5 juillet 1940, « Mais l'île de Sein, c'est donc le quart de la France ! »
Communiqué de presse de Centre d'Histoire de Bretagne/ Kreizenn Istor Breizh

Publié le 24/08/14 23:32 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Ces propos auraient été dits par le général de Gaulle à Londres lorsqu'il passa en revue à l'Olympia hall de Londres les premières forces françaises libres. De nombreux Bretons, surtout des ports, avaient répondu à son appel, mais plus particulièrement les Sénans. L'appel du 18 juin fut transmis plusieurs fois par la BBC et les Sénans, sur leur île, du moins ceux qui n'avaient pas été mobilisés en 39, apprirent qu'un général français parlait à la radio de résister encore.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Quatre Sénans avaient déjà rejoint l'Angleterre à bord du Ar Zenith, navire ravitaillant habituellement à partir d'Audierne l'île de Sein. Le 22 juin, les Sénans écoutèrent la BBC. En apprenant que les Allemands arrivaient à Audierne, le curé et le maire de l'île encadrèrent les départs vers l'Angleterre. 114 Sénans montèrent à bord de cinq navires de pêche. D'autres habitants de l'île les rejoindront à partir d'autres ports bretons. Au total, 128 Sénans, de 16 à 54 ans, quittèrent leur île pour Angleterre. Ils seront affectés dans les forces navales de la France libre. 18 y perdront la vie. Lors de sa venue, le 30 août 1946, le général de Gaulle remit à l'île la Croix de la Libération.

CHB-KIB (voir le site)

(voir le site)

Quelques sites internet

(voir le site)

(voir le site)

(voir le site)

(voir le site)

(voir le site) file:///C:/Users/Fr%C3%A9d%C3%A9ric/Downloads/MC03.pdf

(voir le site)


mailbox
imprimer
Vos 3 commentaires
  jack Leguen
  le Dimanche 24 août 2014 23:54
Double standards sémantiques à France television. Quand France 3 a produit un documentaire sur les Bretons qui avaient choisi le camp allemand, il mentionne à tout bout de champs le mot "Bretons", mais quand France 2 produit une devoir de mémoire au JT de 20 heures ce soir sur les Bretons qui ont rejoint les forces françaises libres dès le début de l'occupation, on ne parle plus de "Bretons" mais de "Sénans" ou d'habitant de l'Ile de Sein, et de Français. Au risque de caricaturer : quand un habitant de Bretagne est résistant il est "Français", quand il est collabo, il est "Breton" ! Si c'est pas de la propagande et du marketing d'identité c'est quoi ? Jetez vos télés à la casse... on a bien assez avec l'internet, et en plusieurs langues, en fait, l'ensemble y est plus objectif.
Pour préciser il y avait aussi de nombreux marins pecheurs d'Audierne et de Douarnenez et de nombreux autres ports Bretons. De Gaule s'est bien gardé de dire "mais la Bretagne c'est la moitié de la France" !
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Lundi 25 août 2014 01:37
Y a t-il eu pendant 4 ans , des militaires allemands stationnes ,en permanence sur SEIN ?????? .
Mr Francois HOLLANDE fait un bon travail de recuperation .Donc je n'ai pas a m'inquieter pour lui , après son mandat .Il trouvera toujours quelque chose .
(0) 
  Donbzh
  le Lundi 25 août 2014 01:55
Depuis longtemps dans les médias français, ce qui est positif est français , le négatif nous étant réservé .
Ce sont là les mêmes moyens qu'utilisent toutes les dictatures et tous les racismes, d'hier et d'aujourd'hui,pour combattre ces ennemis...
Que connaissons nous, nous Bretons de notre histoire, ce que nous avons lu ou entendu, pas la désinformation apprise dans l'éducation nationale française ou dans ces médias...
Honneur aux Sénans et à tous les héros bretons.
L'un d'entre eux, cet hiver, m'a dit que nous avions raison de nous battre avec nos bonnets rouges. Venant d'un résistant de St Marcel , cela m'a profondémment touché ...
BEVET BREIZH
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.