Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Enquete -
A.N.N.V.E.N, une proposition de l'UMP
"Les conséquences des essais nucléaires (...) doivent faire l'objet d'un consensus"

Députée des Tuamotu, comme elle aime à se présenter, Béatrice Vernaudon n'a pas ménagé, depuis des années, les interventions auprès de Mme Alliot-Marie, ministre de la Défense, et d'autres personnalités de l'État, pour exiger
Jacques Dezetter pour association nationale vétérans victimes essais nucléaires.ANVVEN le 5/02/07 16:19

"Les conséquences des essais nucléaires (...) doivent faire l'objet d'un consensus"

Députée des Tuamotu, comme elle aime à se présenter, Béatrice Vernaudon n'a pas ménagé, depuis des années, les interventions auprès de Mme Alliot-Marie, ministre de la Défense, et d'autres personnalités de l'État, pour exiger non seulement des informations sur la réalité des essais nucléaires en Polynésie mais aussi pour que l'État prenne au sérieux ses responsabilités vis-à-vis des victimes polynésiennes.
L'ambition de la députée de la Polynésie et de ses collègues de l'UMP est de rappeler que les conséquences des essais nucléaires sur la santé et l'environnement doivent faire l'objet d'un consensus où le débat politique n'a pas lieu d'être. Un point de vue que Moruroa e tatou a toujours partagé depuis sa création en 2001.
La proposition de loi de l'UMP rejoint les autres propositions du PS, du PC et des Verts en demandant notamment:
- "L'établissement du principe de présomption de lien avec le service pour la ou les maladies dont souffre toute personne ayant participé aux essais nucléaires". Les parlementaires français veulent épargner aux victimes d'avoir à faire la preuve scientifique de ce lien devant les tribunaux pour des maladies qui se déclarent des années après leur exposition aux radiations.
- "La création d'une commission nationale de suivi des essais nucléaires, composée de représentants des parties concernées : ministères de la défense, de la santé et de l'environnement ; président du gouvernement de la Polynésie française, députés et sénateurs, représentants des associations et personnes qualifiées".
Les parlementaires français estiment qu'il n'est pas acceptable, comme c'est le cas aujourd'hui, que le règlement du contentieux des essais nucléaires repose sur le seul interlocuteur désigné par le ministère de la Défense.

"Le suivi des essais nucléaires (...) enfin sorti des débats partisans"

Mais, dans le contexte politique d'une législature qui s'achève, cette proposition de loi ne sera certainement pas discutée par les députés avant les prochaines élections. Moruroa e tatou juge qu'il s'agit d'une pierre d'attente pour la prochaine législature et se félicite que dès maintenant, avec la publication de cette proposition de députés de l'UMP, le suivi des essais nucléaires soit enfin sorti des débats partisans.>(fin du communiqué)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1432 lectures.
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 1 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons