Lorient-Keroman : halte à la casse de l’ex-base sous-marine !

Publié le 15/02/12 21:20, dans Appel par Louis Bouveron pour ABP

Cliquer sur la photo pour l'agrandir, puis flèches clavier pour naviguer (5 photos)

Le site de l'ex-base sous-marine de Keroman à Lorient offre un exemple typique de la difficulté de concilier le patrimoine et les nécessités de la vie ; cette dernière tend à prendre le pas sur la conservation du site.

La base sous-marine de Keroman est construite de 1941 à 1944. La constitution rocheuse du terrain ne permettant pas la construction de profonds bassins en eau comme à Saint-Nazaire, il a été décidé d'aménager des bassins à sec et des slipways sur rails, pour tirer les sous-marins au sec. Les cinq alvéoles du bloc K1 sont achevées en septembre 1941, mais mises en service le 25 août. Le bloc K2 et ses sept alvéoles sont mis en chantier en même temps et achevés en décembre. Une centrale diesel protégée dans un blockhaus épais, l'E-Werk, assure la production d'éléctricité pour alimenter la base et tracter rapidement les sous-marins au sec.
D'octobre 1941 à 1943, le bloc K3 est construit au sud-est dans un terrain vaseux, et offre sept alvéoles avec des bassins à flot et des formes de radoub (sur le modèle de Saint-Nazaire). Enfin, les bombardements empêchent l'achèvement d'une gare et d'une caserne qui forment l'ensemble K4, que trouvent les alliés lors de la reddition de la Poche de Lorient.

Ces installations qui ont fait de Lorient la plus grande base sous-marine (BSM) allemande sur la côte Atlantique représentent un réél intérêt historique et en font un monument qu'il faut sauvegarder au titre notamment du devoir de mémoire. Les tonnes de béton dont il est constitué ont longtemps constitué sa meilleure protection. Mais aujourd'hui cet ensemble est menacé.

En effet, depuis l'installation sur le site d'une zone économique, le blockhaus-centrale éléctrique (E Werk) a été détruit et le slipway formant un ensemble unique sur la côte Atlantique a été recouvert de sable et sera transformé en plateau technique. La lisibilité historique du site et son intérêt patrimonial et technique sont donc atteints.

Découvrez le fonctionnement du slipway de Lorient-Kéroman ici : (voir le site)

Voir aussi : Langue et culture bretonnes : la mairie de Lorient aux abonnés absents par JYLT

Des bâtiments ont été construits pour les entreprises sur la zone. Ces bâtiments, bardés de tôle mince, s'intègrent mal au site. Très mal, mais soit. Après tout, le site vaut mieux en place que détruit, et tant qu'à faire, ces grandes structures peuvent accueillir des entreprises qui ont besoin de place et qui peuvent, comme le Gitana Team (voir le site) donner de la valeur ajoutée à la ville.

La Marine a utilisé le site de 1946 à 1997 pour ses propres sous-marins à propulsion classique. De ce passé certains ont décidé de faire table rase en créant un pôle industriel et maritime ; en détruisant aussi tout ce qu'il y autour des alvéoles et en prévoyant de casser la caserne inachevée formant le bloc K-4. Un projet de musée des sous-mariniers a pourtant été arraché de haute lutte… se concrétisera-t-il ?

On peut, au moment où la connaissance du patrimoine breton entre dans les consciences (voir ABP 24712), où des éléments du patrimoine laissé par les Allemands sont menacés à Saint-Nazaire (voir ABP 23449) demander que les intérêts économiques soient conciliés avec la préservation du patrimoine et de la mémoire. Que la voile et l'industrie aillent de pair avec le respect des sites historiques et de la contribution à l'histoire industrielle et mondiale qu'ils représentent. Halte à la casse de Keroman !

mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Louis Bouveron

Étudiant en droit-histoire expatrié en Orléans, passionné par l'histoire et le patrimoine de la Bretagne. S'intéresse aussi à l'économie bretonne et à l'actualité de Loire-Atlantique.

Vos commentaires :

YANN MOREL
Jeudi 16 fevrier 2012

Ce que les bombardements n\'ont jamais pu faire ( détruire ces bases atlantiques ) les municipalités le réalisent sans concertation ni démocratie.Rappelons que les vétérans de l\'US AIR FORCE furent scandalisés

recemment de voir cette base démantelée progressivement alors qu\'ils avaient souhaité y voir un musée vivant,éducatif, ouvert à toutes les générations futures.Argent, spéculation, quand tu nous tiens !

Gilbert ENGELHARDT
Jeudi 16 fevrier 2012

Je suis né à LORIENT en 1947, et garde la nostalgie de la ville de ma jeunesse, ville meurtrie par la guerre. Il ne restait que ruines, à la suite des bombardements. La maison de ma grand-mère avait été complètement rasée, comme des milliers d'autres. La reconstruction a duré plus de quinze ans. La BASE SOUS-MARINE, je le pense également, est un monument qu'il convient de sauvegarder comme monument historique, comme à SAINT-NAZAIRE. C'est le témoignage des années horribles de la Guerre. Quand on sait que le dauphin d'HITLER, l'amiral DOENITZ, habitait juste en face, à KERNÉVEL, il faut pouvoir se remémorer l' environnement créé par les NAZIS et de la WERMACHT.

Sans Winston CHURCHILL et les petits boys anglais et américains, nous ne serions pas là aujourd'hui, vous comme moi. Alors, cette base est vraiment un témoignage historique, pour les générations futures en particulier.

Yann LeBleiz
Jeudi 16 fevrier 2012

Cette base est unique au monde par sa structure : Un slipway pour sortir les sous-marins de l'eau afin de réaliser leur maintenance à sec dans un abris indestructible.

De plus, la Bataille de l'Atlantique est certainement l'événement le plus important de la 2ème GM. Si cette bataille avait été perdue, c'est la guerre en Europe qui aurait été perdue.

Les symboles de cette bataille sont : le U-Boot, le radar et le sonar. Pour la partie U-Boot, la base de Lorient était le symbole principle.

Cette base est donc non seulement un patrimoine breton, mais également européen et mondial!

Les bretons possèdent avec cette base un patrimoine extraodrinaire de la mémoire de l'humanité.

Pour comprendre cela, il faut avoir un minimum de compréhension de l'histoire.

Mais parler de compréhension de l'histoire en France (pays ou l'histoire est réécrite) et en Bretagne (pays où son histoire propre est interdite d'enseignement), il y a comme une forme de décalage!

Gilbert ENGELHARDT
Jeudi 16 fevrier 2012

Je rappelle qu\'en choisant Larmor-Plage pour y établir son P.C. et KEROMAN pour y construire la première et la plus formidable base sous-marine de la \"forteresse Europe\", l\'amiral Dönitz épinglait Lorient au coeur de la bataille de l\'Atlantique. Trente sous-marins étaient basés en cette immense forteresse de béton. Par les terribles bombardements de 1943, LORIENT a su ce qu\'il en coûtait d\'être un important port de guerre. La poche de LORIENT n\'a été libérée que le 10 mai 1945, 10 jours après le suicide d\'HITLER !

(J\'ai perdu mon oncle, Gilbert FORTRAIT, commandant en second sur le sous-marin LA PERLE, torpillé au large de Terre-Neuve ; un seul survivant, le sous-officier CLOAREC , un Breton comme tant de sous-mariniers!)

Je suis d\'autant plus sensibilisé à la mémoire de ces héros.

KEROMAN en est certainement le plus grand témoignage.

Gilbert Josse
Vendredi 17 fevrier 2012

Faut-il détruire les églises gothiques construites sur des églises romanes construites sur des temples druidiques ?

Faut-il détruire les châteaux du XVII° construits sur des châteaux du XII° construits sur des mottes du VI° ?

Faut-il supprimer les traces du christianisme qui ont défiguré des menhirs millénaires ?

Où commence la mémoire, où s'arrête-t-elle ?

Le futur est-il moins important que le passé ?

Un insert dans une cheminé du XVIII° est-il un crime ?

Ces milliers de mètres/cube de béton et d'acier sont-ils plus importants que le futur d'une ville et des enfants qui y vivront ?

Je ne sais pas, mais...

Mr GONTIER Jean françois
Mardi 21 fevrier 2012

Ils veulent détruire la mémoire collective! Quelle honte! Que tous les bretons entrent en résistance contre ces individus qui ne respecte rien. Vous devriez faire circuler une pétition en ligne. Les bases U Boot et autres vestiges doivent être inscrits au patrimoine nationale.Détruire ces vestiges c'est détruire un monument au mort.

Marie-armelle echard
Jeudi 23 fevrier 2012

Les villes évoluent constamment de génération en génération mais il est déplorable de détruire les monuments les plus significatifs du passé car nous avons tous besoin de comprendre ce qu'était la vie avant nous là où nous passons.

Toute la base sous-marine va-t-elle disparaître ? Aucune mise en valeur n'est-elle programmée ? A qui doit-on s'adresser pour s'en inquiéter? Les autorités responsables ont-elles communiqué à ce sujet ?

romain mercier
Mardi 1 avril 2014

l'économie ? une irrespectueuse tuerie !De la tôle et du fric jeté par les fenêtres ! Bravo les décideurs lorientais. D'ailleurs, ils n'aiment pas Lorient ils n'aiment que le fric ces gens là !

Écrire un commentaire :

Bien cliquer sur le bouton JE SUIS PAS UN ROBOT. Le trolling est interdit ainsi que les attaques personnelles ou tout ce qui est contraire aux lois en vigueur !

Publicités et partenariat

pub