Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
Bilinguisme à Languidic : Autisme et cynisme de l'académie de Vannes
Les parents d'élèves de l'école publique Georges Brassens à Languidic se sont retrouvés ce lundi à 20h30 dans une classe de l'école. Le but de cette réunion était de présenter aux parents d'élèves les propositions faites par l'inspection d'Académie lors de la réunion qui avait eu lieu ce lundi
pour ABP le 24/10/06 1:02

Les parents d'élèves de l'école publique Georges Brassens à Languidic se sont retrouvés ce lundi à 20h30 dans une classe de l'école. Le but de cette réunion était de présenter aux parents d'élèves les propositions faites par l'inspection d'Académie lors de la réunion qui avait eu lieu ce lundi matin.

"Une réunion à l'inspection pour rien."

En effet, une délégation de 8 parents avait été reçue ce lundi matin dans les locaux de l'inspection d'Académie à Vannes, en présence de Philippe COUTURAUD, inspecteur d'Académie, de Yvette LECOMTE, adjointe en charge du premier degré et de André MARQUILLY, inspecteur de la circonscription d'Hennebont.

Pendant cette rencontre, les parents d'élèves ont renouvelé leur demande de création d'un poste supplémentaire d'enseignant bilingue. La réunion n'a pas été à la hauteur des attentes des parents. En effet, ceux-ci ont fait part à l'inspecteur d'Académie des nombreux courriers qui avaient été envoyés dans le passé. La réponse de l'inspection a été pour le moins laconique : « quand un gamin hurle, parfois ça lui fait du bien de le laisser hurler ».

L'inspecteur d'Académie a ensuite fait part aux parents de sa décision de ne pas attribuer le demi-poste demandé. Il a cependant indiqué être prêt à reparler du dossier dans le cadre de la préparation de la rentrée 2007.

"L'inspecteur de circonscription fait une offre en demi-teinte"

Ce lundi soir, c'est André Marquilly qui avait la mission de venir présenter la proposition de l'inspection d'Académie aux parents d'élèves. Il s'agit en fait d'une réorganisation des effectifs et des classes au sein de l'école. L'inspecteur de circonscription a voulu rassurer les parents sur l'apprentissage de breton, en garantissant que « 13h par semaines seront à tous les élèves inscrits en filière bilingue ».

Afin d'arriver à ce résultat, les CP devront être pris en charge avec les moyennes et grandes sections de maternelle. Cette offre a levé une autre inquiétude chez les parents, concernant les élèves de CP qui, heureux d'être entrés dans la grande école, ne comprendraient pas de retourner en maternelle. André Marquilly s'est empressé de rassurer les parents sur ce point là, estimant qu'il est possible de transférer la classe nouvellement créée dans les locaux de l'école primaire.

Ce système permettrait d'arriver à une classe de 24 élèves sur 3 niveaux, au lieu de 28 élèves sur 4 niveaux, comme cela apparaissait sur la dernière proposition de l'inspection d'Académie. Les enseignants ont plutôt bien accueilli cette proposition estimant « qu'on a fait pire ». De toute façon le choix se faisait entre avancer ou attendre une autre option, qui ne viendrait peut être pas. « Entre la peste et le choléra » a précisé un enseignant, avant de rajouter « il faut y aller, il faut crocher dedans ».

"Les parents acceptent avec amertume"

Après le départ de l'inspecteur de circonscription, la discussion s'est poursuivi entre les parents et les enseignants. La première crainte des parents était de savoir dans quelle mesure cette option était réalisable. Puis, la question s'est posée de savoir s'il fallait arrêter le mouvement et accepter la proposition, ou poursuivre la grève.

Le vote a donné une large majorité à l'acceptation de l'offre. Faute de mieux, les parents ont dit oui à l'inspecteur d'Académie, mais ont promis de rester vigilant pour l'année prochaine. Rendez-vous est pris avec l'inspection en janvier afin de travailler sur la carte scolaire de la rentrée 2007. En attendant, les parents ont décidé de tout mettre en œuvre pour développer la filière bilingue à l'école Georges Brassens et obtenir le maximum d'inscription pour la rentrée prochaine.

Mais cette décision a un goût amer. Certains parents restent persuadés que céder à l'inspection ne permettra d'avoir du poids pour obtenir la pérennisation de la filière.

ABP - Texte : JP Tranvouez - Photos : Serge Jolivel

Cet article a fait l'objet de 1188 lectures.
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 9 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons