4,36 millions d'habitants recensés en Bretagne
Dépêche

Publié le 30/07/10 11:02 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La Bretagne compte plus de 4,36 millions d'habitants selon l'Insee. Dans chacun des cinq départements, la population continue de grimper. La Loire-Atlantique et l'Ille-et-Vilaine en tête.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Eurostat livrait il y a quelques jours les tendances en matière de population de l'Union européenne à 27 ( ( voir l'article )). En début d'année, l'Insee avait livré les nouveaux chiffres de population légale, basés sur le recensement effectué en 2007 sur le territoire français. Depuis 2004, un nouveau procédé d'enquêtes annuelles mais partielles remplace le comptage traditionnel organisé auparavant tous les huit ou neuf ans.

Et résultat, les régions littorales, de la Bretagne à la Corse , enregistrent les plus gros gains de population. Le dynamisme démographique de notre région résulte principalement de l'apport migratoire. Pour autant, la Haute et la Basse-Bretagne , comme l'armor et l'argoat, ne se développent pas au même rythme.

35 + 44 = 50% BZH

Avec 1 246 798 habitants, la Loire-Atlantique demeure le plus peuplé des départements bretons. Rien qu'en un an, il a gagné 12 700 habitants (+1 %). Désormais au douzième rang français, le cinquième département breton affiche une progression de 10,3 % par rapport aux chiffres du recensement de 1999.

Sur cette période, l'Ille-et-Vilaine a connu une évolution similaire (+10,18 %) au point de d'approcher le million d'habitants (955 846). L'attactivité de l'aire urbaine Rennes qui comprend la ville-centre et les 140 communes autour jusqu'à 40 km ne se dément pas. À eux deux, l'Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique représentent la moitié de la population bretonne.

Le déséquilibre s'accroît

« Après les Côtes d'Armor, département qui a perdu la moitié ses habitants en un siècle, c'est autour du Finistère de s'essouffler », s'inquiétait en début d'année Christian Troadec, candidat aux élections régionales. Il pointait du doigt « la fracture territoriale ». 885 906 habitants dans le 29, 702 487 dans le 56 et 576 049 dans le 22. Les Côtes d'Armor restent le département le moins peuplé de la péninsule armoricaine en dépit d'une hausse de 6,21 % entre 1999 et 2007. « C'est l'arrivée de nouveaux habitants qui génère la croissance de la population, les naissances étant déficitaires sur les décès », analysait l'Insee en septembre. Le voisin finistérien (+33 488 habitants entre 1999 et 2007) doit se préoccuper de l'équilibre de ses territoires, entre des pôles dynamiques autour de Brest et Quimper jusqu'au littoral et une zone centre-est plus en souffrance.

Poussée sur le littoral

La forte croissance des communes des bords de mer est visible dans le Morbihan qui attire des actifs qualifiés et des retraités. Depuis 1999, ce département a gagné 58 614 habitants, soit une progression de 9,10 %. À l'échelle bretonne, les prix de l'immobilier expliquent largement la forte croissance des communes des deuxième et troisième couronnes autour des grandes villes, dans les environs de Rennes, mais aussi à Brest. Enfin, huit villes dépassent la barre de 50 000 habitants : Nantes, Rennes, Brest, Saint-Nazaire, Quimper, Lorient, Vannes et Saint-Malo. Avec 283 025 habitants (+13 000 entre 1999 et 2007), la cité des Ducs de Bretagne est désormais la sixième ville la plus peuplée de l'Hexagone.

Consulter aussi les chiffres de population de 2006 : ( voir l'article )

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1779 lectures.
Vos 4 commentaires
bernard guyader
2010-08-31 23:27:40

"...la cité des Ducs de Bretagne est désormais la 6 eme ville fr'ançaise." . Plutôt 6 eme à l'étranger que première chez elle ?. Cette conclusion va faire vibrer les coeurs d'Ayrau et soulager Auxette !!!.B.Guyader
(0) 
herve leray
2010-08-31 23:27:40
progression, progression
cet article comme tous les articles à la "Ouest-France" ne voit pas plus loin que le bout de son nez !
On se réjouit sans réfléchir, tous ces gens venant d'ailleurs se foutent completement du coté "Bretagne", ils sont Français et viennent s'implanter dans un autre département français "près de la mer".
et c'est pas comme ça qu'on va développer une identité forte, ne nous leurrons pas encore une fois.
On aimerait une analyse ABP un peu différente du pre maché et du pret a penser à la "Ouest-France".
je ne viens pas sur ABP pour lire la meme philosophie.
Merci d'avance

(0) 
Jean-François ŻURAW
2010-08-31 23:27:40
Petite précision concernant l'inquiétude de Christian Troadec. La population des Côtes-du-Nord en 1911 s'élevait à 605 500 habitants. Ce département n'a donc pas perdu la moitié de ses habitants en un siècle. ;-)
(0) 
Jean-François ŻURAW
2010-08-31 23:27:40
J'oubliais. Quant au Finistère, je ne sais pas si on peut vraiment dire qu'il « s'essouffle », étant donné qu'il a gagné 33 700 habitants entre 1999 et 2007 contre seulement 13 500 entre 1990 et 1999. À moins que la tendance soit à une baisse de la progression sur la fin de la période 1999-2007.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.