Premier bilan semestriel de l’association « Bretons en Colère ».

-- Politique --

Communiqué de presse de Bretons en colère
Porte-parole: Jean Pierre Stephane

Publié le 4/05/06 21:15 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Premier bilan semestriel de l’association « Bretons en Colère ».

Bretons en Colère est né le 1er Novembre 2005 en réaction à certaines réalités économiques et sociales bretonnes qui suscitaient un sentiment de révolte chez ses fondateurs et plus largement dans toute la société civile. L’association s’est attachée à dénoncer trois phénomènes marquants qu’elle peut partiellement traiter avec les moyens dont elle dispose. Il s’agissait premièrement du harcèlement routier engendrant au sein de nombreuses cités bretonnes une baisse de fréquentation pour les petits commerces, un sentiment de peur chez les personnes âgées, la fragilisation des acteurs économiques divers par la pression régulière exercée sur eux (ouvriers, professions libérales, taxis, ambulances, commerçants, artisans etc). Ensuite le thème des logements sociaux : comme nous l’avons souligné, nous soutenons activement la création de logement sociaux pour les bretons en situation sociale et économique difficile avec une priorité géographique dans leur attribution. Enfin nous avons tenu à dénoncer les dérives sanitaires au sein des rave parties et à souligner le rôle scandaleux de l’état français dans le parrainage de ces « supermarchés de la drogue ».

Après 6 mois d’activité, le bilan est relativement satisfaisant.

-L’association compte 42 encartés et plus d’une centaine de coopérants. Ces chiffres sont encourageants mais loin d’être suffisants pour pouvoir escompter jouer un rôle de défense des intérêts de la population sur les 3 chantiers énoncés plus haut. Nous poursuivons donc notre action de regroupement populaire.

-Fondée originellement en Finistère Sud, l’association a pu monter une nouvelle structure dans les Côtes d’Armor. Celle ci a mis en œuvre une politique de recrutement actif qui a permis de voir la création sur plusieurs villes de ce département de groupes d’action populaire étroitement coordonnés. En outre une pénétration en Ille et Vilaine vient d’être opérée ou un groupe d’action vient de se former dans le nord du département. D’autrs éléments du Morbihan viennent de nous rejoindre mais ne sont cependant pas encore en mesure de mener des actions similaires à celles produites dans le 22 et 29. Une autre structure départementale est en chantier mais n’a pas encore été structurée. On peut donc dire que le Finistère connaît une activité soutenue, que les Côtes d’Armor sont en voie de suivre le même chemin tandis que des correspondants ponctuels sont apparus dans le 35 et le 56. Le 44 est la prochaine étape de notre développement.

-L’association a pratiqué une sensibilisation de la population sur les trois thèmes précités avec notamment une action de durée moyenne sur la ville de Concarneau ou nous avons rencontré 150 commerçants par le biais du porte à porte. De plus nous avons pratiqué un tractage au marché de la cité, ainsi que dans divers quartiers. Nous avons opéré également une action de soutien à la population de Guerlesquin qui souffrait d’une pression inqualifiable de la part de la Brigade Motorisée, avec des rencontres auprès du maire et des artisans locaux, tracts à l’appui sur le thème du harcèlement routier. A Botmeur nous étions présents avec une rencontre du maire qui nous a réservé un accueil chaleureux ainsi que ses administrés. Une Campagne est actuellement en cours sur Lamballe au sujet du harcèlement routier avec un développement dans d’autres cités du département. En tout, près de 10 000 tracts ont été diffusés depuis le mois de novembre, près de 12 réunions de Conseil ont eu lieu auxquelles il faut ajouter les réunions locales avec les adhérents et coopérants. 6000 autres seront distribués dans les semaines à venir avec une intensité grandissante au vu de notre développement.

-L’association ne reste pas inactive sur le front international, bien qu’il ne constitue pas une priorité en tant que telle. Le président de l’association a rencontré l’ambassadeur de Tchéquie pour échanger les points de vue sur les évolutions en cours dans cet ancien pays d’économie dirigée et la situation actuelle de la Bretagne. Nous pouvons de plus compter sur le soutien d’un groupe de bretons expatriés travaillant dans la finance au Japon. Notre secrétaire par ailleurs en visite dans ce pays durant l’été 2006, en profitera pour nouer de plus étroites relations avec la communauté bretonne établie là bas. Quoique d’aspect hétéroclite, nos prises de contacts à l’étranger évoluent au fur et à mesure et se structurent bon an mal an avec pour commun objectif de faire connaître les intérêts bretons et leur problématique.

Ce Bilan est relativement positif mais est loin de satisfaire les objectifs fixés pour faire évoluer les positions des élus et officiels sur les trois thèmes mis en avant.

Nous poursuivons nos actions puisque Vendredi 5 Mai 2006, une équipe de trois personnes pratiquait une opération de sensibilisation par la diffusion de centaines de tracts sur la ville de Fouesnant et deux autres équipes de trois personnes chacune agissaient de même à Quimper sur le thème des logements sociaux. En outre la campagne dans les Côtes d’Armor poursuit son chemin.

Pour le Conseil de l’Association « Bretons en Colère »,

Jean Pierre Stefan, Porte Parole

E-mail : bretonsencolere [at] wanadoo.fr Site : (voir le site)

mailbox imprimer