Connect 3 Million : un projet d’avenir pour les îles anglo-normandes et le Golfe normand breton ?
Chronique de Bretons de Londres

Publié le 28/09/22 11:36 -- mis à jour le 28/09/22 16:59

L'ex-président de la Chambre de commerce de Guernesey, Martyn Dorey, estime qu'il est temps de remettre en question notre état d'esprit vis-à-vis des infrastructures. Dans un monde post-Brexit, nous devons nous rappeler que nous sommes un atout stratégique entre le Royaume-Uni et la France, et devrions être plus audacieux dans l'exploration de ce qu'il faudra - non pas pour être mieux connectés - mais pour devenir la connexion elle-même.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Le projet Connect 3 Million entend explorer l'impact économique et social d'îles anglo-normandes entièrement connectées avec la France. Pour ce faire, il souhaite fournir une étude de faisabilité d'un lien fixe entre les îles et la France ainsi que la possibilité de partager des ressources et de promouvoir la région à l'échelle mondiale.

Quelle forme prendrait ce projet futuriste qui prévoit de construire une île artificielle entre Jersey et Sark qui abritera des installations partagées, notamment un aéroport, un hôpital, une prison et une université ?

M. Dorey considère qu'il est important que les îles aient de meilleures connexions à la fois en termes de voyages et de liens sociaux. Guernesey et Jersey se considèrent comme des identités très distinctes. On a l'impression d'être comme des cités-États grecques rivalisant l'une avec l'autre. Certes, Guernesey ne veut pas perdre notre relation concurrentielle avec Jersey, mais nous devrions chercher à partager les responsabilités. Le nombre d’insulaires de Jersey qui sont allées à Guernesey est très faible et vice-versa et nous devons amener les îles anglo-normandes à devenir une société beaucoup plus cohésive.

Un TUNNEL reliant Guernesey, Jersey et la France plus une île artificielle avec un nouvel aéroport et des services partagés aurait un impact transformateur positif, disent ses partisans – et les hauts responsables politiques insulaires sont favorables.

Le programme «Connect 3 millions» pour un tunnel routier ou ferroviaire et / ou un pont pourrait commencer à St Sampson, voyager sous Herm et Sark jusqu'à Jersey puis en France métropolitaine.

Une île artificielle serait construite entre Sark et Jersey dans le cadre du projet, ce qui pourrait avoir un prix global potentiel compris entre 350 millions de livres sterling. et 7 milliards de livres sterling.

La nouvelle île pourrait abriter un aéroport combiné des îles anglo-normandes, facilement accessible depuis le Golfe normand breton, ainsi que des services partagés Jersey-Guernesey tels qu'une prison, un hôpital et même une université - stimulant l'économie et réduisant d'un tiers les coûts des îles.

Le "grand projet" a été proposé par l'homme d'affaires Martyn Dorey, ancien président de la Chambre de commerce de l'île. Il a déclaré que cela pourrait doubler le PIB actuel de 7 milliards de livres sterling des îles anglo-normandes et résoudre les problèmes de recrutement et de population en créant une nouvelle zone économique transmanche et une ceinture de banlieue s'étendant loin vers les portes maritimes de la Bretagne et la Normandie.

M. Dorey, actuaire en investissement et entrepreneur fintech, a insisté sur le fait que c'était réalisable, pointant vers des tunnels reliant les îles Féroé ou des aéroports construits sur des îles artificielles à travers le monde.

Des projets d'ingénierie plus proches de chez nous, tels que le brise-lames d'Aurigny ou le remplissage de la Braye du Valle qui a créé une seule île de Guernesey, ont également montré ce qui pouvait être fait.

Un grand nombre de navetteurs et travailleurs frontaliers en provenance de France se sont également rendus en Suisse, au Luxembourg et à Monaco, démontrant ainsi une volonté de voyager pour des emplois.

« C’est faisable. Tout va dépendre de la réalisation d'une étude de faisabilité technique », a déclaré M. Dorey lorsqu'il a exposé sa vision lors du déjeuner de chambre de commerce de Guernesey à l'hôtel Old Government House.

«Nous allons avoir besoin de prérequis de chaque juridiction. Nous avons donc approché les gouvernements de Jersey et de Guernesey et nous avons parlé aux ministres en chef. Et les deux ministres en chef ont déclaré qu'ils apporteraient leur soutien. J’espère recevoir une lettre cosignée par les deux ministres en chef apportant leur soutien à ce projet pour enquêter sur la faisabilité d'un tunnel. Je pense que cela doit être fait par le secteur privé. Il a ajouté qu'il était en train de s'engager avec Ramboll, une entreprise internationale d'ingénierie, et cherchait à trouver environ 5 millions de livres sterling de financement des pays nordiques pour une étude de faisabilité. C'est peut-être un tunnel. C'est peut-être un pont. Ce pourrait être une combinaison des deux. C'est peut-être le rail. C'est peut-être la route. Vous devez être ouvert d'esprit sur ce qui est possible », a déclaré M. Dorey.

En fonction des résultats de l'étude de faisabilité, des discussions auraient lieu avec les gouvernements de Jersey et de Guernesey. Les bailleurs de fonds de l'étude pourraient alors obtenir des "premiers droits de refus" en fonction de ce que les gouvernements voulaient faire. «Il y a clairement 10% de chances ou moins que cela réussisse réellement. Mais si vous regardez des projets dans le monde entier, nous pensons que cela vaut la peine d'essayer. Et littéralement essayer et voir jusqu'où nous allons », a déclaré M. Dorey. Il a ajouté que les Français pourraient vouloir aider au financement, mais a souligné qu'il était important d'obtenir d'abord un financement pour l'étude de faisabilité, qui pourrait définir le coût de la construction d'un tel lien, et se concentrer sur la construction d'un soutien à Guernesey et à Jersey.

Un facteur majeur faisant obstacle à toute construction est le type de roche sous le fond marin. M. Dorey espère que l'étude de faisabilité trouvera une roche dure comme le granit ou le grès, car les roches plus tendres comme la craie ou l'argile "augmenteront considérablement les coûts".

Certaines des préoccupations incluent l'augmentation du nombre de véhicules sur les routes de l'île. Mais M. Dorey dit qu'il n'exclue pas un tunnel qui ne serait utilisé que pour un train avec des passagers à pied.

Voir aussi :

1  0  
mailbox
imprimer
Originaire de la cité corsaire de Saint-Malo sur la côte d’Émeraude, Kevin Lognoné est un analyste en capacités partenariales, managériales et d'innovation. Français du sixième département breton (diaspora), il a réalisé plusieurs tours du monde et publie régulièrement des carnets de voyages qui participent au renouvellement du champ des « borders studies ».
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.