L'existence de la langue, base de notre culture bretonne multiséculaire, est une fois de plus mise en danger : pourtant Diwan, cette école bretonnante d'enseignement en immersion a depuis 40 ans, fait ses preuves tant pédagogiques que de moteur économique en Bretagne, Nantes comprise.

Diwan est créée en 1979 par des Bretons, par défaut de réponse de l'État parisien hyper-centralisateur, à pérénniser la diversité des cultures sur ses territoires. Car l'Hexagone est l'addition des cultures qui font sa richesse. Ces territoires ? L'État français, donneur de leçon de démocratie de par le monde, estime -t-il en être propriétaire jusque dans le ressenti culturel des peuples qui y habitent et y travaillent depuis des millénaires ?

Un État plus que jamais décidé à écraser ce qui n'est pas « l'unité » selon l'Évangile de l'élite parisienne !

La diversité ? Une évocation vibrante, juste pour attirer les voix nécessaires à la captation du Pouvoir. Puis, élections passées, pouvoir en main… non ! En poigne ! La démocratie alors n'est plus qu'image de livres d'histoire… Alors, que reste-t-il ? L'Écho d'un certain discours à Quimper, Place st Corentin… Peu de semaines avant cet été, qui n'est pas encore fini, que déjà discours et promesses sont aux oubliettes et l'on ressort les bonnes vieilles recettes répressives… Les Bretons payent l'impôt - comme tous – l'élite parisienne en dispose selon son bon vouloir. La ceinture de Paris a continué sa construction… malgré les coupures de crédits aux Territoires pour économie !

Or, ce nouveau président allait, prétendait-il, renverser la table… fini l'ancien monde politique ! On entrait dans une aire nouvelle ! Plus juste, plus républicaine…

Hélas ! Notre jeune président nous sort les plus vieilles recettes, largement avariées !

Les forces qui nous gouvernent qu'elles soient de droite, de gauche ou de « ni gauche, ni droite, »  écrasent en marchant les attentes connues, si souvent exprimées… et ignorées… Car ainsi va cette soi-disant république, à l'aune d'un autoritarisme… jupitérien ! On aura tout vu, tout entendu au point que même les lois républicaines ne sont plus communes à tous les citoyens… et tournent à la « Benalla » du fait-divers à l'Elysée.

Mais s'attaquer à Diwan, c'est nous attaquer : c'est le Rubicon à ne pas traverser ! Car on ne lâchera rien tout en respectant les lois et les libertés républicaines… à moins qu'en cette période de révision de la Constitution, on n'y rajoute un article « spécifique » !

Au fait : la ratification de la Charte Européenne, c'est programmé dans combien de décennies ? Inutile de l'inscrire dans le programme de campagne des élections de l'an prochain pour l'Europe : Paris s'arrangera pour qu'elle ne soit pas appliquée !

mailbox imprimer