Bonnet Rouge interpellé à Morlaix : la preuve que gérer nos affaires est le seul choix pertinent
Communiqué de presse de Gwened / Vannes 2014

Publié le 4/10/14 1:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Des milliers de salariés d'entreprises à la rue, des marchés décidés à Paris, des impôts investis ailleurs qu'en Bretagne, des taxes handicapant nos entreprises comme chacun d'entre nous, des orientations économiques prises ailleurs et pour les autres, des services publics qui ferment, des budgets pompés par l'Etat… voici en résumé ce que nous vivons en Bretagne.

Aujourd'hui des femmes et des hommes n'ont plus rien à perdre lorsque leur vie, leur foyer et leurs espoirs sont brisés.

Face à cela, l'Etat traque, interpelle, blesse, perquisitionne les maisons en l'absence des propriétaires (dernier exemple en date, le Bonnet Rouge interpellé à Morlaix), mobilise des moyens importants pour organiser sa politique de répression (à titre d'exemple, la mise à disposition d'un hélicoptère pendant plusieurs jours pour repérer véhicules, tracteurs de manifestants potentiels, mouvements de personnes…).

Une telle mobilisation pour étouffer de légitimes aspirations populaires démontre une crainte très forte de l'Etat. Et pour cause ! Imaginons demain qu'ouvriers, paysans, professionnels de la mer, artisans, commerçants, professions libérales, fonctionnaires, notamment de police, militaires… ne restent pas indifférents à l'intérêt de gérer nos affaires… Imaginez qu'un faisceau d'intérêts communs naissent du champ énorme de possibilités qu'offrirait l'indépendance de la Bretagne dans le choix de nos orientations économiques, nos priorités, notre vision de l'Europe, nos alliances, nos visions sur l'arc atlantique, notre agriculture, nos exportations, nos besoins en importations…

Ainsi, l'Etat chancellerait en perdant ses appuis, ses forces de « maintien de l'ordre », son réservoir de main d'½uvre, de finances, de nourriture qu'est la Bretagne.

L'attitude du gouvernement français démontre chaque jour que nous sommes dans le vrai. Il ne faut pas céder à la colère mais prendre en main notre destin : sans rancune, sans haine, sans nourrir inutilement des desseins négatifs et non constructifs.

Plus qu'une quête de l'honneur et de la dignité, nous allons retrouver notre bonheur !

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Pour « Notre Chance, l'Indépendance », candidats pour les élections départementales de 2015,

Bertrand Deléon.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 7 commentaires
  kermad
  le Samedi 4 octobre 2014 17:53
Monsieur,
J'étais jusqu'à présent plutôt favorable à une autonomie accrue de la Bretagne, mais, au regard des récentes exactions commises par des casseurs soutenus par la FNSEA, je ne me reconnais vraiment pas dans vos propos inquiétants.
Cordialement,
(0) 
  Jean-Christophe Guéguen
  le Samedi 4 octobre 2014 18:56
les légitimes revendications deviennent illégitimes par leur violence. Qu'un candidat à une représentation démocratique les "comprennent" est navrant. Que vive enfin une Bretagne responsable !!!
(0) 
  Bertrand Deléon
  le Dimanche 5 octobre 2014 13:03
Monsieur Kermad,
Quel lien faites-vous entre les casseurs et mes propos ? Le texte ne parle pas particulièrement de cette manifestation mais des milliers de salariés à et dans la rue depuis plusieurs mois.
Monsieur Guéguen,
Même remarque que pour M. Kermad.
Je vous invite à lire le texte, jusqu'au bout, avant d'intervenir dans le vide.
"Il ne faut pas céder à la colère mais prendre en main notre destin : sans rancune, sans haine, sans nourrir inutilement des desseins négatifs et non constructifs. "
Et que pensez-vous de la violence de l'Etat, bien plus important ?
(0) 
  Bertrand Deléon
  le Dimanche 5 octobre 2014 13:15
lire "importante" ci-dessus.
Sinon, Messieurs Kermad et Guéguen, il est primordial de bien respecter la présomption d'innocence. Le Bonnet Rouge interpellé n'est pas condamné et il peut très bien être un bouc émissaire.
(0) 
  Ar Vran
  le Dimanche 5 octobre 2014 15:24
@Bertrand Deléon
C'est vrai que même si après une analyse rigoureuse faite par des Bretons curieux et tenaces, le terme d'indépendance fait peur à la majorité des Bretons.
Si on veut ratisser large aux prochaines élections, il faut pouvoir se faire comprendre de cette majorité et ne pas leur faire peur.
C'est pour cela qu'il serait préférable de parler d'autonomie ou mieux de dévolution (ce dernier terme ayant en plus le mérite de nous rappeler la situation écossaise et de bien souligner le différentiel qu'il existe au Royaume-Uni de celui de cette France bloquée)
(0) 
  Bertrand Deléon
  le Dimanche 5 octobre 2014 15:29
Ar Vran, Soyons honnêtes dans nos propos.
La peur n'est pas une raison de ne pas expliquer les choses.
Enfin, au vu des résultats des différents suffrages, le changement fait peur, pas les termes.
(0) 
  Alan PRYTGWENN
  le Lundi 6 octobre 2014 07:39
J'aime la Bretagne et son peuple mais je ne soutiens pas cette habitude de certains bretons de tout casser pour manifester leur mécontentement !
Les dégâts sont ensuite payés par les contribuables bretons qui, eux aussi, se débattent dans les difficultés.
Cette attitude irresponsable est d'autant plus critiquable que les auteurs de ces violences votent depuis toujours pour les partis et les politiciens jacobins et soutiennent le système français qui a ruiné la Bretagne.
Messieurs, refusez le système français, votez bretons ! Ce ne sera jamais pire que ce que nous offre les politiciens corrompus et incompétents hexagonards.
NI HON UNAN ! SINN FEIN !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.