Wikipedia et le Mouvement breton


Bienvenue dans un monde où la calomnie est intouchable du moment qu'elle est « sourcée »... Bienvenue dans le monde de Wikipédia.


Quelque 450 millions de personnes consultent chaque mois Wikipédia mais difficile pour un utilisateur d'Internet d'échapper à l'encyclopédie tentaculaire qu'est Wikipédia. En effet dès que vous voulez vous renseigner sur un sujet, un personnage connu ou même moins connu, votre moteur de recherche vous affiche pratiquement toujours en premier... Wikipédia. En 2009 Jorge Cauz, le président de l'Encyclopedia Britannica déclarait sur un forum : « Si j'étais le CEO (Chief Executive Officer) de Google ou le fondateur de Google cela me déplairait que le plus puissant moteur de recherche dans le monde continue d'afficher Wikipedia en tête des résultats... est-ce le mieux que leur algorithme puisse faire ? »

Donc, impossible d'y échapper, soit mais que dire de sa fiabilité ? Wikipédia a ses lois, ses citoyens, lecteurs et contributeurs, une sorte d'administration avec des juges souvent partisans. Au sein de cette communauté, tout administrateur qui suit l'idéologie mise en place se prend pour un encyclopédiste, certains d'entre eux n'ont que 15 ans, et se permettent de dénigrer les compétences des auteurs qui eux maîtrisent leur sujet. Les articles sont truffés d'erreurs et le contenu dérape trop souvent, c'est dans l'air du temps n'importe qui peut intervenir dès lors qu'il se sent expert en quelque chose.

Le « Café pédagogique » : site internet traitant de questions d'éducation, déconseille Wikipédia et met en garde professeurs et élèves : Le Café pédagogique a examiné Wikipédia en 2005 et voici ce qu'il en résulte : Qui donc travaille dans l'ombre à la rédaction des versions définitives ? Dans Libération du 14 octobre, Daniel Schneidermann exprime ses inquiétudes devant le succès de Wikipédia. Si le projet d'une encyclopédie rédigée librement par les internautes lui semble aussi illusoire que sympathique, « cette séduction ne dissipe pas les inquiétudes que suscite l'émergence possible d'un nouvel organe de référence parfaitement anonyme, et donc vulnérable à toutes les manipulations ». Et il donne quelques exemples qui laissent à penser à une véritable campagne de communication au profit de quelques groupes politiques. Wikipédia a acquis une grande popularité sur internet et chez les mordus du genre, mais beaucoup moins chez les enseignants.

Il existe des patrouilles de surveillance qui fliquent les contributeurs pour s'assurer qu'aucun ne prétend glisser la moindre idée originale. La liberté prônée par Wikipédia est souvent mal comprise, les biographies sont truffées d'inexactitudes, d'atteinte à la vie privée et de diffamations. C'est le consensus de l'ignorance d'empêcheurs de tourner en rond qui font des objections aux contributeurs qualifiés.


Voici les résultats d'un séminaire d'étude réalisé au Québec en 2011 qui résume les principaux reproches faits à Wikipédia par les universitaires et chercheurs : Un certain nombres de critiques peuvent être faites à Wikipédia, et notamment :

- l'absence de nom d'auteurs ;

- des sources rarement référencées ;

- l'absence de validation par des experts ;

- l'absence de contrôle pré-diffusion ;

- un contrôle « démocratique » peu évident ;

- la lourdeur du contrôle via les « historiques » des articles, surtout pour les novices ;

- l'argument de neutralité : toutes les opinions seraient valables.


En somme, les chercheurs qui ont fait cette étude alertent les étudiants, qui risquent d'être trompés par le titre auto-proclamé « encyclopédie ». Ils notent encore :

- l'utilisation du terme encyclopédie, cela donne aux yeux des étudiants une impression de validité du contenu ;

- la rubrique « avertissements » indiquant que Wikipédia ne fournit aucune garantie de validité n'est effectivement pas assez mise en valeur, il faut aller la chercher au fond de la page d'accueil ;

- les auteurs ne sont pas désignés (utilisation de pseudonyme le plus souvent ou auteur non identifié car n'ayant pas un compte dans l'encyclopédie) ;

- pas de validation d'un comité dit «scientifique» ;

- contrôle dit «démocratique» mais pas assez transparent aux yeux des non initiés ;

- les sources ne sont pas citées ;

- le système interne de Wikipédia est flou.


Qui n'a pas fait la triste expérience d'avoir essayé de modifier une erreur ou de rectifier un article tendancieux et de s'apercevoir que seulement quelques minutes plus tard, tout avait été effacé. Impossible de faire valoir son droit à la vérité c'est pourquoi nous avons choisi ce biais pour faire connaître notre vérité en vous invitant à lire ce que nous voulions publier sur Wikipédia.

Bien entendu, les adeptes diront que Wikipédia est une ressource incroyable et disponible de savoir. Méfiance, tout le monde n'est pas capable d'esprit critique et ce savoir prémâche et truffé d'imperfections et de laxisme est souvent pris comme « argent comptant », je vous invite connaisseurs de l'histoire du mouvement breton d'aller visiter la page Wikipédia de Bob Le Helloco c'est édifiant...

Le très officiel « CERISE » (Centre de formation à la maîtrise de l'information pour les étudiants) juge Wikipédia non fiable et met en garde : « informations douteuses » ou articles qui « distillent insidieusement une idéologie masquée » (voir leur site).


Pour conclure, laissons les mots de fin à « l'INRP » (Institut National de Recherche Pédagogique) qui s'est aussi penché sur le sujet et résume les principales critiquent ainsi :

- les contributeurs sont au mieux des amateurs, au pire des perturbateurs, des vandales ou des fanatiques ;

- les contributeurs sincères sont découragés par la nécessité de défendre leurs textes contre d'autres participants ignorants ou malveillants ;

- les contributeurs, non experts, sont illégitimes ;

- les contributeurs ne sont juridiquement pas responsables de leurs contributions ;

- hormis ceux traitant d'informatique, les articles sont au mieux de qualité médiocre, au pire de simples ébauches ;

- certains thèmes ou sujets controversés sont décrédibilisés par des prises de positions partisanes (biographies, événements historiques, mouvements politiques, religion, etc.) ;

- les sujets d'actualité sont sur-représentés au détriment d'un savoir établi ;

- les sources sont rarement indiquées, le contenu n'est pas vérifiable ;

- le non-respect du copyright (plagiat) et le non-respect de la vie privée sont des pratiques courantes ;

- les articles ne sont pas stables et peuvent être supprimés ou vandalisés à tout moment ;

- le manque de fiabilité et de stabilité des articles les rend inexploitables ;

- le qualificatif «encyclopédie» est scientifiquement inapproprié ;

- la régulation collective est absurde et illusoire ;

- l'activité éditoriale et plus généralement la structuration des contenus manquent de transparence ;

- la représentativité des univers culturels des locuteurs d'une même langue est biaisée.


Avis aux lecteurs : Les amis et les proches de Yann Fouéré contestent vivement les « informations » contenues dans la page Wikipédia qui lui est dédiée.

L'article est extrêmement tendancieux et cherche à présenter Yann Fouéré comme un collaborateur, charge rejetée par le Tribunal Militaire de Paris en 1955 (1). Les auteurs refont l'histoire à leur façon en citant des sources dont certaines ne sont pas vérifiables. Les ennemis de la revendication bretonne n'hésitent pas à manier la désinformation et les amalgames (2). En ce qui concerne la fameuse liste des agents de la Gestapo en Bretagne prétendument découverte en 2001 par deux soi-disant « chercheurs », les véritables historiens de cette période savent que cette liste, connue en fait depuis longtemps, n'a strictement aucune valeur et n'est jamais prise en considération dans leur travaux (3). Pendant la « drôle de guerre », Yann Fouéré coordonne dans le maquis administratif du ministère de l'Intérieur les multiples démarches nécessaires à l'obtention de visas, ce dont il fait bénéficier plusieurs connaissances qu'il noue grâce à sa revue Peuples et Frontières(4)(5). Pour une biographie plus équilibré nous invitons les lecteurs à consulter le site de la Fondation : fondationyannfouere.org (voir le site)


Notes

1 – Jugement N° 62 de la Première Chambre du Tribunal Permanent des Forces Armées de Paris. N° 601 d'ordre annuel ; N° 2001 de la Série Générale.

2 – Yves Mervin, Arthur et David Bretons et juifs sous l'occupation, Yorann Embanner, 2011 ISBN 9782916579382

3 – (voir ABP 11483) du 11/07/2008

4 – Yves Mervin, idem p. 264-265

5 – Yann Fouéré, La Patrie Interdite, Fondation Yann Fouéré, 2011 ISBN 9782952969437 p. 128 : …«le bruit de mes démarches finit par se répandre parmi ceux qui s'intéressaient au sort des réfugiés de toute sorte et de toutes nationalités d'Europe centrale et de l'Europe de l'Est et qui cherchaient à les aider... La plupart d'entre eux étaient des juifs réfugiés d'Europe centrale depuis de longs mois déjà mais qui ne possédait pas de nationalité nouvelle ou le statut d'apatride, et qui voulait fuir une France menacée de la même invasion dont avaient déjà souffert leurs pays respectifs. Là encore, j'obtins un certain nombre de résultats positifs. Je réussis notamment à obtenir in extrémis le visa de sortie d'un israélite, mari de la cantatrice italienne Ida Franca.»


Nous tenons à apporter notre soutien et toute notre amitié à Philippe Argouarch et à ses collaborateurs, ABP est un organe de presse précieux et indispensable dans le paysage de la cause bretonne.

.
Cet article a fait l'objet de 1813 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Fondation Yann Fouéré

Contrairement à l’Écosse ou au Pays de Galles, la Bretagne n’a pas de Bibliothèque Nationale. La Fondation Yann Fouéré a été créée, indépendamment de tout parti politique, dans le but de: - Sauvegarder l’héritage d’archives, livres, publications, collections et documents divers, relatifs à l’histoire de la Bretagne, la plus grande partie provenant des bibliothèques et collections de Yann Fouéré. - Mettre, éventuellement, à la disposition des chercheurs et historiens un fonds documentaire ainsi qu’une bibliothèque d’ouvrages concernant l’histoire de la Bretagne et ses rapports avec l’Europe.

Vos commentaires :

Lucien Gillard
Jeudi 23 fevrier 2012

Cela fait plusieurs années que je me bats pour corriger la page concernant l'affaire Dreyfus, c'est rempli d'inepties rien à faire......

Alcime
Jeudi 23 fevrier 2012

Wikipédia c'est "le monde comme si..." en somme.

A cela il faut faire face à une presse généraliste puissante qui relaie toutes ces intox (2 personnes à l'origine puis une ribambelle de journalistes et d' "élus" qui tombent le masque). J'apprécie la lutte de Bemdez qui est pionnière pour rétablir la vérité.

Alain Carré
Jeudi 23 fevrier 2012

Bonjour

juste pour remttre les choses à leur place. en 2005, wikipedia subit des attaques de ce genre. La revue "Nature" dont on ne peut douter du sérieux, fait réaliser par des experts un comparatif avec l'Encyclopédia Britannica. Résultat:

Wikipedia presque aussi fiable que Britannica

À l'invitation de la revue scientifique "Nature", des experts ont analysé, dans le cadre d'une étude comparative, des documents publiés sur Wikipedia et l'Encyclopaedia Britannica.

162 erreurs pour Wikipedia, 123 pour la Britannica

( (voir le site)

Que vous défendiez Fouéré, c'est votre droit. Que vous fassiez le procès (injuste) de Wikipédia pour un article dont la teneur vous déplaît, c'est plus que limite.

Je signale que je n'ai aucun rôle que ce soit dans Wikipédia.

Alain

Xavier Vespa
Jeudi 23 fevrier 2012

Wikipedia n'est pas une encyclopédie au sens traditionnel du terme, c'est une source d'intelligence bâtie par une communauté de volontaires, et son efficacité va au-delà de toute attente. L'appeler "encyclopédie" est juste une manière de faire comprendre en gros l'objectif du site à ceux qui n'y comprennent rien.

Ar Vran
Jeudi 23 fevrier 2012

Wikipedia est bien pour les thèmes scientifiques mais pour tous les thèmes plus ou moins polémiques comme l'histoire et la politique, il faut prendre bien sûr des précautions à lire les articles. Dans ce cas pour moi, le seul intérêt de Wikipédia permet d'avoir une photographie actuelle de la vision qu'en a la population en général. Cela n'en fait pas évidemment un gage de vérité mais permet de jauger du niveau moyen de connaissance que cette population a sur un sujet particulier. et dans ce cas là, cela est très instructif !!!! même s'il ne faut pas être dupe...

fulup trelevern
Jeudi 23 fevrier 2012

l'idée que chacun peut se revendiquer du role "d'historien" est à la base d'une énorme tromperie chez wiki....il faut vérifier chaque article...wiki contient tant d'erreurs...cela tient plus du "journalisme" que de l'encyclopédisme ...Alcime a raison...

Morvan le Panais
Jeudi 23 fevrier 2012

Cela ne me semble pas être le procès de Wikipédia, mais juste une mise en garde contre les speudos vérités contenues dans les pages de cette "encyclopédie". D'ailleurs il est vrai que tout ce qui est à teneur informatique et scientifique (et encore evec des bémols) peut sembler juste, tout ce qui est biographies, histoire...c'est souvent partisan donc sujet à caution. Il n'y a pas que la page de Yann Fouéré qui est injuste, tout le Mouvement Breton et ses protagonistes sont sujets à des articles souvent calomnieux et faux.

Naon-e-dad
Jeudi 23 fevrier 2012

D'accord avec les réserves exprimées plus haut sur Wikipedia.

Son point faible, outre son fonctionnement obscur, est son idéologie de la neutralité.

Pour faire court, Wikipedia ressemble à une machine à fabriquer des affaires Galilée:

1. "le Soleil tourne autour de la Terre" (consensus mou, absence de compétences).

2. "la Terre tourne autour du Soleil" (Copernic, Galilée). Ces deux-là se font derechef contrer, et pour finir ils se font neutraliser (éjecter, effacer, etc...)

Wikipedia peut certes avoir un côté sympa et pratique. Mais - en cas de débat - cette source ne peut prétendre à servir de référence, précisément du fait de son modèle opératoire.

Maryvonne Cadiou
Jeudi 23 fevrier 2012

Bonjour

Ce qui exaspère le plus les Bretons je crois, en dehors des critiques fondées émises et transmises par madame Rozenn Fouéré, c'est ce fonctionnement administratif qui fait mentionner chaque ville de Loire-Atlantique en "région Pays de la Loire"... avec la carte rouge B4

Pourtant il est (fut) curieux (et agréable !) de constater pourtant que sur la page du canton de Nantes, la carte de sa position est (était) à 5 départements.

Mais je ne la retrouve plus... Je tiens la copie à votre disposition. Et si quelqu'un la retrouve... alors merci de me donner l'url.

jojo1
Jeudi 23 fevrier 2012

Wikipedia français protège les droits d'auteurs d'une manière très étonnnante...

Par exemple, sur les pages en français ou en breton, vous ne trouverez pas le texte du Bro Gozh. Pourquoi ? Pour une question de droits d'auteurs (le texte ne serait pas encore libre de droits d'auteur).

Vous trouvez par contre le texte du Bro Gozh en consultant la version anglaise de Wikipedia !

Et ils osent appeler leur truc une "enyclopédie"...

Kerabellec
Jeudi 23 fevrier 2012

Non, la réalité sur Wikipédia est plus simple. Un ou deux contributeurs agissent dans un sens clairement anti-breton, un peu s\'y opposent, et le reste ne savent pas vraiment quoi faire, ou censurent ceux qui leurs disent leurs quatre vérités.

Un contributeur en particulier, Sammy Moreau ( (voir le site) un proche de la libre pensée, est à la manœuvre. Sa page de discussion prouve bien qu\'il n\'en a rien a faire de sourcer et veux juste assimiler les bretons aux nazi.

L\'été dernier l\'article sur le Bro Gozh (voir le site) a été ciblé par celui-ci.

A noter que sa spécialité est de coller les mots \"nazi\" et \"brton\" le plus proches possible. Lena Louarn en a ainsi fait les frais ( (voir le site) et Pierre Denis aussi au lendemain de sa mort ( (voir le site)

Visan Yfy Mab Floc'h
Jeudi 23 fevrier 2012

Personnellement, je consulte Wiki en anglais pour tout ce qui est celtique.

Maryvonne Cadiou
Jeudi 23 fevrier 2012

Il est vrai que ABP a la possibilité de mettre des liens directs vers wikipédia, par des crochets dans le texte.

Mais le contenu des articles et leur pertinence est toujours vérifié avant. Évidemment si les articles sont fluctuants, et deviennent différents ensuite, prière de ne pas incriminer ABP ! Cela n'est jamais arrivé... encore

Pour les intéressés :

(voir le site) pour la syntaxe exacte

en respectant la graphie wiki.

Le mot s'écrit alors en bleu dans le texte. En cliquant dessus, vous allez sur wiki.

Bertrand Hugo
Jeudi 23 fevrier 2012

Il existe un documentaire en anglais traitant des problèmes soulevés par Rozenn Fouéré:

(voir le site)

Wikipedia en anglais aurait l'avantage sur le francais ainsi que toute autre langue, de brasser des points de vue plus variés, cette langue étant parlée par plus de monde provenant de plus nombreux pays et cultures.

J'ai pu observé une qualité nettement supèrieure sur un bon nombre d'articles écrits en anglais par rapport aux memes articles écrits en francais ou dans d'autres langues.

Je suppose que l'étude présentée par Alain Carré n'a été faite uniquement qu'en anglais, et semble n'avoir été faite que sur des thèmes scientifiques, sur lesquels la rigueur des participants est j'imagine bien plus élevée que sur d'autres sujets.

Gwen
Jeudi 23 fevrier 2012

Wikipédia défend le libre partage de la connaissance "universelle".

Je suis d'accord avec une partie de l'article mais celui-ci comporte beaucoup d'approximations et de raccourcis dangereux, la preuve que l'auteur de cet article ne connait sûrement pas les nombreux efforts effectués par les différents contributeurs sérieux et l'association Wikimédia France dont je fais parti (Wikimédia France n'héberge ni Wikipédia (quelle qu'en soit la langue), ni aucun des projets de la Wikimedia Foundation et n'a aucun droit d'édition de ceux-ci. : (voir le site)

Evidemment il existe encore beaucoup d'efforts à effectuer mais c'est le propre de Wikipédia d'être en constance évolution et d'être enrichi par tout un chacun (pas de discrimination d'âge ou de statut) à condition de respecter des règles et de connaitre les bonnes pratiques. Pour information, beaucoup de contributeurs de la wikipédia Francophone sont des bretons qui se sont regroupés au sein de projets (Bretagne, Rennes, Nantes, Vannes, ...) qui ont pour but de coordonner les efforts en matière de rédaction d'articles liés à la Bretagne.

(voir le site)

PS : Concernant le Bro Gozh, François Jaffrennou étant décédé en 1956 - les paroles de l'hymne tomberont dans le domaine public le 1er janvier 2027 - les contributeurs la wikipédia Francophone ne font que respecter le droit d'auteur applicable en France (également pour un auteur français). Les droits d'auteurs étant un domaine du droit complexe je laisse un spécialiste vous répondre sur la légalité ou pas de laisse les paroles du Bro Gozh sur la wiki anglophone.

marc patay
Vendredi 24 fevrier 2012

Pour moi Wiki est une idée géniale, mais les opinions, même des "spécialistes", sont toujours à prendre avec des pincettes. Des charretées d'historiens nous ont présenté Louis XIV pour une grand alors que c'est un petit con, et quand à savoir pourquoi la Bretagne a tant décliné du 16è au début du 20e, si on a droit à deux lignes dans n’importe quel ouvrage « sérieux », on est content. Ce qu'on dit de Fouéré ici et là ne m'empêche pas de penser que c'est un homme très remarquable et son désir de libérer la Bretagne reste d’actualité. C’est un homme bien plus valable que ce pauvre Michel Debré (pour l’Algérie française !) et cette clique d’hommes de main dont s’est entouré De Gaule, et dont Pasqua reste un triste exemple.

Alwenn
Vendredi 24 fevrier 2012

Wikipedia est en effet un projet remarquable même si il peut y avoir quelque problèmes comme ceux indiqué dans l'article. Wikipedia dépend de la qualité des contributeurs et il peut y avoir des intervenant qui n'ont d'autre but que de se servir de Wikipedia pour des fin partisannes, voire difamatoire. C'est vrai pour ce qui concerne le mouvement breton, où l'ambition de certain est de lui accoler le plus possible le terme "nazi". On est alors dans une forme de point Godwin généralisé.

Mais Wikipedia doit se comprendre comme une encyclopédie multilingue. Il permet de construire une encyclopédie en breton, alors qu'il n'en existe pas sur support papier.

Et on trouve sur Wikipedia des sujets et des savoirs qui sont ignorés ou censurés dans les encyclopédies en français et dans le champ universitaire français, qui est très controlé et très dépendant d'une vision "française" des choses.

Et c'est vrai que la version anglaise, par sa richesse, est bien souvent celle qui doit être prise pour référence. Ce qui a aussi l'avantage d'inciter les Bretons a se familiariser davantage avec l'anglais et à se défaire d'une vision "française" du monde.

JBB
Vendredi 24 fevrier 2012

Wikipedia ? St Anonymous, aidez-nous ! (Devra-t'on en passer par là ? Sincèrement, je souhaite que non ! Mais je ne vois pas vraiment de solution viable/fiable !).

toullig al louarn
Vendredi 24 fevrier 2012

Que Wikipedia rappelle, en les sourçant, les sympathies pro-nazies de tel ou tel ancien militant breton ne me choque pas, puisque c\'est la vérité. Il est plus choquant qu\'il soit impossible d\'y écrire que le recul de la langue bretonne est dû à la politique d\'éradication linguistique menée par la France depuis 1789, et surtout depuis la fin du 19è s. Consultez les historiques des art. \"breton\" et \"frontière linguistique bretonne\": la cause essentielle du déclin du breton est, selon Wkp, le fait que les Ducs sont passés au français! Comme si les Ducs morts au Xè s. avaient eu de l\'influence sur les 90% de bas-Bretons qui parlaient leur langue avant 1914... Mais un lobby révisionniste jacobin très bien organisé (auquel appartient le nommé Ditwin Grin, entre autres) élimine systématiquement tout ce qui peut mettre en cause la politique linguicide de la France. La seule source admise est... Fanch Broudic, simple journaliste, qui n\'est pas une autorité incontestable. Les autres sources sont éliminées. Wkp pratique donc une censure délibérée. Il faut éviter tous les révisionnismes: celui qui tait les sympathies pro-nazies de certains noms de l\'Emsav (comme Y. Fouéré), et celui qui nie l\'évidence, à savoir que la languie bretonne meurt de l\'acharnement mis par la France à l\'éliminer. La solution serait de disposer d\'une équipe d\'administrateurs capables de s\'opposer au révisionnisme francocentrique qui sévit sur Wkp, et décrédibilise bien sûr cette \"encyclopédie\". F. Broudic dit que nul n\'a donné l\'ordre aux Bretons de passer massivement au français, dans les années 50... Mais cet ordre avait été donné aux instituteurs qui humiliaient les bretonnants à l\'école. Demeurés analphabètes par volonté d\'Etat, les bretonnants sont passés à la seule langue qui leur autorisait la promotion sociale, et l\'ont communiquée à leurs enfants sans leur parler breton: ils n\'ont pas eu le choix. Le Français a connu le même sort en Louisiane. Le breton n\'était pas voué au monde rural, comme le pensent Hélias et Rohou: il n\'a pas eu le droit de s\'exprimer sur d\'autres terrains, ce qu\'il est très capable de faire. Impossible d\'écrire tout ça sur Wkp: c\'est éliminé dans l\'heure comme tenant du \"vandalisme\"! Ce sont les révisionnistes jacobins qui sont des vandales, mais ils sont aux commandes...

Morvan le Panais
Vendredi 24 fevrier 2012

JBB, ta réaction m'intrigue veux-tu être plus précis?

Paul Chérel
Vendredi 24 fevrier 2012

Personnellement, je ne consulte pas Wikipedia sur des sujets de sciences inexactes telle que l'histoire, voire la littérature. Si j'ai besoin de savoir qui est William Pitt, 'homme politique, ce n'est certainement pas dans Wikipedia en français que j'irais le chercher. Quant aux disciplines scientifiques, techniques et technologiques, on trouve tout et vite, ce qui n'est pas le cas de maintes encyclopédies. A chacun appartient alors de lire les diverses contributions, d'en tirer ses conclusions et, ensuite, vérifier dans d'autres sources. En tout cas, Wikipedia est très largement aussi fiable que l'enseignement prodigué par l'éducation nationale, toutes matières confondues. Paul Chérel

Ralph Noviello
Jeudi 1 mars 2012

Je suis tout à fait d\'accord avec Alain Carré;

pour le reste, on est libre de consuler aussi Universalis (payante et \"exigue\" sur certains thèmes comme la BD, le rock, toute la culture populaire en générale, ou Britannica, (mêmes défauts..).

On est libre aussi , plutôt que de dénigrer systématiquement, une encyclopédie qui ne peut être parfaite, de la consulter en gardant son libre arbitre....ou de ne pas la consulter du tout;

il n\'en reste pas moins qu\'avec quelques précautions, elle reste un objet d\'enrichissement culturel idéal pour les jeunes et d\'aspect moins rébarbatif que certaines encyclopédies...

Écrire un commentaire :

Combien font 2 multiplié par 3 ?

Publicités et partenariat