Novembre, veillées contées en Bretagne : proposez des lieux !
Communiqué de presse de Institut Culturel de Bretagne
Communiqué de presse de Patrick Malrieu

Publié le 1/10/13 19:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Pour la 9ème année consécutive, les «Veillées contées de Bretagne», fédérées pour la première fois en 2005 par l?Institut Culturel de Bretagne, vont éclairer les sombres soirées du mois noir (miz du en breton). Veillée contée ou Internet ? ? Dès que tombent les châtaignes, s?annoncent les « Veillées contées ». Lien social par excellence? Fenêtre largement ouverte sur l?Imaginaire, enrichissement collectif par émotions partagées? en toute convivialité? car on ne transforme pas l?auditoire en Convertis à la Religion du silence (muets) bien au contraire ! Chants, musique, récits divers par les participants y ont leur place? Veillées Contées : Instants de Rêve? Mémoire entre les Hommes à travers les siècles, les pays, les époques? Tranches de vie? Reflets de la Société (bonté, ici, dérision, là, voire même rébellion)? Oui, elles sont tout cela et bien plus encore, car paroles libérées prennent des ailes. Et le terreau est riche car depuis les origines de la Civilisation, rien que dans la Mythologie, il y a plus de contes et de légendes que de légions romaines. Contes? Légendes? Poésie? Humour, (sont tous de la même famille). Tissage de fils de vie par entrelacements et croisements divers? Réflexes de survie? Ressourcement. Dans le torrent de nos soucis quotidiens, les Veillées contées sont des bulles d?oxygène qui nous élèvent en apesanteur. Serait-ce outrecuidance que d?essayer d?avancer que ce temps de pause hivernale qui nous accorde un répit salvateur mériterait d?être déclaré d?utilité publique car, vampirisés que nous sommes par les nouvelles techniques informatiques, stérilisés par des sollicitations de tous ordres émanant de Multimédias gloutons d?espace et omniprésents, on ne prend plus le temps d?écouter, de se parler, d?échanger, de partager? Chacun filant à toute allure sur un égoïste chemin, alors que tout autour de nous il est des mondes qui se font et se défont et n?aspirent qu?à s?enrichir de dialogues du vivant ! Hélas ! Il n?est plus rare que les mots usuels soient détournés de leur sens primitif ex. toile? portail ? site? souris : la main sur la souris je navigue dans la toile. Ça entre dans le vocabulaire de notre époque. On s?y fait. Par contre, on peut commencer à « sonner l?alarme », car la génération montante (ados) ne finit pas les mots : ma com?? mon ordi? le dirlo? ma compèt?? etc? Alors ? ? Fantômes, sorcières, korrigans et même « Petit-Jean de Mamm Soaz » sont-ils condamnés à être envoyés ad Patres d?une chiquenaude, livrés aux ronces ou abandonnés en délaissement dans le gourbi à balais du jardin, avec les moutons de poussière d?oubli ? Texte d'Albertine Dagand qui a été à l?origine des Veillées Contées de l'Institut culturel de Bretagne, mais qui, hélas, vient de nous quitter. Nous attendons des propositions de lieux et de conteurs, faire offre le plus tôt possible. Institut culturel de Bretagne/Skol Uhel ar Vro 6 rue Porte Poterene/6 Straed an Nor Bostern 56000 VANNES/GWENED Pour faire une offre pour les veillées contées, écrire à : postel [at] skoluhelarvro.org (voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Institut Culturel de Bretagne / Skol-Uhel ar Vro. Développement et diffusion de la culture bretonne à l'ensemble de la Bretagne. Colloques, conférences, journées de travail, publications.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.