-- Politique --

Quand les Bretons arrêteront de se " foutre sur la gueule "

Chronique de Kerne Multimédia (porte parole Fanny Chauffin) publié le 1/11/17 10:07

Les récents échanges violents entre le webmaster de l'ABP et le représentant de Bretagne Info ne présagent rien de bon. En Bretagne, ils ne sont pas nombreux ceux.celles qui mouillent leur chemise pour que la Bretagne ait cinq départements, que la langue bretonne ne soit pas à l'agonie totale, pour que les jeunes de ce pays y aient un avenir et un environnement pas trop abîmé par les algues vertes et les intrants chimiques qui tous les jours affaiblissent les sols et les cours d'eau....

Ils ne sont pas nombreux et pourtant, excusez l'expression car je n'en trouve pas d'autres pour qualifier le pathétique, la tristesse, l'accablement qui me prend quand je lis (j'ai arrêté de la lire d'ailleurs) leur prose, «ils se foutent sur la gueule». Car voyez-vous, les Bretons militants de tout poil, de tout bord démocratique et respectant les droits humains (ceux qui militent pour plus de violence, pour plus de race pure, pour moins de place des femmes dans la vie de la cité, ceux là ne figurent pas dans la liste) ne sont pas assez nombreux pour se «foutre sur la gueule».

Le débat de Breizh Impacte rassemblait des gens de bonne volonté et les débats ont été de qualité. Le débat sur les langues de France à Carhaix dimanche n'était pas à la hauteur de ce qu'une grande partie du public attendait : pour la plupart, ils savaient déjà ce qui a été dit, ils venaient pour des perspectives concrètes, des perspectives d'avenir, des envies et des rêves partagés.

Car à quoi rêvent les Bretons ? A plus d'employés à Ofis ar brezoneg ? A des contrats aidés pour toutes les écoles Diwan à la rentrée 2018 ? A un parti alternatif qui ferait fi des différences et des querelles gauloises pour avancer dans une Europe qui se cherche et qui menace aujourd'hui de devenir de plus en plus une Europe du fric, de l'acier et du charbon, de l'uranium et de la police aux frontières ?

Les Bretons sont toujours et depuis de très nombreuses années des «nains politiques». Ce sont des géants culturels qui ont réussi à faire revivre leur culture, leur musique, leurs festivals sont connus internationalement... Mais leur action politique reste morcelée, discrète, confuse. Breizh info n'a pas un mot de breton et est clairement un site d'extrême droite. Bretagne info, un titre trop proche, et qui prête de ce fait malheureusement à confusion, se revendique «breizh ha sokialour», a 150 articles en breton, qu' il faut aller chercher en bas de la page d'accueil. La page Internet du Peuple breton est belle, mais lue par combien de personnes ? Ya ! a une très belle page, uniquement en breton, mais qui la lit ? Quel est l'organe qui rassemble les gens de bonne volonté ? Les femmes (elles sont cruellement absentes dans ce débat) qui font avancer la Bretagne dans beaucoup de domaines, où sont-elles ?

Alors, messieurs, rentrez vos épées, vos glaives, vos boucliers, rangez vos rêves qui ne sont pas assez partagés, et essayer de créer deux ou trois média qui marchent bien, dont les responsables se respectent, s'estiment, travaillent dans le même sens...

Et construisons autre chose, de solide, de collectivement cohérent, bâtissons une démocratie bretonne qui ne soit pas ce combat de chefs gaulois démodé et fatigant. Merci...

-----------------------Droit de réponse de Gael Roblin--------------------

Votre collaboratrice Fanny Chauffin a jugé utile d'écrire «Breizh info n'a pas un mot de breton et est clairement un site d'extrême droite. Bretagne info n'a pas un mot de breton, à part son sous-titre, et est un site d'extrême gauche.»

Nous souhaitons attirer l'attention de vos lecteurs et lectrices qu'une rubrique en langue bretonne existe sur notre site et que plus 150 articles y ont été publié, traitant autant du droit des femmes, des militants combattant DAESH au Kurdistan , que des logiciels libres.Lien de la rubrique : (voir le site) Ce ne sont que quelques exemples. Fanny Chauffin a donc soit baclé son article soit sciemment menti.Nous ne sommes pas étonnés outre mesure que l'ABP une fois de plus mette au même niveau extreme-droite et extreme-gauche.

Ho kenlabourerez Fanny Chauffin he deus kavet talvoudus da skrivañ « Breizh info n'a pas un mot de breton et est clairement un site d'extrême droite. Bretagne info n'a pas un mot de breton, à part son sous-titre, et est un site d'extrême gauche» Fellout a ra deomp sachañ evezh ho lennerien ha lennerouzed war ar fed e kaver ur rubrikenn e brezhoneg war hol lec'hienn gant ouzhpenn 150 pennad embannet, diwar-benn gwiriou ar merc'hed, ar stourmerien aet da stourm enep Daesh er c'hKurdistan , pe ar maeziantoù frank a wirioù.Setu liamm ar rubrikenn (voir le site) Sed aze un nebeud skouerioù hepken. Graet he deus Fanny Chauffin re vuan he fennad pe eta livet gevier ha kement se dre zibab. N'omp ket estonet kement se e lakafe an ABP an tu-dehoù pellañ hag an tu-kleiz pellañ war ar memes live"

Voir aussi :
©agence bretagne presse

Cet article a fait l'objet de 1666 lectures.
mailbox imprimer