Catalogne : émancipation démocratique, Espagne : répression étatique

Émancipation démocratique, répression étatique

Huit ministres catalans emprisonnés, des restrictions de liberté pour la société civile, des pressions sur les médias, un chantage à l'emploi contre les fonctionnaires catalans.

On dirait que l'Espagne met en action la Constitution française de 1958.

Hélas, je n'ai que rarement lu de véritables analyses critiques de cette Constitution qui prévoit que toute personne agissant en faveur de la sécession de son pays est passible d'une condamnation à une lourde peine de prison, qu'en cas de danger pour la République tous les citoyens sont soumis aux lois militaires…

N'oublions pas que c'est celui qui était surnommé l'hystérique à la bombe… nucléaire et qui arracha des centaines d'enfants réunionnais à leurs parents pour les faire adopter en Auvergne où la natalité était trop faible, celui-là même qui incita les Bretonnes à se marier avec les paysans du Massif Central, celui qui oublia très vite sa collaboration sous Pétain, bref ce fut ce triste sire Michel Debré qui rédigea la Constitution de 1958 que seule la Turquie copia, la considérant comme un modèle de gouvernance d'État (sic).

L'Espagne n'est pas allée aussi loin dans le déni de la démocratie mais malgré tout, sous bien des aspects, elle a une Constitution ayant quelques ressemblances avec la française. Ce qui lui permet aujourd'hui d'emprisonner des élus catalans.

Des États qui génèrent le populisme et les dérives extrémistes

La montée des populismes extrémistes qui prônent un nationalisme de repli, raciste et xénophobe, hostiles aux échanges économiques internationaux, hostiles aux traités commerciaux internationaux, est un fait. Pourtant, le meilleur moyen de prévenir les guerres c'est bien grâce au business. On échange aussi humainement et on crée des liens d'amitié. Ces accords sont aussi le moyen le plus efficace contre le dumping, contre les aides d'États qui faussent les marchés.

Le "produire local" prend parfois des airs de replis, ce qui donne une impression de malaise quand on constate les convergences de pensée entre l'extrême droite, les courants écologistes, l'agriculture bio et l'extrême gauche.

La construction européenne fédéraliste est bloquée par la faute d'un État comme l'État français qui veut de l'Union européenne pour prendre en charge sa dette colossale, pour l'aider à survivre malgré la faillite de son système étatique, obsolète, asphyxiant, dirigiste, autoritaire, administré, bref liberticide qui fige la société civile, les entrepreneurs et les porteurs de projets mais qui ne veut pas d'une Europe fédérale, démocratique, parlementaire, recherchant l'égalité entre les peuples.

Des peuples qui font un monde plus humain

A contrario de ces dangers, le peuple catalan et ses élus nous montrent le chemin qui fait aller tous les peuples de l'Union européenne vers un modèle de gouvernance de type fédéraliste, où toutes les nations d'Europe auraient une représentation à égalité.

La démocratie, valeur universelle, est aujourd'hui portée par les mouvements européens d'émancipation nationale de peuples minorisés.

Ces peuples sont ouverts au monde, ses habitants sont souvent polyglottes, voyageurs et ouverts aux autres. Sans doute que leur statut de citoyens de pays minorisés par des États dominateurs les a protégés de cette prétention à imposer leur langue ou culture, à ne pas se considérer comme " modèle universel ", à ne pas hiérarchiser les gens en fonction de leurs origines.

Humanité et régressions étatiques

Ce sont bien ces États dominateurs qui génèrent les populismes et les attitudes belliqueuses. La gestion des flux d'immigrés est révélatrice de ces histoires sociétales.

Pourquoi l'Allemagne démocratique et fédéraliste accueille-t-elle 950.000 réfugiés politiques sans problème majeur, Angela Merkel étant même réélue, alors que dans le même temps la France qui en accueille 20.000 crie tout de suite à l'islamisation de la France et à la perte de son identité ?

C'est bien un État comme la France qui collabore à la régression de l'humanisme à travers cette montée des extrêmes. La France a généré le FN (Front National) et LR (Les Républicains), la différence n'étant maintenant que dans l'acronyme, la France Mélenchon - ici je refuse d'employer de terme d'insoumise, ne voulant pas salir ce noble mot, moi l'ancien insoumis breton - est une création française, quant au PS (Parti socialiste) il est plus national que socialiste…

Médias français néo-coloniaux ?

Messieurs et mesdames les journalistes hexagonaux, ce ne sont pas les luttes d'émancipation des peuples minorisés d'Europe mais bien votre propre pays et son système étatique que vous cautionnez, qui fait le lit de ces dérives politiques et de ces nouveaux Pétain.

Vous manipulez l'opinion publique, vous cautionnez ainsi les politiques répressives de certains États. Vous n'avez pas évolué d'un iota par rapport aux actualités que votre corporation diffusait lors des guerres d'indépendance du Vietnam, d'Algérie, du Cameroun…

C'en est pathétique.

Nous dénonçons l'obscurantisme de la pensée des médias français et de ses intellectuels et autres journalistes.

Nourris à l'école de la pensée républicaine française, ils osent faire le parallèle entre la montée des extrémismes populistes nourris des nationalismes étatiques et le mouvement d'autodétermination du peuple catalan nourri d'un nationalisme d'émancipation.

Car, bien sûr, il ne faut pas confondre le nationalisme d'émancipation des peuples minoritaires d'Europe et le nationalisme de domination des États espagnols et français.

Système républicain unitaire, pensée unitaire et asphyxie

Incapables de la moindre critique du système unitaire français, ils pourfendent les modèles politiques fédéralistes ou démocratiques qui donnent autonomie et libertés de gouvernance à leurs minorités nationales.

Leur discours est de dire " regardez ces systèmes qui reconnaissent les communautés, ils génèrent des revendications séparatistes. Nous, notre système unitaire est exemplaire ".

Ce qu'ils ne voient pas, ces tristes sires, pétris d'orgueil cocardier, c'est que ce système qui impose l'uniformisation, qui combat le pluralisme des cultures et des langues infligeant une gouvernance étatique autoritaire, ce qu'ils ne voient pas c'est que leur système étatique français génère son propre poison.

Ce poison se diffuse dans la société tout entière.

Il provoque des fractures sociétales graves, des révoltes dans les banlieues, des exils des forces vives, de la démotivation du secteur public, de la déresponsabilisation des citoyens, de l'épuisement des porteurs de projets, des fracturations sociétales d'une extrême gravité.

Plus ce système étatique est décadent, plus il est autoritaire. Cette décadence se révèle la corruption, la prévarication, la concussion, le népotisme de cette nomenklatura française.

Concrètement cette caste est composée de politiques, journalistes, écrivains et autres philosophes, artistes et dirigeants d'entreprises plus ou moins nationalisées qui se marient, se reproduisent entre eux et ceci depuis deux siècles.

Les similitudes avec le système communiste soviétique sont nombreuses.

Ces systèmes s'écroulent toujours brutalement.

La France aura son mur de Berlin. C'est le prix à payer quand on asphyxie la société civile tout entière. Cette oligarchie ne pourra tenir la société civile éternellement entre ses mains.

La modernité et l'humanité doivent aujourd'hui faire face à l'obsolescence de ces vieux États français et espagnols qui se sont créés en détruisant des peuples militairement faibles qui n'ont pu résister à leurs armées.

Ils se révèlent odieux quand ils perdent le contrôle. Car, ce qui caractérise les systèmes politiques d'essence totalitaire c'est de marginaliser, voire de criminaliser leurs dissidents politiques issus des minorités nationales. C'est criant de vérité avec la répression de l'État espagnol vis-à-vis des élus démocrates catalans. Ne pensez pas qu'il en serait différemment avec l'État français vis-à-vis de leaders corses ou bretons si d'aventure les électeurs les portaient vers une victoire indépendantiste.

Des peuples au croisement de leurs destins

Nous sommes au croisement de deux voies possibles.

Le XXIe siècle sera le siècle qui perpétuera l'ignominie d'États autoritaires et dominateurs dans une Union européenne foulant au pied les droits des peuples minoritaires ou bien il sera le siècle du progrès de l'humanité où l'ONU verra arriver quelques nouvelles nations reconnues par la communauté internationale et où l'Union européenne sera celle de toutes les nations authentiques qui auront chacune un siège à la table de la gouvernance partagée de cette fédération.

Quant à nous, Bretons, nous devons prendre notre destin en main.

Nous avons conscience d'être un maillon dans la grande chaîne des peuples du monde.

Nous n'avons aucune prétention à servir d'exemple universel, notre langue bretonne est vernaculaire, nous en sommes conscients mais nous l'aimons pour sa pensée libre et non formatée, pour sa poésie et son imaginaire.

Nous savons que les langues anglaise, chinoise ou espagnole sont véhiculaires et nous permettent d'échanger avec le monde entier.

Nous aimons nous inspirer des cultures du monde et l'altérité est la source où nous puisons notre joie de nous enrichir intellectuellement, humainement en échangeant avec les autres.

Alors, de grâce avant de fustiger cette soif de liberté des Bretons, Écossais, Catalans… messieurs et mesdames les journalistes français, ouvrez votre esprit, venez à notre rencontre, laissez vos préjugés de membres d'une corporation française particulièrement arrogante. Nous serons heureux de vous faire respirer le vent de la Bretagne, péninsule européenne ouverte sur le monde mais demandant son droit à l'autodétermination à l'image de la Catalogne.

©agence bretagne presse

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

alan coraud

Ancien maire de la Remaudière en Pays du Vignoble Nantais Cofondateur de l'Office de Tourisme du Pays du Vignoble de Nantes Dirigeant-Gérant de société Animateur du réseau labellisé Vignerons-Artisans de Bretagne Auteur du livre "Sauvons le muscadet d'une mort programmée"

Vos commentaires :

Paul Chérel
Samedi 4 novembre 2017

Très bon tableau d'une France qui perd chaque jour davantage un lambeau de sa puissance passée, avec l'aide de tous ces media courtisans vivant à ses trousses. Il est temps que les peuples se libèrent de cette nouvelle forme d'esclavage, pire que la médiévale. Paul Chérel

Lheritier Jakez
Samedi 4 novembre 2017

le dernier édito du 4 Novembre de Ouest France sur la Catalogne,signé de Mr JF Hutin est anormal et anti démocratique,mais c'est le patron du journal!

Il ne propose rien et surtout pas une vision de l'organisation de l'Europe qui parle aux jeunes s'appuyant sur le respect des votes des populations.

Que va t'il dire sur le référendum sur la Nouvelle Calédonie?Ce pays va t il sortir de l'organisation Européenne s'il choisit l'indépendance?

Il faut reparler de la situation de l'Irlande,de l'Ecosse,du Cymru, avec l'effet Brexit.

Si les 28 pays européens représentés à Bruxelles ne veulent pas de la Catalogne ,de l'Ecosse ,de La Flandre,de la Corse,etc,ceux ci doivent s'organiser ou se déclarer pays NEUTRES comme la Suisse,le Costa Rica (sans armée).

Je rappelle que beaucoup de pays non indépendants participent aux compétitions sportives internationales,européennes,mondiales:FIFA,UEFA,CIO

Iles Féroe,l'Ecosse,la Nouvelle Calédonie,le Pays de Galles,Tahiti,l'Irlande du Nord,Gibraltar, Andorre,Monaco,St Marin,Le Lichstentein,et

.Israel est dans les compétitions européennes,et pas la Palestine...?Pourtant les athlètes Israeliens participent aux compétitions olympiques et rencontrent des athlètes de pays poiltiquement et militairement ,en lutte contre Israel ?

Alors pourquoi pas les équipes de Catalogne,de Bretagne,de Corse,du Kurdistan,....

Aux mouvements BRETONS de s'impliquer sur les objectifs sportifs.Un des obstacles à surmonter étant le problème ASSURANCES pour nos athlètes .

Boned ruz
Samedi 4 novembre 2017

"Le XXI ième siècle sera le siècle qui perpétuera l'ignominie d'Etats autoritaires et dominateurs dans une Union européenne foulant au pied les droits des peuples minoritaires ou bien il sera le siècle du progrès de l'humanité où l'ONU verra arriver quelques nouvelles nations reconnues par la communauté internationale et où l'Union Européenne sera celle de toutes les nations authentiques qui auront chacune un siège à la table de la gouvernance partagée de cette fédération. " d'accord sur votre article avec un bémol sur ce passage. même si il est évident que les états nations agissent en dictateurs, il est difficile de ne pas parler du système financier qui se nourrit probablement à travers ces états nations. Dès lors la politique des états nations est un outil quand la plus-value financière, elle en est le maître. Et je ne suis pas communiste... mais force est de constater que trop d'argent...tue l'humain.

spered dieub
Dimanche 5 novembre 2017

Vous dites

Pourquoi l'Allemagne démocratique et fédéraliste accueille-t-elle 950.000 réfugiés politiques sans problème majeur, Angela Merkel étant même réélue,

Non à mon sens vous êtes dans l'erreur, depuis l'afflux des réfugiés le populisme a brutalement monté en Allemagne ,le parti afid ,consécration du mouvement des grandes manifestations de 2015 , a fait son entrée spectaculaire au parlement ;Merkel est très affaiblie et n'arrive pas pour le moment a constituer un gouvernement ,bien que l'usure naturelle du pouvoir commence aussi à se faire sentir pour elle .

Par ailleurs je pense que l'émancipation des petites nations et entités sur des bases ethniques n'est plus d'actualité , pouvait présenter des risques et surtout la multiplicité(Europe aux cent drapeaux) peut donner des arguments aux détracteurs de l'émancipation des territoires qui ont vocation de part de nouveaux contextes économiques et géopolitiques à s'affranchir des pouvoirs centraux ,la Bretagne rentrera dans ce cas de figure mais elle n'est plus une ethnie uniforme depuis au moins la Bataille de Ballon et ses conséquences territoriales ,c'est justement pourquoi, elle peut avoir vocation a devenir un entité autonome voir un pays dans le sens moderne du terme, davantage que le militantisme ,ce sont les concours de circonstances qui déciderons et prendre des positions trop clivantes peut desservir la cause et créer des blocages en ce qui concerne l'adhésion de la population à celle ci .La notion de nation n'est pas statique est évolutive elles naissent disparaissent peuvent renaitre ainsi va le monde .Par exemple il est possible que la Californie devienne un jour un pays

Revenons à la Catalogne moi ce qui m'inquiète le plus c'est que des petits pays actuels de sa taille, Belgique mise un part y compris du coté wallon ,ne se sont pas opposés rien que un minimum au diktat des grands pays solidaires de l'Espagne, leur silence pourrait par effet rétroactif leur couter cher un jour je pense en particulier au gouvernement irlandais ,il a vraiment la mémoire très courte .Si le cas de figure concernait la Bretagne je suis certain que ,sans trop d'illusions il y aurait davantage de soutien de la part de l'Angleterre ,d'ailleurs il est question que l'ile verte adhère à la francophonie .

Alan-Erwan Coraud
Lundi 6 novembre 2017

spered dieub J'en suis bien marri pour vous mais c'est un fait, la francophonie recule dans le monde, malgré les sommes folles dépensées par la France et la propagande d'Etat. Quant à l'Allemagne tout comme les Pays Bas et bien d'autre démocraties, oui en effet il faut du temps pour former un gouvernement parce que, eux, ils n'ont pas cette constitution française de 1958 qui écrase le pluralisme politique et donne un pouvoir de monarque absolu aux Louis XIV de cette république présidentielle et non démocratie parlementaire. Les mots ont un sens. Les idéologies vont et viennent. Les Nations perdurent à travers les siècles. Les états peuvent disparaître. Là encore les mots ont un sens. 500 ans après la perte de notre indépendance, pour reprendre Morvan Lebesque "La Bretagne n'a pas de papier.... à chaque génération des hommes se reconnaissent bretons".

Des pays souverains reconnaissent la république de Catalogne, des intellectuels, élus, responsables d'organisations importantes pétitionnent et expriment leur indignation. LA Belgique et l'Espagne ont des relations diplomatiques qui se détériorent car la Belgique ose rappeler que le Droit International est au dessus du Droit étatique. Nous ne sommes qu'au début de la renaissance des Nations sans états. Vous suggérez une hiérarchisation au sein de l'Europe des Nations et des Peuples. Il n'en n'est pas question. La Bretagne comme la Catalogne n'ont pas besoin d'intermédiaire entre elles et l'Union Européenne. Comme disait Jean-Marie Djibaou, le leader Kanak victime des turpitudes françaises : ' L'indépendance c'est la liberté de choisir ses interdépendances." Après tout, si nous Bretons souhaitions être un nouvel état des USA ou une confédération avec nos frères celtes d'Irlande, de Galles, d'Irlande.. une fois les miradors tricolores écroulés, pourquoi pas ?

spered dieub
Lundi 6 novembre 2017

Merci pour voter réponse ,je préfère les irlandais aux anglais .Cependant je suis persuadé que ces derniers nous reconnaissent davantage comme Bretons que les les irlandais ,l'Angleterre malgré la haine bretonne du saxon a été l'alliée historique de la Bretagne ,aujourd'hui il y a une complémentarité économique potentielle de la Bretagne avec notre voisine d'outre Manche ,voilà pourquoi l'avenir de la Bretagne peut dépendre d'un nouveau contexte géopolitique à condition que les acteurs économiques l'exploitent ,pas besoin d'aller autant jusqu'à la Chine aux marchés volatiles et hasardeux . Les problèmes à l'usine Synutra à Carhaix en sont le meilleur exemple .Je n'approuve pas pour autant tout l'héritage colonial anglais et ses méthodes plus brutales en général que les français notamment en Irlande ,tout comme le libéralisme anglo saxon n'a pas que des cotés positif .Mais ma position est guidée par le pragmatisme .L'interceltisme pourquoi pas? surtout en ce qui concerne les nations brittoniques mais il est clair qu'il a été généré de par le romantisme ,et les réalités économiques et politiques ne sont pas forcément en adéquation avec lui

Alan-Erwan Coraud
Lundi 6 novembre 2017

Là spered dieub je suis d'accord ! Les Irlandais comme les Ecossais sont francophiles. Les anglais quant à eux ont été nos alliés à travers les siècles bien souvent.

Ils sont très critiques par rapport au modèle étatique français. Ils sont brittophiles. Brittany est pour eux une destination de vacances appréciée.

Les crimes contre l'humanité de la France coloniale dépassent de très loin les représailles militaires anglaises. Génocides, massacres de masse etc

Construire l'avenir avec des échanges économiques nombreux et fructueux entre Angleterre et Bretagne ne peut qu'être positif pour les 2 pays... sans oublier le Pays de Galle !

Caroline Le Douarin
Lundi 6 novembre 2017

"les Écossais sont francophiles". Votre remarque me remet en mémoire une anecdote, bien triste mais bien vraie aussi.

Une année de l'Écosse au FIL (Festival Interceltique de Lorient) la représentante officielle de l'Écosse a été interviewée.

L'interviewer avec stupéfaction, s'est aperçu qu'elle se savait en France, oui, c'est sûr, mais qu'elle n'avait aucune idée qu'elle était en Bretagne...

Écrire un commentaire :

Combien font 0 multiplié par 7 ?

Publicités et partenariat