ATLAS ARCHÉOLOGIQUE DE QUIMPER des origines au Moyen Âge
Communiqué de presse de COOP BREIZH à paraitre

Publié le 8/07/22 4:26 -- mis à jour le 21/07/22 11:48
55418_1.jpg
Paru chez Yoran Embanner . A commander chez l'éditeur https://www.yoran-embanner.com/accueil/574-atlas-archeologique-de-quimper.html ou chez COOP BREIZH

Durant 50 années, une équipe de chercheurs, amateurs puis professionnels, a étudié de manière systématique et méthodique le sous-sol et les vestiges archéologiques de Quimper ; ne négligeant aucun type de vestige, ceci des origines à la fin du Moyen Âge.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Les auteurs présentent les résultats de ce travail monumental et unique pour une ville moyenne française chez l'éditeur Yoran Embanner.

Quelle meilleure formule que celle d’un atlas abondamment illustré et commenté pour parcourir l’histoire étonnante d’une ville qui ne cessa de migrer au cœur d’une géographie elle-même soumise à des variations significatives ?

Économie, événements, et environnement se conjuguent pour tisser un étonnant scénario révélé par des vestiges qui auraient pu sembler anodins sans cette profonde et éclairante mise en perspective.

Les auteurs

Jean-Paul LE BIHAN a été archéologue de la Ville de Quimper de 1983 à 2009. Depuis 1990, il dirige le Centre de recherche archéologique du Finistère

Jean-François VILLARD est archéologue auprès de l’INRAP et chercheur au sein du

Centre de recherche archéologique du Finistère depuis 1990

Voir aussi :

1  0  
mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.