Brest : à la découverte des métiers de la police nationale
Dépêche

Publié le 11/10/06 1:17 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Chaque année à la même époque, la police nationale vient à la rencontre du grand public. A l’occasion de cette 3ème édition des journées de la police, la sécurité publique du Finistère a décidé de faire migrer cette rencontre vers Brest. Précédemment organisées au Parc des expositions de Quimper, la journée innove également en matière de lieu. En effet, c’est sur la voie publique, en plein centre de Brest que les policiers ont posé leurs stands. Journée découverte…

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Prévention routière et consommations addictives mis en avant cette année

La sécurité routière était associée à l’opération, cette année, et avait déplacé sur place de nombreux moyens de prévention. Afin de découvrir la réalité des dangers de la consommation d’alcool, les policiers avaient mis en place un parcours, à réaliser à pied, avec devant les yeux une paire de lunette qui permet de simuler la présence de 1,20 grammes d’alcool dans le sang. Peu de gens ont réussi à finir convenablement cet exercice.

Autre test, les hommes de la sécurité routière proposaient aux spectateurs de découvrir les sensations d’un tonneau en voiture ou encore d’un impact à une vitesse de 30 km/h. Solidement attaché par la ceinture de sécurité à un siège fixé à un rail, on est alors propulser vers le sol afin de simuler à l’impact l’équivalent du choc en voiture à 30 km/h. Un exercice qui permet de voir tout de suite l’importance de la ceinture.

Enfin, pour clôturer la journée sur un exemple fort, un pilote professionnel est venu réaliser deux crashs test devant un public stupéfait. D’abord un accident impliquant une voiture et un scooter a permis de voir la violence du choc malgré une vitesse n’excédant pas 50 km/h. Puis, à la même vitesse, le public a pu assister à l’impact entre deux voitures. Pour ce dernier exemple, un mannequin avait été placé, sans ceinture, sur le siège passager : lors du choc, il traverse le pare-brise. Les pompiers sont alors intervenus pour présenter leur travail et leurs méthodes dans le cadre du sauvetage après un accident.

Mais la journée ne s’est pas limitée à cela : la police, dans un souci de recrutement, était aussi venue présenter l’ensemble de ses métiers.

La police en action : des démonstrations impressionnantes

La place de la Liberté n’avait pas vu autant de policiers depuis bien longtemps. Un déplacement en nombre qui a permis aux Brestois de découvrir les techniques en vigueur dans la police pour l’interpellation de personnes violentes. Les premières présentations montraient les méthodes utilisées par les fonctionnaires pour se défendre et désarmer un individu. Les actions, bien que très rapides, sont d’une efficacité et d’une précision redoutable.

Puis se sont les maîtres chiens qui sont intervenus. Des coups de feu (à blanc) ont retenti sur la place : c’est un policier qui, camouflé sous une tenue de protection, simulait une agression avec un pistolet. Aussitôt le chien, pour qui tout cela semble n’être qu’un jeu, intervient, et fait lâcher l’arme. Là aussi, ce sont à la fois la rapidité et l’efficacité des interventions qui ont laissé les spectateurs sans voix.

Enfin, les maîtres chiens des brigades des stupéfiants ont simulé une recherche de drogue dans une voiture et sur des objets posés à terre. On l’a bien vu au travers de ces démonstrations, les chiens policiers ont fait un sans faute et ont retrouvé toutes les drogues dissimulées.

Les spécialistes : quand les experts se présentent

Si les experts font rêver dans les séries télés, le stand de la police scientifique et technique a lui aussi attiré de nombreux curieux. Et parfois la réalité n’est pas si loin que ça de la fiction. Les spectateurs qui s’arrêtaient devant ce stand au fond duquel trônait une reconstitution de scène de crime, avaient la possibilité de faire relever leurs empreintes. On pouvait aussi observe la façon dont on recherche les empreintes digitales sur une scène de crime, ou encore découvrir le matériel nécessaire à un prélèvement d’ADN.

Quelques mètres plus loin, les engins explosifs désamorcés présentés par les spécialistes du déminage n’ont pas non plus laissé indifférent. En effet, les hommes de ce service, souvent sollicités lors des grands travaux brestois, avaient amené avec eux de nombreux engins, plus ou moins récents. De la mine allemande de la seconde guerre mondiale à des munitions plus récentes, une collection impressionnante d’armes destructrices était présentée. Les démineurs avaient également amené le robot qui leur permet de voir à distance les objets à risque. Des techniques très modernes qui ont encore été mises en œuvre il y a de cela quelques semaines, lors du désamorçage de 7 bombes de la seconde guerre mondiale à Plouzané.

A la fin de la journée, le bilan est positif

Arrivé en fin de journée sur le site, François Cuillandre, maire de Brest, accompagné du préfet de Finistère et du directeur départemental de la sécurité publique, a salué la bonne coopération entre la mairie de Brest et les services de police. Il a insisté sur le bon déroulement de cette journée, qui a permis à la police de s’ouvrir un peu plus vers le grand public.

JPT / SJ / ABP


mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.