Arradon, les parents d'élèves séquestrent l'institutrice
Dépêche

Publié le 12/09/06 17:32 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les parents d'élèves de l'école des Corallines à Arradon ont mené une action choc ce lundi. Ils ont en effet appris vendredi dernier la disparition de deux postes d'enseignant, un en maternelle et un en primaire. Problème, l'enseignante de primaire était habilitée à apprendre l'anglais. Conscients de la problématique que pose l'absence de l'enseignement d'une langue vivante dans les classes de cour moyen, les parents ont décidé de mettre en place une action forte pour faire revenir l'enseignante.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Ce lundi, alors que l'institutrice venait de déposer son enfant à l'école, les parents d'élèves ont décidé de la forcer à rejoindre sa classe. Après s'être emparé de ses clés, ils ont séquestré l'enseignante dans son anciene classe.

Prévenu de l'opération, André Mercier, inspecteur d'académie de Vannes, a demandé que l'institutrice soit libérée avant d'entamer toute discution. C'est sur le coups de midi que l'intervention des gendarmes a permis à l'institutrice de quitter l'établissement.

Les parents ont rencontrer l'inspecteur d'académie sur les coups de 15h à la mairie d'Arradon. Ils ont obtenu la création d'une demi poste pour l'institutrice, qui partagera son temps avec l'école de Ploeren. Bien que souhaitant obtenir plus d'avancées, les parents ont estimé qu'il valait mieux mettre un terme au mouvement.

L'institutrice, qui s'était déclarée choquée lors de sa sortie de l'école, a en fin de compte, remercié les parents pour leur ténacité dans ce dossier. Les élèves d'Arradon pourront donc étudier l'anglais.

JPT / ABP


mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.