English Heritage honore les archers de Wight morts à Saint-Aubin du Cormier en 1488

Publié le 11/08/09 10:46, dans par Jean-Loup Le Cuff pour MAB, Musée Archipel Breton

Monuments au Bretons  Saint-Aubin du Cormier  1988.
Monuments au Bretons Saint-Aubin du Cormier 1988.

Le 28 juillet 2009, "English Heritage" vient d'inaugurer une plaque commémorative au musée du château de Carisbrook sur l'Île de Wight, en mémoire de Sir Edward Woodville, Duc de Scales et Lord of Wight, et de ses 440 archers morts à St Aubin du Cormier en 1488, ainsi qu'au jeune Diccon Cheke, le seul archer anglais survivant du massacre, épargné semble-t-il pour qu'il revienne sur son île raconter la tragédie! Sur cette plaque est écrit :

"IN MEMORIAM SIR EDWARD WOODVILLE and the 440 gallant men of the Island Who died at the battle of St Aubin, July 28th 1488. And to Diccon Cheke, sole survivor of the massacre, who returned with the story. Requiescat in Pace"

Notons d'une part qu'une longue et belle chanson a été composée à suivre, dans l'ile de Wight, sur le courage héroïque de Sir Edward Woodville et de ses archers à la bataille de St Aubin du Cormier, et d'autre part, que sur la plaque concernant ce contingent anglais, sur le mémorial de Saint-Aubin du Cormier érigé en 1988 par Koun Breizh, et donné ici en illustration, une confusion a été faite : Il y est écrit " Aux 500 Archers Anglais qui versèrent leur sang sous les ordres de Talbot comte de Scales ". Or, Sir Edward Woodville était bien le Duc of Scales, mort en ces lieux côté breton, et non Talbot ! Ci dessous, quelques éléments de la biographie de Sir Edward Woodville :

Son of Richard Woodville, 1st Earl Rivers(q.v.). (Chrimes p.94). 1476: He and his father were put in charge of 1,000 archers sent to help Francis of Brittany against France. (G. & C. p.284) . 1480: He commanded the fleet which escorted Margaret of Burgundy from Calais to London. (Jenkins p.128). 1 Mar.: He was granted custody of the town and castle of Porchester. (C.P.R.1476-85 p.180) . 28 Jun.:Granted custody of all manors, lands etc. of the late William Garnon during the minority of his son, William. (ibid.p.199) . Summer1482: He was with the army in France. (R.III p.45) . 14 Dec.: He and John, Bishop of Rochester, were empowered to treat with the Scots for the marriage of Rivers and Margaret, sister of James of Scotland. (S.F. II p.714) . 9 Apr.1483: He was present when Edward died. (P.M.K.pp.160-1) . 17 Apr.: He was present at the moving of Edward's body from Westminster to Westminster Abbey and Syon. (Ricardian 143 pp.372-5). 30 Apr.:He put to sea to repulse French raiders, taking part of the Treasury with him. (Coronation p.16) . Aug.1485: A commander in Henry Tudor's army. (Jenkins 128). He took an advanced force of 6,000 men as far as Doncaster. (W.O.R. p.104) . 22 Aug.: He fought at Bosworth for Henry Tudor. (Bill H.). 1486: He fought at the Battle of Loja with 300 of his men. (W.O.R.p.105) . 16 Jun. 1487: He was a commander at Stoke Field. (Jenkins p.105). 1488: He died, at St.Aubin-du-Cormier. (Coronation p.16)

J'ai reçu également ce texte :

Captain Of The Wight by Dorothy Davies

'But the last Lord and Captain of the Wight died valorously in harness among his knights and esquires, in the sunny land of France, as became a valiant gentleman of England, and no man after him was ever invested with such name and state.' 'The Captain Of The Wight' by Frank Cowper, Seely & Co. 1889.

Whilst researching the life story of Antony Woodville, 2nd Earl Rivers, Lord Scales of Newcelles and the Isle of Wight, a series of Google alerts were set up on every variation of the name Woodville there is. The alerts brought the story of Sir Edward Woodville's ill-fated and foolish expedition to France in 1488 when he took 440 Isle of Wight men to Brittany, where they were massacred fighting against the French. It became clear it was a story which had to be told, if only so that Islanders would know about this devastating loss. According to one local historian, it must have set the island economy back about a hundred years. The men who went were the young, the fit, the ones who farmed, the ones who provided, the ones who served. The impact of the loss on such a relatively small area is hard to assess. There are no accurate figures for the population at that time but it is known that many towns now existing on the island were then very small villages, so the loss must have been intensely felt in every part of the community. The island is no more than 27 miles across at its widest point.

The writing of Earl Rivers' book was temporarily suspended whilst I researched Edward Woodville. In doing so, I discovered a 1903 edition of the Journal of the American Antiquarian Society which contained not only an in-depth article on Edward Woodville's campaign in Granada but also the original medieval report, written by Edward Hall, of the campaign in St Aubin which took the lives of so many Island men. The pages of the report were uncut. This, combined with the stirring saga written by island historian and architect Percy Goddard Stone, the acquisition of a French translation of reports and letters which appeared in the now defunct Isle of Wight Journal (which I had re-translated into English – at great cost) and the essays of the Rev. E Boucher James from the late 1800s, gave me sufficient material to create a slim book on the life of this lesser known Woodville, one who was to play a momentous part in the history of the Isle of Wight.

Antony Woodville, 2nd Earl Rivers, held the Lordship of the Island for sixteen years. It seems appropriate that Henry VII should award the Captaincy of the Island to Edward Woodville as reward for his support. It is known that Edward came regularly to the island and was well received there.

A conflict was forming in France between the king and the duke of Brittany. Edward asked for permission to go and fight, but Henry VII refused outright. Ignoring this decree, Edward commissioned four carracks and sent out an array to the men of the Isle of Wight who responded in force, no doubt eager for glory, booty and adventure. They sailed from the safe harbour of St Helens in May 1488 and met up with the Breton contingent before moving on to St Aubin, where battle was joined on the 28th July. The Englishmen fought valiantly but all were killed, apart from one boy who escaped and returned to the island to take back the news of the many, many deaths.

Henry VII worked hard and fast to dissociate himself from the campaign and the political disaster that it was for him, but there are theories that at the time, although he had not given permission, there was an underlying agenda which the king hoped to use for his own purposes had the battle been successful. As it was not, he was able to declare he had no part in allowing the valiant knight to go. Henry VII was as devious as ever, it would seem.

It is a sad fact that the Bretons hold an annual ceremony on the nearest Sunday to the 28th July to commemorate the battle and that there is a plaque in memory of the English dead on the preserved battlefield, but there was no plaque or memorial of any kind on the island. In fact, few islanders knew of the disaster. My book, called "Captain Of The Wight", came as a great surprise to many, apart from a few devoted historians who knew of the story but who had not come across the medieval report to validate it. As one commented, you cannot rely on Victorian historians…

It is good to report that English Heritage gave permission for a plaque to be sited in Carisbrooke Castle Museum. On the 28th July 2009, the island will have a permanent memorial to the men who died, whatever their motives were for going to fight, knowing they might not return, and to Diccon Cheke, who did return and had the unenviable task of telling the island of the loss of so many men. And, of course, to Sir Edward Woodville who, despite everything, was seen as a chivalric knight, the type which has attracted many myths, legends and sagas. Requiescat in Pace.

Captain of the Wight is available from:

Circle of Light Publications PO Box 148, Ryde, IOW PO33 9BE Price £4.99 plus £1 P&P.

Traduction des textes anglais par Maryvonne CADIOU, ABP :

Sur cette plaque est écrit :

À la mémoire de Sir Edward Woodville et des 400 hommes vaillants de l'Île qui moururent à la bataille de Saint-Aubin, le 28 juillet 1488. Et de Diccon Cheke, unique survivant du massacre, qui en est revenu avec l'histoire. Qu'ils reposent en paix.

Ci dessous, quelques éléments de la biographie de Sir Edward Woodville :

Fils de Richard Woodville, le comte Rivers (q.v), (Chrimes p. 94).
– 1476 : son père et lui ont été chargés des 1.000 archers envoyés pour aider François de Bretagne contre la France, (G. et C. p. 284).
– 1480 : il a commandé la flotte qui a escorté Marguerite de Bourgogne de Calais à Londres. (Jenkins p.128).
– Le 1er mars : on lui a confié la garde de la ville et du château de Porchester, (C.P.R. 1476-85 p. 180).
– Le 28 juin : il a la garde de tous les manoirs, terres etc. de feu William Garnon pendant la minorité de son fils William, (Ibid p. 199).
– En été 1482 : il était en France avec l'armée, (R. III p. 45).
– Le 14 déc. : avec John, l'évêque de Rochester, il fut engagé pour traiter avec les Écossais le mariage de Rivers et Marguerite, soeur de Jacques d'Écosse, (S.F. II p. 714).
– Le 9 avril 1483 : il était présent quand Édouard est mort. (P.M.K. pp. 160-1).
– Le 17 avril : il était présent pour le transport du corps d'Édouard de Westminster à l'abbaye de Westminster et Syon. (Ricardian 143 pp. 372-5).
– Le 30 avril : il embarqua pour repousser un commando français, emportant une partie du du Trésor, (Couronnement p. 16)
– Août 1485 : il est commandant dans l'armée d'Henry Tudor. (Jenkins 128).Il conduisit une force avancée de 6.000 hommes jusqu'à Doncaster, (W.O.R. p. 104).
– Le 22 août : il combattit à Bosworth pour Henry Tudor. (Bill H.).
– En 1486 : il s'est battu à la bataille de Loja avec 300 de ses hommes. (W.O.R. p. 105).
– Le 16 juin 1487 : il est commandant à Stoke Field. (Jenkins p. 105).
– En 1488 : il meurt à Saint-Aubin-du-Cormier. (Coronation p. 16).

J'ai reçu également ce texte :

" Capitaine de Wight " par Dorothy Davies.

Mais le dernier Lord et capitaine de Wight est mort debout, valeureusement, parmi ses chevaliers et ses écuyers, sur la terre ensoleillée de France, comme il seyait à un vaillant gentilhomme d'Angleterre, et personne après lui n'a jamais porté un tel nom et un tel titre "Le capitaine de Wight". Par Frank Cowper, Seely and Co. 1889.
Pendant les recherches sur la biographie d'Antony Woodville, le 2e comte Rivers, Lord Scales de Newcelles et de l'Île de Wight, des alertes Google ont été mises sur chaque forme existante du nom Woodville. Elles ont apporté l'histoire de l'infortunée expédition insensée de Sir Edward Woodville en France en 1488 quand il a emmené 440 hommes de l'Île de Wight en Bretagne, où ils ont été massacrés en se battant contre les Français. Il est devenu évident qu'il fallait raconter cette histoire, au moins pour que les insulaires connaissent cette perte dévastatrice. Selon un historien local, elle doit avoir fait régresser l'économie de l'île d'une centaine d'années. Les hommes qui sont partis étaient les jeunes, les capables, ceux qui cultivaient la terre, ceux qui produisaient, ceux qui servaient. L'impact de la perte sur un territoire relativement petit est difficile à évaluer. Il n'y a aucun chiffrage précis de la population à cette époque, mais l'on sait que beaucoup de villes qui existent maintenant dans l'île étaient alors de très petits villages, les pertes doivent donc avoir été fortement ressenties dans chaque partie de la communauté. L'île ne fait pas plus de 27 milles (43 km) dans sa plus grande largeur

L'écriture du livre sur le comte Rivers a été provisoirement suspendue pendant que j'ai fait des recherches sur Edward Woodville. C'est ainsi que j'ai découvert une édition 1903 du Journal of the American Antiquarian Society qui contenait non seulement un article de fond sur la campagne d'Edward Woodville à Grenade, mais aussi le rapport original du Moyen Âge, écrit par Edward Hall, sur la campagne de Saint-Aubin, qui avait pris les vies de tant d'hommes de l'île. Les pages du rapport n'étaient pas coupées. Cela, combiné avec la saga exaltante écrite par l'historien et l'architecte de l'île Percy Goddard Stone, l'acquisition d'une traduction en français de rapports et de lettres publiée dans le Journal de l'Île de Wight, maintenant disparu (que j'avais fait retraduire en anglais, à grands frais) ainsi que les Essais du révérend E. Boucher James, de la fin des années 1800, cela m'a donné matière suffisante à écrire un petit livre sur la vie de ce Woodville moins connu, celui qui allait jouer un rôle considérable dans l'histoire de l'Île de Wight.

Antony Woodville, le 2e comte Rivers, a tenu la seigneurie de l'Île pendant seize ans. Il semble approprié qu'Henry VII eût accordé le Capitanat de l'Île à Edward Woodville en récompense de son appui. On sait qu'Edward y venait régulièrement et y était bien reçu.

Un conflit se dessinait en France entre le roi et le duc de Bretagne. Edward demanda la permission d'aller se battre, mais Henry VII refusa franchement. Ignorant ce décret, Edward fit armer 4 caraques [grand navire, de la fin du Moyen-Âge, ndt] et envoya un avis d'engagement aux homme de l'Île de Wight, qui répondirent massivement, sans doute avides de gloire, de butin et d'aventure. Ils embarquèrent du port abrité de Saint Helens en mai 1488 et rencontrèrent le contingent breton avant de se rendre à Saint-Aubin, où ils rejoignirent la bataille le 28 juillet. Les Anglais se sont battus vaillamment mais ont tous été tués, sauf un garçon qui s'en est tiré et retourna dans l'île pour rapporter les nouvelles des nombreux, très nombreux morts.

Henry VII a œuvré dur et vite pour se dissocier de la campagne [contre la France ndt] et du désastre politique que c'était pour lui, mais il y a des théories selon lesquelles, à l'époque, bien qu'il n'ait pas donné sa permission, un ordre du jour officieux lui aurait permis d'utiliser le résultat à son profit, si la bataille avait été gagnée. Comme ce ne fut pas, il put déclarer qu'il n'avait pris aucun rôle dans l'autorisation du vaillant chevalier à y participer. Henry VII était aussi tortueux que jamais, il semblerait.
Il est triste que les Bretons commémorent la bataille chaque année, le dimanche de juillet le plus proche du 28, et qu'il y ait une plaque en mémoire des soldats anglais morts sur ce champ de bataille préservé, alors qu'il n'y a aucune plaque d'aucune sorte sur l'île. Et peu d'insulaires connaissaient le désastre. Mon livre, titré "Le Capitaine de Wight", causa une grande surprise à beaucoup, sauf à quelques historiens qui en connaissaient l'histoire, mais qui n'avaient pas rencontré le rapport médiéval pour la valider. Comme on a pu dire, vous ne pouvez pas compter sur des historiens victoriens...

Cela fait du bien d'annoncer que le Patrimoine anglais donna l'autorisation de placer une plaque au musée du château de Carisbrooke. Le 28 juillet 2009, l'île aura un mémorial permanent célébrant les hommes qui moururent, quelles que furent leurs raisons d'aller se battre, sachant qu'ils ne pourraient peut-être pas revenir, et à Diccon Cheke, qui revint vraiment et a eu la tâche peu enviable de raconter dans l'île la perte de tant d'hommes. Et, bien sûr, à Sir Edward Woodville qui, malgré tout, a été considéré comme un chevaleresque chevalier, du type à attirer beaucoup de mythes, légendes et sagas. Qu'ils reposent en paix.

Le livre " Captain of the Wight "de Dorothy Davies est disponible chez :
Circle of Light Publications
PO Box 148
Ryde
IOW PO33 9BE
Prix 4,99 £ plus 1 £ de port.

(Ci-dessous en PDF, Machado's Journal: C'est le journal de Machado, ambassadeur de Henri VII roi d'Angleterre, auprès d'Anne de Bretagne en 1490.)

Document PDF 15852_2.pdf Woodville Traduction française . Source : ABP
Document PDF 15852_3.pdf Machado's journal. Source :
Document PDF 1490 MAB. Source :

mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer
Cet article fait l'objet de likes, commentaires et partages sur Facebook

Auteur de l'article :

MAB, Musée Archipel Breton

En 2000-2001, notre collectif de défense s'est opposé avec succès au projet profanateur de site départemental d'enfouissement d'ordures ménagères sur la partie nord / nord-est du champ de l'importante bataille européenne et franco-bretonne de 1488, qui entraîna la perte d'indépendance de la Bretagne. Là reposent environ 8.000 hommes de dix nationalités différentes, Anglais, Germains, Français, Flamands, Suisses, Espagnols, Basques, Napolitains, Gascons et de nombreux Bretons…. Cette affaire a mis en lumière méconnaissance et irrespect pour l'Histoire Bretonne, qui n'est toujours pas enseignée dans les écoles des cinq départements de Bretagne. Aujourd'hui, en pleine construction européenne, et avant que ne repoussent les ronces de l'oubli sur notre histoire plus que millénaire, nous voudrions que nos impôts ne servent pas seulement à alimenter le gouffre des diverses constructions pharaoniques parisiennes : nous désirerions construire à l'entrée de la Bretagne, prés du site historique de Saint-Aubin du Cormier, traversé par l'autoroute des estuaires A84, un espace muséal sur la bataille, dans son contexte historique, dans un esprit international de développement culturel, économique et touristique. Dans cette attente incertaine, nous avons déjà acquis à travers la Sci Koad Sav Pell, une partie de l'épicentre de la bataille (4 ha 25 a) où se trouvaient les troupes bretonnes et alliées avant l'engagement du combat, et où nous avons commencé la construction d'un parc de sculptures-mémorial sans aucune aide publique. Notre association MAB (fils), Musée Archipel Breton, créée en janvier 2001, est ouverte à tous ceux qui désirent, en un légitime besoin démocratique, offrir aux Bretons et à l'ensemble des visiteurs, une vision de notre riche Histoire Bretonne. ( http://aubin35.free.fr/ ) Taper Musée Archipel Breton dans moteur de recherche d'ABP pour lire tous les articles de MAB!

Vos commentaires :

JY Le Touze
Mardi 31 aout 2010

Bravo pour cette info .

Dans le même genre, je voudrais signaler un lieu en Cornouailles britannique qui maintient un lien avec l'histoire bretonne : le manoir de Cotehele sur la rivière Tamar ( frontière entre la Cornouailles et l'Angleterre ) (voir le site) . Propriété du National Trust , ce site magnifique abrite un manoir du XVIème tout à fait remarquable . Le lien avec la Bretagne vient du fait que le fondateur du château, Edgcum, fut l'un des soutiens d'Henri Twdwr , prétendant à la couronne d'Angleterre et réfugié en Bretagne pendant 15 ans avant de devenir Roi d'Angleterre sous le nom d'Henri VII, premier roi d'origine galloise. Persécuté pour son soutien à Twdwr, Cotehele s'enfuit en Bretagne dans des conditions rocambolesques, premier lien avec la Bretagne... et comme noté dans les brochures diffusées actuellement au Manoir de Cotehele,Edgcum mourut au combat à Morlaix au service de la Duchesse souveraine Anne de Bretagne contre les Français.

pierre CAMARET
Mardi 31 aout 2010

Extremement interessant . Je decouvre des choses que j'ignorais .

Écrire un commentaire :

Bien cliquer sur le bouton JE SUIS PAS UN ROBOT. Le trolling est interdit ainsi que les attaques personnelles ou tout ce qui est contraire aux lois en vigueur !

Publicités et partenariat

pub