre sens de l'Histoire. Encore une fois, une confédération, avec de très grands pouvoirs donnés aux nations me semblent être une bonne alternative, à la fois pour préserver et valoriser les identités, mais aussi pour créer de plus petites structures politiques plus en phases avec la réalité, sans pour autant occulter la puissance économique, symbolique pour les investisseurs, de grands pays.
(0) 
Jakez K.
Mardi 18 janvier 2022
52 % n'ont peut-être pas voté pour l'indépendance mais ont une idée d'autonomie ou parce que la propagande hispaniste très puissante, avec les relais internationaux comme celui de la France, a fait son boulot.
Notre président a été élu à moins de 20 % des voix des citoyens en âge de voter... juste à titre de comparaison.
Quant à la langue espagnole qui selon vous est plus utile : être Catalan n'empêche en rien de parler d'autres langues, bien au contraire. Là aussi, l'indépendance leur donnera d'autres choix éducatifs, moins repliés sur eux-mêmes. Enfin, plus utile pour quoi ? Pour partir ? Ca n'a pas de sens.
L'indépendance, c'est une chance, en tous les domaines.
Quant aux frontières... ce n'est pas le but non plus.
(0) 
Billy zekick
Mardi 18 janvier 2022
De toutes façons, cette question catalane pose une question fondamentale : d'où viennent les "grands" pays d'aujourd'hui ?
La Catalogne n'a jamais été indépendante. Elle a fait partie de la couronne d'Aragon, qui comprend un bon tiers de l'Espagne actuelle. A cela se sont agrégées des territoires culturellement différent du reste de l'Espagne : la Galice, les Asturies et bien évidemment le Pays basque. On pourrait même y ajouter l'Andalousie. Dans ce contexte l'Espagne, c'est quoi ? Uniquement la Castille ! Le reste n'est qu'un agrégat de peuples plus ou moins différents réunis par les hasards de la géographie, les aléas de la guerre et de la diplomatie. Pour autant, l'Espagne s'est bâtie une Histoire. Avec ses pages sombres et ses pages glorieuses.
Quid de la France ? Rares sont les régions n'ayant pas été indépendantes ou sous le joug d'autres puissances. La Bretagne évidemment, mais aussi le Pays basque, la Corse, l'Alsace. On peut aussi rajouter la Flandre, la Bourgogne, la Savoie, le comté de Nice, et, plus généralement, toute l'Occitanie. Dès lors, qu'est ce qu'être français ? Être francilien ou berrichon ? Ou adhérer à des valeurs transmises par la Révolution, l'instauration de la République ? Des valeurs artificielles qui ne se fondent sur aucune réalité culturelle ou ethnique... Sans parler des "nouveaux" Français, issus de l'immigration.
Je me permets de poser la question, c'est tout. Je ne suis ni pour ni contre l'indépendance. Je suis pour le respect des identités avant tout. Mais l'instauration de nouvelles frontières me semble incongrue. Au contraire. Le Nissard ou le Corse sont plus proches de l'Italie que du Picard. Le Langedocien plus proche du Catalan que de l'Alsacien. L'Alsacien plus proche de l'Allemand que du Breton. Le Breton plus proche de l'Irlandais que de l'Auvergnat. Bref, la solution ne serait-elle pas d'avoir des nations puissantes au sein de grands Etats déjà existants ?
Qu'est-ce qu'être Français ? Qu'est-ce qu'être Breton ? That's the question...
(0) 
PIERRE CAMARET
Mardi 18 janvier 2022
Je suis heureux , cela correspond a mon ecole de pensee............. mais cela n'est pas encore fait .Je suis pragmatique.
Attendons la Reaction de l'Espagne et des ......... autres .
Deja le mercenaire Catalan ... au Service de la France , s'est declare contre . Cela se terminera peut etre , par plus d'autonomie , de devolution ( comme l'Ecosse )mais l'Independance totale ????
(0) 
SPERED DIEUB
Mardi 18 janvier 2022
Billy vous posez un problème intéressant
mais je suis de l'avis de Glenmor, davantage que la logique de Louis Mélennec
Voici ce que disais le premier cité
Ce n'est pas par ce qu'un pays a été indépendant qu'il a vocation à le redevenir Ce n'est pas par ce qu'un pays n'a jamais été indépendant qu'il n'aurait pas vocation à le devenir
Ces principes sont intéressants car d'une part le problème de l'avenir de la Bretagne serait abordé en fonction des intérêts du moment quel que soit le domaine ,et surtout en fonction de la nouvelle géopolitique à venir qui ne sera pas forcément en défaveur de notre émancipation L'autre jour je discutais avec un artisan pas du tout érudit des questions bretonne ,par contre il disait que vu les abus du pouvoir parisien ,mieux vaudrait que la Bretagne devienne indépendante
Quand à la matière histoire elle y gagnerait;autant coté breton que français en objectivité ,vu qu'elle ne serait plus en enjeu qui prend parfois trop de place dans la revendication bretonne
(0) 
Jean-Claude Gabriel
Mardi 18 janvier 2022
je trouve ces idées d'indépendance contre productives car essentiellement idéologiques. Cela s'oppose à une ouverture d'esprit qui va dans le sens du progrès, à un rapprochement entre les hommes qui éloigne de la guerre. c'est un retour à la vie tribale.
une fois de plus des politiciens ambitieux, égoïstes et sans scrupules, ayant pour seul projet le rejet des autres, risquent de prendre le pouvoir. cela n'apportera pas l'opulence mais les catalans auront sans doute la grande satisfaction d'etre entre eux, exclusivement!!! dans ces conditions ne faudrait-il pas fermer les frontières et les laisser entre eux?
(0) 
Jean-Claude Gabriel
Mardi 18 janvier 2022
Il est naturel de faire le parallèle avec la Bretagne, à ceci près : la Bretagne est moins riche que la Catalogne.
Si la Bretagne avait été indépendante, je n'ose pas imaginer ce que seraient devenus les jeunes qui ont quitté leur région depuis un siècle. Dans un premier temps, la France leur a donné du travail et ensuite elle a permis aux générations suivantes de faire des études et d'avoir un niveau social convenable.
J'invite donc les jeunes bretons à bien réfléchir sur les priorités et les décisions qui engageront leur propre vie et celle de leurs enfants. Parler breton et écouter du biniou ne nourrit pas son homme! si vous compter sur "les bonnets rouges" pour vous faire vivre vous vous trompez.
Pour ma part, j'ai quitté la Bretagne non pas parce que je ne l'aimais pas mais parce qu'elle ne m'offrait aucune perspective de vie décente. Sur le coup ça fait mal mais aujourd'hui je ne regrette absolument pas ce choix. je suis très heureux d'être Français (avant d'être breton) parce que mes concitoyens m'ont toujours bien accueilli et aidé quand il le fallait.
C'est navrant de voir autant d'énergie gâchée pour apprendre le breton; une langue inutile dans la vie professionnelle. Ce sont les parents qui doivent apprendre le breton s'ils souhaitent conserver la langue, mais imposer ce travail à leurs enfants au détriment de la formation est une erreur.
(0) 
SPERED DIEUB
Mardi 18 janvier 2022
Gabriel
Vous êtes tout à fait dans le discours de jacobins qui parfois se masquent derrière l'humanisme ,stigmatisant ce qu'ils appellent le communautarisme ,alors que c'est eux les pires dans le genre en ayant transformé la belle idée de république en religion sectaire Seulement le serpent se mord aujourd'hui la queue vu que justement nous allons malheureusement assister à une union entre les pire avocats de ce jacobinisme de gauche avec une partie du front national en implosion C'est à dire l'émergence d'un national socialisme à la française ,les idéologues de gauche à l'exemple de Onfray n'ont plus aucun scrupule par rapport à beaucoup d'idées xénophobes ,bien que l'actualité internationale pourrait justifier ce genre d'attitude ,l'hôpital se moque de la charité quand il veut chercher des poux dans la tête aux petits pays et aux entités qui revendiquent leurs émancipation
Cependant tant qu'à faire à votre place j'aurais poussé le bouchon
Le Portugal s'insère géographiquement dans la péninsule ibérique ,spus prétexte que les portugais sont égoistes par rapport à leurs voisins !!!,ce pays doit être annexé immédiatement par Madrid Idem pour l'Irlande. La France doit s'emparer sans délai de la Belgique pas uniquement de la Wallonie cela risquerait de la faire soupçonner de communautarisme!! L'Allemagne doit annexer l'Autriche (tient çà ne vous rappelle rien ! ?? ) et bien entendu achever la conquête du Danemark qu'elle avait entamée en 1864 Je pourrais évidemment continuer mais ces quelques exemples sont suffisants
(0) 
Jeannotin
Mardi 18 janvier 2022
"Pour ma part, j'ai quitté la Bretagne non pas parce que je ne l'aimais pas mais parce qu'elle ne m'offrait aucune perspective de vie décente."
C'est un peu facile comme argument, quand on aime réellement la Bretagne, on peut se donner les moyens d'y rester. J'ai toujours vécu mes études hors de Bretagne comme un séjour provisoire et quand j'ai compris que la voie professionnelle dans laquelle je m'engageais ne me permettrait pas d'y vivre, j'ai légèrement bifurqué. À présent, je suis rentré et je l'espère, définitivement.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.