Anne Guillou, sociologue : les femmes de Bretagne étaient des mères
Communiqué de presse de Taol Kurun

Publié le 16/03/14 23:55 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
:

Elle a écrit "Pour en finir avec le matriarcat". Venue pour en parler lors des Deizioù de Lorient, elle a étonné son public.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Anne Guillou est une sociologue, romancière, nouvelliste et essayiste. Elle a étudié la condition des femmes en Bretagne. Alors qu'au Moyen Age les femmes peuvent être propriétaires, sont consultées, ont un statut, elles vont petit à petit le perdre, avec le Code Napoléonien, le code de la famille ... Et malgré cela, elles vont s'investir dans de nombreuses tâches, qui relèvent toutes de fonctions maternelles : institutrices, infirmières, assistantes sociales, orthophonistes, ... Secrétaires de direction elles aident les hommes à réussir, restant toujours dans l'ombre mais indispensables à la bonne marche de l'entreprise. Pas de matriarcat donc, sauf peut être pour les femmes de marins trop souvent absents pour assurer la charge de chef de famille.

Elle conclut son exposé par une vision des femmes d'aujourd'hui plus libérées, laissant rapidement leurs enfants au soin des professeurs, animateurs pour se réaliser elles-mêmes. Serait-il venu, le temps des femmes en politique, des femmes qui prendraient une vraie place dans la société bretonne, dans les choix de la société des années 2020 ici ?

Voir aussi :
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.