Crowdfunding For Local Projects. Comment le maire de Londres soutient des projets locaux innovants
Chronique de Bretons de Londres

Publié le 30/09/22 10:39 -- mis à jour le 30/09/22 10:39

La ville de Londres a mis en place plusieurs dispositifs d'appui à des campagnes citoyennes de financement participatif en s’appuyant sur Crowdfund London et SpaceHive . Canopée de talents nomades, la ville-monde de 11 millions d’habitants fait aussi évoluer le modèle irlandais des Youth Banks , en expérimentant de nouveaux modèles comme par exemple Code for Equity qui dérive du modèle Media for Equity .

Spacehive est une plateforme de financement d'idées qui donnent vie à des projets locaux : de l'amélioration du parc, d'une aire de jeux en passant par l’animation d'un marché de rue.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Si vous créez une page sur la plateforme Spacehive pour votre idée de projet en anglais, elle sera jumelée à des fonds provenant de conseils, de fondations et d'entreprises qui pourraient vouloir aider.

L'objectif est de fournir un tremplin puissant pour des idées qui rendent les communautés heureuses, fières et prospères.

Les campagnes de collecte de fonds sur Spacehive ont le taux de réussite le plus élevé de toutes les plateformes de financement participatif au Royaume-Uni et elles sont utilisés par des dizaines de conseils, d'entreprises et de fondations pour financer des projets communautaires locaux - du maire de Londres à l'Arts Council.

Comment le partenariat entre Spacehive et le maire de Londres alimente la régénération urbaine dans toute la capitale

Le maire de Londres utilise Spacehive pour donner plus de pouvoir aux Londoniens pour proposer, financer et réaliser des projets qui donnent vie aux lieux locaux.

Cette vision a permis de déboucher sur Crowdfund London un partenariat révolutionnaire entre Spacehive et le maire de Londres visant à donner aux communautés une plus grande voix dans la régénération et à intégrer une manière plus collaborative de façonner les lieux. Il s'agissait du premier programme de financement participatif civique à l'échelle de la ville au monde et continue de se renforcer. À ce jour, la mairie a soutenu un total de 134 projets d'une valeur de 4,4 millions de livres sterling, s'engageant aux côtés de 16 000 autres bailleurs de fonds. D'un nouveau marché de rue à Hackney à un projet de transformation d'une ligne de chemin de fer en parc à Peckham, Crowdfund London agit comme un tremplin pour la créativité civique et rassemble les personnes, les entreprises et les organismes publics.

Sadiq Khan, maire de Londres a partagé ce témoignage : "Notre initiative de financement participatif est une chance pour tous les Londoniens de participer à la régénération de leurs quartiers à partir de la base. Je suis ravi de soutenir des projets qui contribueront à renforcer les communautés locales et contribueront à faire de Londres une ville encore plus grande. "

D’autres villes du Royaume-Uni sont actives sur ces enjeux de participation citoyenne et de nouvelles ingénieries de projet : Birmingham, Manchester, Cambridge, Oxford, Bristol… Il reste aux capitales bretonnes d’emboiter le pas de ce mouvement qui pourrait s’appuyer sur des partages d’expériences avec les jumelages existants par exemple : Rennes et Exeter sont jumelés depuis 1956. De même, pour Brest et Plymouth depuis 1963. Nantes et Cardiff depuis 1964. Saint-Nazaire et Sunderland depuis 1953. Sans oublier Saint-Brieuc et Aberystwyth ou encore Vannes et de Fareham en Angleterre.


1  0  
mailbox
imprimer
Originaire de la cité corsaire de Saint-Malo sur la côte d’Émeraude, Kevin Lognoné est un analyste en capacités partenariales, managériales et d'innovation. Français du sixième département breton (diaspora), il a réalisé plusieurs tours du monde et publie régulièrement des carnets de voyages qui participent au renouvellement du champ des « borders studies ».
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.