-- Cultures --

Bleu-Blanc-Rouge

Chronique de JPLM (porte parole Jean-Pierre Le Mat) publié le 25/07/18 18:03

Kit du fan tricolorisé
Kit du fan tricolorisé

Jusqu’à peu, le drapeau bleu-blanc-rouge était réservé aux monuments aux morts, aux bâtiments publics et aux manifestations d’extrême droite. Puis, lors des dernières élections, il a envahi tous les meetings électoraux. Les partis français de droite comme de gauche ont communié dans une même ferveur identitaire. Le candidat qui ressemblait le plus à «la liberté guidant le peuple» fut élu.

Récemment, le chauvinisme tricolorisé est passé de la politique au sport. Pendant la Coupe du monde de foot, nos yeux ont été saturés de bleu-blanc-rouge. Nos oreilles ont subi un traitement analogue. Au lieu des sympathiques chants d'encouragement, le cantique du sang impur s'est imposé dans une compétition qui, jusqu'ici, était plutôt considérée comme pacifique.

Mais d’où viennent donc ces trois couleurs ?

Bien des légendes ont couru sur ce symbole de la République française. L'histoire retient que le 17 juillet 1789, trois jours après la prise de la Bastille, Louis XVI est convié à la mairie de Paris. En présence de Lafayette, Bailly, le maire de la ville, lui offrit une cocarde bleu-blanc-rouge en disant : «Votre majesté veut-elle bien accepter le signe distinctif des Français ?». Le roi l'accepta et l'accrocha au revers de son chapeau.

Lafayette revendique l'invention de la cocarde tricolore. Le blanc représente la royauté ; le bleu et le rouge sont les couleurs de Paris.

Dans la Gazette de Leyde, du 24 juillet, il est écrit : «M. Bailly a présenté à Sa Majesté la cocarde royale et bourgeoise, réunissant les couleurs bleu, blanche et rose : le Roi a permis qu'on la mît sur son chapeau et l'a montrée au peuple.»

Royale et bourgeoise...

Le symbole tricolore de la République serait-il une synthèse réussie entre l'arrogance parisienne et la fatuité monarchique ?...

Cela concorde bougrement avec la réalité... Que le symbole ait exprimé la réalité, ou que la réalité ait rejoint le symbole, cela n'a aujourd'hui plus d'importance. La France éternelle, c'est Paris et la monarchie. Progressistes, votre tâche est rude.

Voici quelques compléments...

La cocarde existe avant le 17 juillet 1789. Les journaux de deux députés du Tiers Etat, Adrien Duquesnoy et J.-A. Creuzé-Latouche, attestent son existence dès le mercredi 15. De son côté, le libraire Hardy écrit dans son Journal, sous la date du mardi 14 : «On commençait à changer les cocardes de couleur, en faisant succéder le rose, le bleu et blanc à la couleur verte».

Le vert était la couleur adoptée par les Parisiens le 12 juillet, en signe de soulèvement, à l'instigation de Camille Desmoulins. La cocarde verte fut abandonnée quand on s'aperçut que c'était aussi la couleur de la livrée du comte d'Artois.

Le comité des électeurs avait institué, par un arrêté du 13 juillet, une garde bourgeoise ou milice parisienne, qui se voyait en même temps attribuer une cocarde bicolore (bleu et rouge), aux couleurs de Paris. «Comme il est nécessaire que chaque membre qui compose cette milice parisienne porte une marque distinctive, les couleurs de la ville ont été adoptées par l'Assemblée générale ; en conséquence, chacun portera la cocarde bleu et rouge. Tout homme, qui sera trouvé avec cette cocarde sans avoir été enregistré dans l'un des districts sera remis à la justice du comité permanent.»

Cette origine de la cocarde tricolore le 13 juillet est confirmée par la lettre d'un négociant, Failly, écrite le 23 juillet 1789 : «[le lundi 13] On arrêtait tous ceux qui étaient armés sans être en patrouille, on les désarmait et, s'ils ne nommaient pas leur district, on les conduisait provisoirement en prison. On donna d'abord pour passeport la cocarde verte, mais, le soir, réfléchissant que cette couleur était la livrée du comte d'Artois, on la prit rose, bleu et blanc.»

La Quinzaine mémorable est le journal d'un Parisien du 12 au 30 juillet, parue dès les premiers jours d'août. L'auteur écrit, à la date du 14 juillet, avant 8 heures du matin : «Grands et petits de tout état ont arboré, par ordre de la ville, la cocarde bleu, rouge et blanc».

Cet «ordre de la ville» n'a pas été retrouvé, mais un arrêté de l'Assemblée des représentants de la Commune, en date du 4 octobre 1789, note que «les arrêtés précédemment rendus, qui sont en tant que de besoin confirmés, continueront d'être exécutés» et «déclare que la cocarde aux couleurs rouge, bleu et blanc est la seule que les citoyens doivent porter».

Un décret du 4 juillet 1792 rendit obligatoire le port de la cocarde tricolore pour les Français se rendant à l'étranger. Un décret du 17 septembre de la même année punit de mort quiconque porte une cocarde non réglementaire. Le 3 avril 1793, la Convention rend le port de la cocarde obligatoire pour tous les hommes et le 21 septembre elle étend l'obligation aux femmes. Pendant la Terreur, la Convention impose le drapeau tricolore bleu-blanc-rouge. «A compter du 1er prairial an II (20 mai 1794), le pavillon sera formé des trois couleurs nationales disposées en trois bandes égales posées verticalement».

Couleurs royales avant d'être républicaines

A vrai dire, les ouvrages antérieurs sur le symbolisme des couleurs apportent des informations troublantes...

A propos des funérailles d'Henri IV, Favyn décrit en 1620 «la cornette des couleurs et livrées de Sa majesté très chrétienne, Orengé, Blanc et Bleu».

Dans L'État de la France 1718 par L. Trabouillet, chapelain du Roy (1718), le bleu-blanc-rouge représentent les couleurs du roi : «Le colonel du Régiment de Gardes Françoises, le colonel général des Suisses, mettent six drapeaux des couleurs du Roy blanc, incarnat et bleu, passez en sautoir derrière l'écu de leurs armes.»

Le Traité des marques nationales (1739), de Beneton de Morange , disserte sur les couleurs qui composent la livrée du roi. «J'ai montré que ces trois couleurs ont été successivement celles qui ont désigné les Français : savoir le bleu, sous les deux premières races de nos rois ; le rouge, sous la troisième jusqu'à Charles VI, et le blanc, depuis Charles VII jusqu'à présent ; ainsi pour composer une livrée pour nos rois qui fut capable d'indiquer l'ancienneté de la monarchie, on n'a eu qu'à rassembler les couleurs qui, en différents temps, l'ont désignée.»

Le bleu est la couleur du manteau de Saint Martin, riche et généreux gallo-romain ; elle aurait été adoptée pour cette raison par les rois mérovingiens et carolingiens. Le rouge est la couleur de saint Denis, martyr apôtre des Gaules, premier évêque de Lutèce. L'oriflamme des Capétiens était pour cette raison rouge vif. Le blanc serait le drapeau de Jeanne d'Arc, et la couleur de la vierge Marie. Les Français auraient abandonné le rouge à cette époque pour prendre le blanc. La raison en serait que les Anglais, pour afficher leurs prétentions à la monarchie française, avaient pris le rouge. Henri IV faisait de son panache blanc le signe de ralliement des Français.

La dynastie royale, qui se légitimait par l'ancienneté, pouvait ainsi additionner le bleu, le rouge et le blanc. La cocarde est bien «royale et bourgeoise», monarchique et parisienne, comme le dit le journal de Leyde.

Il n'y a donc aucun mystère que Louis XVI ait accepté volontiers la cocarde tricolore le 17 juillet 1789. Les Républicains les plus farouches s’inclinent devant la bannière de la continuité monarchique. Les décentralisateurs se prosternent devant les couleurs de la ville centrale.

C'est ce que l'on appelle une ironie de l'Histoire.

Voir aussi :
©agence bretagne presse

mailbox imprimer

Jean-Pierre Le Mat est chef d'entreprise et auteur. Il a en particulier réédité et complété l'Histoire de Bretagne de Henri Poisson; Patrick Pearse et l'insurrection irlandaise de 1916; les cent vies de l'hermine; Histoire de Bretagne, le point de vue breton; Enquêtes sur les prophéties de Merlin ; Carnet d'un Bonnet rouge ; Ils ont fait la France. Il anime le site contreculture.org.

Vos commentaires :

PM
Jeudi 26 juillet 2018

C'est toujours un vrai bonheur de lire les articles de Jean-Pierre le Mat. Il devrait être sponsorisé par la Sécurité sociale !

Jacques
Jeudi 26 juillet 2018

C'est connu... du moins pour ceux qui s'intéresse à l'histoire et essaye de comprendre les choses...

Les drapeaux ne sont pas sortis de nul part, ils évoquent des valeurs exprimés en synthèse.

Pour la Bretagne, le blanc et le noir issu du Kroaz Du, les bandes représentant les évêchés alternativement de langue bretonne et galaise dans sa plus récente partition, les hermines issus du blason... le tout sous la forme du drapeau grec ou américain...

Les valeurs sont donc : la tradition, l'état breton, la religion, le respect des spécificités, la démocratie...

L'Union Jack lui représente ses nations toutes mises sur un pied d'égalité..: Écossais (croix bleu en X), Anglais (crois rouge), Irlandais (croix rouge en X)... seuls les Gallois sont absents...

Cela représente également la tradition, la religion et le respect des nationalités... car dans les faits, les Gallois sont largement respecté malgré cette absence... l'esprit est là...

Oui, le drapeau français représente bien la monarchie encadré par Paris... sur fond de symbolique religieuse...

C'est à dire qu'en dehors de Paris, rien n'existe... le roi qui représentait l'état est encadré par l'oligarchie...et la religion est toujours présente, elle a seulement glissé du christianisme (un dieu divin) au Républicanisme (un dieu nommé ETAT et divin à sa manière)...

Or même au sein du mouvement breton, les valeurs du Triliv (tricolore) prennent bien souvent le pas sur les valeurs du Gwenn ha Du... le résultat qui en résulte parle de lui-même...

Tout le monde a été surpris de voir le Triliv réapparaître, même en Bretagne, lors de cette coupe du monde... pendant qu'une large partie du monde s'étonnait de cette équipe dont seuls de rares exceptions représentaient les habitants historiques de ce territoire européen et qui fut perçu comme une négation de soi-même. Une victoire qui semblait plus représenter un système administratif (colonial, selon certains) qu'un groupe d'humains...

Depuis on a compris que le monde avait tord et que seule la France (incluant les Bretons... ex-Bretons...) avait raison, une relation au monde que nous appelons ici en Bretagne : l'ouverture sur le monde...!

Pendant que la Croatie (pays plus petit que la Bretagne, ayant récemment obtenu son indépendance) était au mieux ignoré au pire conspué pour représenter par son équipe le temps long et les valeurs d'une nation au sens réel du terme... ainsi qu'une certaine idée humaniste que petit ou grand par la taille les nations sont sur un pied d'égalité...

Sans même évoquer qu'en Bretagne le fait que la Bretagne soit interdite de participation n'a pas soulevé une grande émotion... et OUI, "NOUS"(?) avons gagné... Cette équipe aurait été composé d'extra-terrestres footeux jouant officiellement pour ''nous'' que l'absence des Bretons n'aurait pas ému le moindre du monde... ben oui, une équipe de Bretagne aurait pu perdre... d'ailleurs les Croates ont perdu face à "nous" (?)...!

Oui, le drapeau français exprime bien un message tout comme le drapeau breton...

Fañch
Jeudi 26 juillet 2018

En passant devant une assemblée de population qui à la queue leue leue faisait le pied de grue, avec son tricolore, et tout l'attirail carnavalesque qui va avec, pour attendre son tour en file indienne (tels des moutons qui vont au coupe gorge, à l'abattoir ... ou au cirque d'État) j'ai lancé plusieurs fois "Allez la Croatie, ici c'est la Bretagne !"

- Tels des curieux abasourdis, les yeux ébahis nombreux m'ont regardé sans broncher .... Ont ils vu une bête, un sauvage pygmée, en voit de disparition ?

Cela ce passait du côté du Grant-Est de Bretagne. C'est peut-être un territoire en voie de dissolution dans la Francie-lienne vu que le TGV à ramené Rennes dans la proche banlieue de Paris.

Manoel
Vendredi 27 juillet 2018

Les enluminures des rois de France aux XII-XIIIème siècles était régulièrement certies/bordées de bleu, blanc et rouge. Ce sont les couleurs du Royaume depuis bien longtemps en réalité (ce sont également des couleurs de Paris et Lyon), la fleur de Lys étant plutôt un symbole dynastique capétien (y compris les branches Valois ou Bourbon)

Fañch
Samedi 28 juillet 2018

Le 1er mai, tel Superdupont, le SuperBen de l'Élysée à vu rouge en voyant les balck-blocks qu'il souhaitait voir de près,

aussi grâce à son carton tricolor et en tant que Lieutenant colonel et avec l'accord de .... NSP .... accompagné d'un superGendarme (sans port d'armes) et d'un superMajor (près de la retraite) qui devait les encadrer, les 2 Super héros ont paradé brassard de police, et radio ACROPOL pour communiquer, avec flingue à la ceinture pour montrer à qui de droit leur vaillance Policière en interpellant plusieurs quidams à travers Paris, puis 3 heures plus tard, le Bodyguard casqué et son acolyte se sont fait une petite surprise party en se faisant passer pour des Blancs de Poulets en interpellant 2 blancs becs, manu militari, un coq et une poulette place de la contre-escarpe qui s'en prenaient aux CRS en infériorité numérique...

SuperBen réussi à entrer au QG des forces du commandant de la DOPC (à son insu) pour visionner les vidéos de ces exploits Bleu, Blanc, Rouge ...

puis SuperBen en héros triomphant rentra au Palais ... fiers de cette journée de congé bien remplie.

Le SuperPréfet averti des frasques de SuperBen lui remontra que Jupiter allait voir rouge à cause de tous ces Bleus ...aussi il lui fut infligé une sanction de 15 jours , un blanc, sans voir son Maître adoré.

SuperBen dépité pris congé et s'en vint en Bretagne chez les Ploucs (car son salaire devait être amputé et la vie est moins chère en Bretagne, galette, saucisse et choux-fleurs...nourrissent son homme) en se disant qu'on ne l'y reprendrait plus... sa peine accomplie, il fut réintégré et participa joyeusement aux pérégrinations de son Maître Jupiter, en son Royaume, qui plus tard devait recueillir les Bleus dans son Blanc Palais vêtu de Rouge.

Le Maître des horloges pour remercier son Bodyguard de ces actes héroïques lui offrit (9 juillet) un joli 85m2 Quai Branly un peu défraichi, mais dont l'état allait assurer des travaux pour 180.000 Euros pour y loger près de lui (tel César) son Super-Héros musclé. (avec 2.200 milliards de dettes, on n'est plus a quelques miettes près)

Le Jeunot, tel un Bleu, ne se sentit plus de joie car on lui offrit de recouvrer sa dignité en récupérant les vidéos de ces actes de bravoure afin qu'il soit Blanc-chit.... Malheur, le pot aux Roses fut découvert !

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 5 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.