La chapelle de la Trépas à Jans : à la mémoire de deux saints évangélistes bretons

Publié le 5/01/12 14:12, dans Article par Louis-Benoît Greffe pour ABP

La chapelle Saint—Dulien et Saint-Dulcien est un modeste édifice religieux, située à la Trépas et édifiée à l'emplacement d'un édifice primitif dédié à saint Barthélemy. Elle est constituée d'une nef rectangulaire et d'un chevet à pans, le tout couvert d'un toit en croupe. (1)

Les jumeaux Dulien et Dulcien seraient, d'après la légende, les évangélisateurs de Jans qui était compris alors dans la vaste forêt de Domnesche. Ces derniers "auraient remonté la rivière du Don en partant du lac Murin et s'étaient fixés sur les bords de la Cosne, en un asile devenu la chapelle précitée et où ils furent décapités pour leur fidélité au christianisme, tout comme saints Donatien et Rogatien de Nantes". Dulien et Dulcien ne sont pas des saints que Rome reconnait, et font partie du grand bataillon de saints bretons propres à la Bretagne et que la chrétienté ignore, à part pour une dizaine d'entre eux. Comme le disait Mistral au sujet de saint Gent et des saints populaires provençaux, " c'est le peuple qui les a faits saints " .

Ce ne sont pas les seuls de Loire-Atlantique, qui compte, en sus de nombreux ermites, des saints comme Friard, Victor, Secondel ou Vital. Nous nous intéresserons sur ABP à ces saints, martyrs ou évangélistes, qui firent la Bretagne d'Ouessant au Fresne-sur-Loire, et même bien plus loin puisque tous les territoires qui furent habités par les Bretons connurent, d'une façon ou d'une autre, la canonisation par la voix du peuple : c'était alors le moyen le plus sûr de garder dans la mémoire des générations le souvenir de la conduite exemplaire ou des actes honorables, miséricordieux et chrétiens. Ce phénomène n'est pas propre à la Bretagne, d'autres peuples comme les Provençaux, eurent leurs propres saints, mais il n'est pas d'autre pays au monde que la Bretagne où le nombre de saints du peuple soit si grand et ces saints si connus et si vénérés.

L'on ne sait si le hameau de la Trépas, indiqué Le Trépas sur la plupart des cartes, a à voir avec un culte de la mort comme le prétendent certains. Il est en revanche très probable que la fontaine attachée à la chapelle était un lieu de pèlerinage pour guérir de quelque affection ou fièvre.

En l'église XIXe de Jans (2) se trouvent plusieurs des statues qui étaient jadis en la chapelle du Trépas : celle de saint Barthélémy, ancien patron de la chapelle, date du XVIIe. Celle de saint Matthieu, du XVe, et celle de saint Mathurin, du XVIIIe.


Louis BOUVERON pour ABP.

mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer
Cet article fait l'objet de likes, commentaires et partages sur Facebook

Auteur de l'article :

Louis-Benoît Greffe

Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France), association d'utilité publique qui a pour but de défendre, depuis sa création en 1901, le patrimoine historique, architectural et naturel français.

Vos commentaires :

Thierry J
Jeudi 5 janvier 2012

Merci à Louis Benoit de nous faire connaitre le patrimoine du pays nantais, les richesses de notre Bretagne ! il est possible de signaler de saints ou prénoms, avec un minimum d'info, au site nominis des évèques de France (voir le site) (ils ont parfois des dates de fêtes et interprétations différentes de nous ...mais le site est riche et évolutif !).

Le projet de la vallée des Saints à Carnoët près de Carhaix, est justement de mettre en valeur la richesse du peuple des Saints bretons, charge aux habitants des paroisses concernées de valoriser leur saints patrons locaux (par exemple les habitants de Saint Thélo en 22 se sont mobilisés pour financer la statue de St Thélo), Nantes peut se mobiliser pour St Similien, Guer pour Gurval, Mauron pour Lery,...en lien avec l'asso, evel just ! (voir le site)

Eflamm Caouissin
Lundi 9 janvier 2012

Merci pour cet article très intéressant. A mon sens, mais cela reste à vérifier, le hameau de Trépas aurait pour origine du nom, non pas la "mort" mais le mot breton signifiant "couloir" ou "passage".

André BERLAN
Lundi 9 janvier 2012

@ Eflamm : Passage, cela pourrait correspondre, il y a un ruisseau près la chapelle, qu\'un chemin passe, et une route traversant le hameau. Même si le gué le plus ancien n\'est que à Tregouët et que tout autour, les hameaux portent des noms français ou gallos.

Écrire un commentaire :

Bien cliquer sur le bouton JE SUIS PAS UN ROBOT. Le trolling est interdit ainsi que les attaques personnelles ou tout ce qui est contraire aux lois en vigueur !

Publicités et partenariat

pub