La mort de Yann Fouéré ignorée par la presse, de Bretagne et de France sur le web ?


Pendant encore combien de temps, est la suite de la question du titre.


L'OMEB n'a que peu d'accès à la presse papier en Bretagne et malheureusement pas aux différentes éditions. Mais il a accès à Internet (1).

L'OMEB ne peut s'empêcher de remarquer que la mort de Yann Fouéré n'a fait l'objet d'aucun article web en Bretagne tant sur Ouest France que sur Le Télégramme.

Sauf sur Agence Bretagne Presse : (voir ABP 23542), mis en ligne le 21 à 10 heures, et (voir ABP 23575), le 21 à 14 heures, pour les condoléances.

Le site Rue89 et quelques blogs ont repris la nouvelle plus tard, dont les avocats de Brest/Saint-Brieuc qui eux , ont repris tel quel l'article ABP, en grande partie, sans la citer et sans non plus, pensez-bien, un lien actif vers celui-ci.


Un décès arrive-t-il jamais " au bon moment " ? Non bien sûr. Cette disparition, "squeezée" entre l'assassinat de Khadafi, la suite des primaires PS puis le rugby, a dû échapper à cette presse de Bretagne... mais ce ne sont tout de même pas des raisons suffisantes.

Ce patriarche de la cause bretonne, un théoricien de l'Europe des Nations, n'intéresse pas ou est boudé. Pourtant, il y a eu des preuves que la presse dite "bretonne" lit Agence Bretagne Presse. Elle ne peut donc ignorer cette disparition, sauf censure volontaire. Et donc manque de déontologie. La presse doit informer, non ?

Se contentera-t-elle d'un entrefilet le mercredi 26, lendemain des obsèques, dans l'édition locale de Guingamp ?

Il est probable que dans la presse anglo-saxonne il y aura des échos.

Quant à la presse française, rien à en dire, sauf qu'elle aussi ignore.


(1). Il reçoit par contre des scans d'articles papier de cette presse qui ne sont pas sur le Net, merci aux lecteurs attentifs. Un article est paru dans Ouest France samedi 22, sur papier uniquement.

mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer
Cet article a fait l'objet de 1708 lectures

Auteur de l'article :

OMEB

L'Observatoire des Médias en Bretagne est basé à Rennes. Il est composé d'un collectif de plusieurs journalistes.

Vos commentaires :

Vincent J.P.
Lundi 24 octobre 2011

Ouest-France, dans son édition du samedi 22 octobre, page Bretagne, a sous le titre : "Nécrologie: Yann Fouéré, figure du mouvement breton" a produit un petit article, avec photo couleur rappelant son acquittement en 1955.

Yannick Cléarc'h
Lundi 24 octobre 2011

Il y avait aussi son avis de décès à la page des obsèques (OF du samedi 22 octobre - Édition Nantes Nord-Loire), mais cela ne "compte" pas...

patrice dréano
Mardi 25 octobre 2011

Sur Rue 89, j'ai trouvé ceci :

(voir le site)

Mais franchement, si c'est pour se faire salir comme on le voit dans différents commentaires, je me demande s'il ne vaut pas mieux qu'il demeure ignoré des Français.

Arnaud VIEZ
Jeudi 27 octobre 2011

Tout à fait d'accord avec Patrice ! De toute façon les français ne savent pas qui c'est, ne veulent pas le savoir, et les informer d'une telle disparition donne l'occasion à ceux qui n'ont rien d'autre à faire de ressortir leurs habituelles inepties pour traîner les Bretons dans la boue. Alors vraiment je crois que c'est faire trop d'honneur à la "presse de france" de lui demander de partager notre douleur...

Stéphane
Vendredi 28 octobre 2011

Il parait qu'il y a eu depuis un article dans le OF ... que je n'ai pas pu lire cependant.

Gilles Delahaye
Samedi 29 octobre 2011

Sur le papier oui, il y a eu des articles en Bretagne. Merci à ceux qui les ont signalées, comme ici.

Mais sur le web, justement par Ouest France, juste un entrefilet de 5 lignes dans maville Lannion Perros et maville Dinan le jour même des obsèques : (voir le site) par exemple de Dinan, d'après un communiqué de "ses amis du parti P.O.B.L. et du journal L'Avenir de la Bretagne qu'il avait fondé en 1958" publié aussi et en entier sur ABP. Les obsèques du jour, par ville, sur Le Télégramme ne mentionnaient pas la célébration de Guingamp. Ignorée.

Mais, comme il fallait s'y attendre, c'est la presse celtique qui annonce aujourd'hui sa mort, en l'occurrence l'Irish Times, avec une belle photo et un long article retraçant sa vie.

jyt
Lundi 14 novembre 2011

Il y a eu des articles dans Le Trégor et L’Écho de l'Armor et de l'Argoat. Chacun d'entre eux est muet sur les raisons pour lesquels Fouéré s'est exilé après la guerre. Pas un mot sur sa condamnation par contumace. Pas un mot sur les articles antisémites parus dans "La Bretagne". Si le "mouvement breton" veut prétendre une quelconque consistance, il lui revient de faire une profonde opération de nettoyage. On peut avoir la certitude qu'il ne la fera pas et que ce sera à d'autres - qui ne sont nullement anti-Bretons - de la faire.

Jean Landais
Lundi 14 novembre 2011

Tout est connu, écrit, publié, décortiqué depuis des années,des décennies, analysé comme ci ou comme ça et il se trouve encore des gens pour radoter comme le commentaire précédent qui prétend que tout est caché, qu'il faut "nettoyer"...C'est absolument sidérant ce radotage et cette obnubilation . Au fait aux dernières nouvelles Le Trégor et L'Echo ne sont pas des organes du "mouvement breton" ........

n Derzhienn
Lundi 14 novembre 2011

@ JL : OK pour ce post, il n'y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Il existe pourtant aujourd'hui de multiples possibilités de se réapproprier l'Histoire de la Bretagne, fût-elle récente ...Encore faut-il se mettre au travail, car pour beaucoup de mal-entendants, mal-voyants et autres mal-disants, la désinformation est toujours d' actualité...

@ jyt : Ouest-france ( ex-Ouest Eclair ) a donc fait un effort, pour honorer 70 ans plus tard la mémoire d'un des ses plus proches rédacteurs de l'époque. Grand bien lui fasse. Ce n'est pas le cas du Télébramme ( ex-La Dépêche), qui ne couvre ce jour que 3 départements sur 5, qui a donc refusé de faire paraître une annonce du décès de Y. Fouéré, . Vengeance posthume probable ( cf les antécédents et contentieux avec la dynastie Coudurier).Toutefois, ce même tabloïd fit paraître le 30/11/2010 un avis pour le souvenir de Goulven Pennaod, décédé 10 ans auparavant, autre figure du nationalisme breton.

Autres temps, autres moeurs ?

On lit la presse qu'on veut, on en retire ce qu'on peut ( et souvent pas grand chose quand elle est bien orientée ) . Pep hini zo libr.

Bonne soirée

jyt
Mardi 15 novembre 2011

Je ne vois vraiment pas pourquoi on ferait une sélection entre un Yann Fouéré présentable, défenseur de la Bretagne dans une Europe fédéraliste et un Yann Fouéré pour le moins problématique, plus que lié avec les Allemands pendant la guerre, agent de la Gestapo sous le matricule SR 715, n'ayant aucunement renié quoi que ce soit, ce qui est son droit. Il faut tout prendre ou tout rejeter.

Écrire un commentaire :

Combien font 2 multiplié par 8 ?

Publicités et partenariat