La ligériose s'attaque à la ligne Nantes-Châteaubriant

Publié le 25/11/11 17:52, dans Point de vue par Louis-Benoît Greffe pour ABP

Cliquer sur la photo pour l'agrandir, puis flèches clavier pour naviguer (7 photos)

Nouvelle victime de la ligériose, Jean-Pierre Nennig qui vient de consacrer un livre à la ligne Nantes-Châteaubriant, dont le sous-titre est pour le moins étrange.

L'auteur, technicien de formation, a déjà réalisé plusieurs livres traitant des anciennes lignes de chemin de fer de Loire-Atlantique, notamment sur la ligne de Saint-Nazaire à Châteaubriant ou le réseau des chemins de fer de Bretagne sud, aussi connu sous le nom de ligne Savenay-Quimper. Ses livres, techniques certes, sont aérés par l'utilisation de nombreux témoignages, plans et photos et ses recherches s'appuient sur l'utilisation d'une vaste documentation. C'est donc bien une personne sérieuse, qui édite seule ses livres (éditions JPN), qui n'est pas inconnu d'ABP (voir ABP 17787) et qui est peu susceptible d'être touchée par la ligériose.

Et pourtant l'auteur semble bien avoir été infecté par cette redoutable maladie (voir le site) puisque les Bretons ont eu une mauvaise, très mauvaise surprise en découvrant le titre de son nouveau livre " Le chemin de fer de Nantes à Châteaubriant depuis 1877 – Le tram train en pays de la Loire de Nantes à Clisson et de Nantes à Châteaubriant ". Cette funeste erreur est d'autant plus étrange qu'elle émane de quelqu'un dont le nom est à consonance bretonne. Dans les faits, Nennig est un nom qui provient de la lointaine Moselle comme semble le prouver l'épluchage des bases de données généalogiques (voir le site)

L'habituelle – trop habituelle – leçon de géographie et de bon sens s'impose : Nantes est, comme Clisson et Châteaubriant, une forteresse bretonne. La limite de l'ancien duché, et donc de la Bretagne, passe bien à l'est de la ligne. Par ailleurs la Pédélie aussi appelée Pays de la Loire est une création récente, antihistorique, anti-économique, qui agglomère en vrac le Bas-Poitou, l'Anjou, le Maine et la Loire-Atlantique, dans le but de rendre plus faible la Bretagne. La Pédélie ne tient que grâce à la collaboration sans limites des élites politiques de Loire-Atlantique, tous partis confondus, et leur mainmise sur presque tous les médias et les publications de Loire-Atlantique.

C'est ainsi que l'honorable sieur Nennig a été touché par l'effroyable virus de la ligériose. La ligne Nantes-Châteaubriant va connaître sa réouverture grâce au projet de tram-train sur lequel la Pédélie a fait évidemment main basse. Quoi de plus simple et de moins engageant qu'un simple sous-titre, en échange de possibilités accrues de recherche et de publicité ? Et l'auteur remercie : " J'ai été beaucoup aidé par la Région pour réaliser ce livre. Jacques Auxiette l'a notamment préfacé. J'ai pu aussi avoir accès plus facilement aux informations. J'ai notamment été un des premiers à découvrir le tram-train dans le dépôt de Doulon ". Procédés dont on appréciera l'évidente inspiration démocratique ; ce livre orné en outre d'un grand logo Pédélien en 4e de couverture peut donc être assimilé à une publication officielle de la pseudo-région. Les moyens de communication des Pays de la Foire ont fait à ce livre une publicité générale en surfant sur la recherche personnelle et la proximité de l'auteur avec ses lecteurs, des passionnés formés sur le tas le plus souvent (voir le site) Un petit sous-titre pour certains, une pierre contre la Loire-Atlantique bretonne pour d'autres. Halte à la débretonnisation !


Louis Bouveron

©agence bretagne presse

mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer
Cet article a fait l'objet de 2939 lectures

Auteur de l'article :

Louis-Benoît Greffe

Délégué départemental de la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France), association d'utilité publique qui a pour but de défendre, depuis sa création en 1901, le patrimoine historique, architectural et naturel français.

Vos commentaires :

Naon-e-dad
Dimanche 27 novembre 2011

Le tram-train semble assez bizarre, au point que ne lui ayant pas trouvé de nom, il a fallu se contenter d'une désignation hybride et fumeuse.

Il s'agit d'un véhicule ferroviaire - ni tout à fait train, ni tout à fait tram - capable de rouler sur les liaisons inter- urbaines (Nantes - Châteaubriant) comme sur le réseau urbain (tramway).

Ce qui est certain, c'est que ce dossier est hautement politique. Et sensible. Tant sur le plan technique que financier. On ne fait peut être que commencer d'entendre parler de ce drôle de canard ferré...

Écrire un commentaire :

Bien cliquer sur le bouton JE SUIS PAS UN ROBOT. Le trolling est interdit ainsi que les attaques personnelles ou tout ce qui est contraire aux lois en vigueur !

Publicités et partenariat

pub