Gwynfor Evans, un ami de la Bretagne

Depuis la disparition hier de Gwynfor Evans à l'âge de 92 ans, le Pays de Galles est en deuil. Gwynfor Evans a été au XXe siècle une personnalité majeure pour l'ensemble des pays celtiques et un grand ami et défenseur de la Bretagne. Gwynfor Evans a eu une importance sans égal dans l'obtention d'une chaîne de télévision tout en langue galloise et dans l'obtention de l'actuel statut du Pays de Galles, doté aujourd'hui d'une assemblée possédant de larges pouvoirs. D'après Bernard Le Nail, des éditions Les Portes du Large, et aussi membre comme Gwynfor de la ligue celtique dont Gwynfor est un des fondateurs, Gwynfor Evans "était un homme remarquable, d'une volonté de fer, mais aussi d'une douceur et d'une bonté rayonnantes, qui désarmaient ses ennemis les plus virulents par sa gentillesse. Gwynfor a consacré toute sa vie à la défense de la langue, de l'identité et de la souveraineté galloises."

Bernard Le Nail se rappelle sa venue en Bretagne dans les années 1970, à Nantes et à Rennes. "Il avait parlé du sort de la Bretagne, dans son premier discours de député fraîchement élu, à Westminster, et dénoncé la politique du gouvernement français pour anéantir l'identité bretonne". En 1945 il avait accueilli chez lui, Yann Fouéré, alors poursuivi injustement pour collaboration.


Gwynfor Evans était né à Barry, en Galles du Sud in 1912. Il fit ses études à l'université d'Aberystwyth, puis à Oxford où il fit des etudes pour devenir avocat.

il fut d'abord un grand pacifiste et un chrétien avant de devenir nationaliste gallois. Il restera d'ailleurs toute sa vie un pacifiste convaincu. Dans sa biographie il relate deux événements importants dans sa découverte de son identité. Le premier est la lecture d'un livre de D.J Davies "The economics of Welsh Self-government" et l'autre est une sorte de chemin de Damas: Gwynford rentrait souvent à pied d'Oxford au Pays de Galles. Il était sportif et aimait la nature. Un jour traversant à pied le val de Glamorgan il fut tellement ému de sa beauté qu'il décida de rallier le Plaid Cymru qui venait d'étre crée (1925).

Pendant la guerre il obtint le statut d'objecteur de conscience. Ne voulant pas devenir avocat et plaider alors que ses amis mettaient leur vie en danger, il décida de devenir agriculteur. Il devint producteur de tomates, pas loin Aberystwyth. C'est de là qu'il commença sa carrière politique. Il passait 4 à 5 heures par semaine à parler dans des réunions publiques, dans des halls ou sur la place des villages.

Il rejoint le Plaid Cymru à l'âge de 20 ans et ne le quitta jamais. En 1945 il en devint le président et le restera pendant 36 ans. Il joua dès le début un rôle essentiel au sein de ce parti nationaliste gallois et est crédité pour avoir réussi a en préserver l'unité. Il fut en 1966, le premier élu de Plaid Cymru au Parlement de Westminster. Son nationalisme était tranquille, pacifiste, mais déterminé. Après que Margaret Thatcher fusse revenue sur sa promesse d'une télévision galloise, il menaça de faire une grève de la faim jusqu'à ce que mort s'ensuive. Il obtint gain de cause et aussi le titre glorieux, venant de ses confrères MPs, de "smiling dragon".

La longue lutte des Gallois pour obtenir une télévision galloise entièrement en gallois a de quoi inspirer. Elle ne fut pas facile. Les militants durent s'enchaîner aux sommets des relais; d'autres occupèrent les locaux de la BBC. Parmi eux, une de ses filles, qui dû même faire de la prison. Devant la détermination de Gwynford et face à des manifestations au Pays de Galles et même jusqu'en Ecosse, le gouvernement céda. En 1980 le parlement vota une loi pour créer la chaîne de télévision S4C.

Le professeur Per Denez qui le connaissait bien se dit très affecté par sa disparition et regrette ne pas pouvoir se rendre aux obsèques qui auront lieu mercredi prochain à Aberystwyth. Per Denez avait invité Gwynfor Evans en Bretagne dans les années 70s pour parler de la situation du gallois. Deux des filles de Gwynfor Evans ont étudié le breton à l'université de Haute Bretagne à Rennes.

Gwynfor Evans a enregistré une biographie en gallois. Elle fut publiée en 1982 et traduite en anglais en 1996: "For the Sake of Wales: The Memoirs of Gwynfor Evans" by Gwynfor Evans, traduit par Meic Stephens. Welsh Academic Press. Il a aussi ecrit de nombreux livres et pamphlets dont Aros Mae (1971) traduit en anglais sous le titre "Land of my Fathers", une "Histoire du Pays de Galles" (1974) et l'imposant "Welsh Nation Builders" (1987).

Philippe Argouarch, Agence Bretagne Presse

voir aussi l'article en anglais de Gwyn Griffiths publié hier : (voir ABP 2032)

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

Combien font 4 multiplié par 3 ?

Publicités et partenariat