L’édition originale de Suite bigoudène effilochée parue fin 1982 à l’enseigne de la Poèterie fut rapidement épuisée. Après avoir publié en 2014, sans aucune aide à l'édition, Poèmes celtaoïstes, un choix de textes et poèmes écrits par Paul Quéré entre 1979 et 1993, «Les Editions Sauvages» envisagent aujourd'hui de donner une nouvelle vie à ce titre emblématique dans sa collection Phénix, dans une version augmentée selon le souhait de son auteur.

Paul Quéré, d’origine bretonne, est né à Reims en 1931. Il a vécu en Provence où il a travaillé auprès de l’instituteur et pédagogue Célestin Freinet, puis est devenu céramiste et potier. Il s’est installé en 1979 avec sa compagne et leurs deux filles dans le sud du Finistère à Plonéour-Lanvern, à Bodérès, où il continua à exercer son métier de potier, créa les revues «Ecriterres» et «Le nouvel Ecriterres» et se consacra à la poésie et à la peinture. Décédé à Pont-l’Abbé en 1993, il laisse une œuvre peinte et écrite de premier plan.

La parution de Suite bigoudène est prévue pour début mars 2016. Cette publication se fera une fois encore sans soutien autre que celle de lecteurs. «Les Editions Sauvages» remercient tous ceux qui, par leur commande anticipée, permettront à ce livre de paraître.

Suite bigoudène effilochée : couverture couleur et 5 dessins de Paul Quéré, 154 pages, format 14 X 20, avant-lire d'Ariane Mathieu. 15 € + frais de port.

Document PDF paul_qur_suite_bdc.pdf Bon de commande, Suite bigoudène. Source : Les Editions Sauvages
Voir aussi :

mailbox imprimer
poète et critique, responsable de rédaction de la revue Spered Gouez/L'esprit sauvage.

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 5 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.