...
...

09

SEP

2018

AI’TA! DÉMONTE DES PANNEAUX EN LOIRE-ATLANTIQUE AVEC 44=BZH

La Loire-Atlantique est en Bretagne

mais la langue bretonne y est toujours proscrite !

C’est à la suite d’années de mobilisations que les Breton·ne·s ont obtenu que les communes et départements du Finistère, Morbihan et des Côtes d’Armor généralisent la signalétique routière bilingue breton-français.

Après une intense campagne de démontage des panneaux routiers des voies express, l’Etat a annoncé le 29 mars 2018 par la plume du directeur interdépartemental des routes que « la mise en œuvre d’une signalétique bilingue est effectivement engagée sur le réseau routier national breton ». Toutefois seuls quelques panneaux directionnels ont été installés à ce jour sur des voies d’accès. Aucun le long des quatre voies. Aucun en Loire-Atlantique. Pire, le Préfet de Région Bretagne semble maintenant revenir sur sa décision en évoquant des arguments techniques. Qui plus est, l’État justifie son inaction par le fait que les collectivités locales n’aient pas toutes engagées cette démarche en faveur de la langue bretonne.

Les collectifs Ai’ta! et 44=BZH ont donc organisé le samedi 8 septembre une action en plein jour pour exiger l’installation immédiate de panneaux bilingues paritaires partout en Bretagne. Le lieu choisi, à Herbignac, en limite des départements du Morbihan et de Loire-Atlantique est en effet emblématique du refus de l’État et des collectivités locales de permettre à la langue bretonne d’exister normalement. Concrètement, il n’y a sur le terrain aucune logique dans les parcours de jalonnements routiers, qui sont bilingues parfois, et monolingues à d’autres endroits. A Herbignac où a lieu cette action, les panneaux sont en effet bilingues du côté Morbihan et uniquement en Français à quelques centaines de mètres du côté Loire-Atlantique. La généralisation rapide de la signalétique bilingue est donc indispensable.

Après avoir subi des difficultés à ouvrir des filières d’enseignement bilingue breton-français et à contractualiser des classes en Loire-Atlantique, suite à l’absence d’émissions en breton à la télévision publique en Loire-Atlantique nous constatons une fois de plus, de façon concrète, que les frontières administratives imposées par l’État entraînent un traitement discriminatoire pour les breton·ne·s qui souhaitent utiliser leur langue au quotidien, notamment en Loire-Atlantique.

Nous démonterons donc les panneaux monolingues pour faciliter et accélérer le déploiement d’une signalétique bilingue paritaire et mettre l’État et les collectivités face à leurs responsabilités.

La partition administrative de la Bretagne tue notre langue et notre culture à petit feu. Aujourd’hui nous annonçons notre détermination à ne plus l’accepter. Nous appelons également tou·te·s les breton·ne·s sensibles à la diversité culturelle et qui souhaitent la réunification de la Bretagne à venir l’affirmer haut et fort à Nantes, le samedi 29 septembre prochain lors de la grande manifestation pour la Démocratie en Bretagne et pour le droit de décider la réunification.

Voir aussi :

mailbox imprimer

Vos commentaires :

lhéritier jakez
Lundi 10 septembre 2018

Bravo, belle action.

Un exemple à multiplier .

Paul Chérel
Lundi 10 septembre 2018

Je veux bien que vous manifestiez votre courroux à l'égard de la Loire-Atlantique mais je trouve bizarre que vous ne mentionnez pas l'Ille et Vilaine parmi vos succès. Oubli ? Paul Chérel

Lucien Le Mahre
Lundi 10 septembre 2018

C'est bien et c'est juste car ne nous trompons pas : c'est l'Etat qui est dans l'illégalité par rapport aux exigences des droits humains universels.

Nous n'avons pas de plus à accepter un découpage territorial aberrant qui a été décidé sans notre accord.

Agissons donc le plus possible sans en tenir compte, faisons comme s'il n'existait pas.

Raig
Mardi 11 septembre 2018

Bonjour

Oui, la Loire-Atlantique est un département issu de la Bretagne qui fût découpée en 5 départements à la Révolution (septembre 1789 - février 1790).

Mais est-il pertinent d'avoir des panneaux en français / breton celtique en zone gallèse ?

Pour les panneaux d'entrées du 44 au sud par la Vendée et est par le Maine et Loire, je préférais :

"BIENVENUE EN L.A. BRETAGNE HISTORIQUE"

Phrase explicite que les "non-bretons" ainsi que les Rennais ;-) peuvent comprendre

que

"DEGEMER MAT ET LIGER ATLANTEL"

qui est du baragouin pour les mêmes personnes.

Cela me paraît moins efficace.

Par contre en presqu'île guérandaise et côte du Pays de Retz cela serait recommandable et ferait plaisir aux touristes.

à suivre

Ai'ta!
Mardi 11 septembre 2018

@Paul Chérel

L'Etat a écrit en mars que des panneaux bilingues seraient installés sur les routes nationales de Bretagne.

Il est donc évident pour nous qu'ils seront installés sur l'ensemble des 5 départements!

L'Etat essaye maintenant d'expliquer que des panneaux seront installés seulement là où il y aura une continuité avec l'existant... C'est pour nous inacceptable et aucun prétexte technique ne peut justifier que la langue bretonne n'ait pas la même place que la langue française dans les services publics en Bretagne.

Tout nouveau panneau installé en Bretagne et n'intégrant pas la langue bretonne, à parité avec le français, a donc vocation à être démonté.

Claude Vermet
Mardi 11 septembre 2018

Vus parlez du respect de la diversité culturelle ?Et de "nôtre langue bretonne et nôtre culture bretonne"!!! Vous voulez rire ? On voit bien que vous êtes encore et encore dans l'idéologie nationaliste, en méprisant la langue, le patrimoine.... et la population du pays gallo!!

Ai ta
Mercredi 12 septembre 2018

@Claude Vermet

Oui, la langue bretonne est notre langue. Ce qui n'empêche pas d'avoir d'autres langues!

Il n'y a donc aucun mépris envers les autres langues et cultures de Bretagne et d'ailleurs. Et la présence de la langue bretonne n'empêche pas la présence du gallo. Votre interprétation est donc biaisée!

Brian
Jeudi 13 septembre 2018

@Raig Oui, le breton est pertinent partout dans le pays, même si le gallo doit avoir bien sûr sa place dans l'est. Prenez l'exemple des panneaux Valencien/Castillan dans la Communauté valencienne (État espagnol), panneaux bilingues à Dublin... Les gens s'approprient les langues qui sont propres à leurs pays (~30% d'élèves en gallois à Cardiff, ville pourtant "traditionnellement" anglophone: comparons avec Nantes!), et le fort intérêt pour le breton à Rennes, par exemple, en témoigne. Le problème du gallo, c'est qu'il n'est pas encore tout à fait standardisé. Il faut un corps comme Ofis ar brezhoneg, et ce sera très bénéfique.

METCHNIKOFF Philippe
Jeudi 13 septembre 2018

IL FAUT ARRÊTER AVEC LA GUÉGUERRE BRETON - GALLO .AUX FRONTIÈRES DE LOIRE-ATLANTIQUE ON DOIT AVOIR LE PANNEAU BILINGUE "BIENVENUE EN BRETABNE DEGEMER MAD E BREIZH" .

Rafig
Jeudi 13 septembre 2018

#2

Pour 95 % des habitants du 44 et pour ceux qui y viennent par le Sud et l'Est, c'est TRÈS clair de comprendre :

" Bienvenu en Bretagne historique "

Panneaux officiels posés par une entité administrative de la République.

depuis ils sont remplacés par des " Degemer mat ..." que 0.5% des gens comprennent.

Ces panneaux en français nous aident grandement pour avancer sur le dossier de la Réunification car cela rend incontestable la bretonnité du 44 par les Français de France ou de B4

Rien n'empêche AI'Ta de réclamer une 2e ligne e Brezhonneg sur ce même panneau.

A+

Breizh ha pik echu
Vendredi 14 septembre 2018

Arrêtez avec "Bretagne historique"! C'est pas le passé qui nous intéresse mais l'avenir.

Donc parlons de "Bretagne" tout simplement.

Et il y a toujours le terme de "région Bretagne" pour parler de B4.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 0 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.