« Border studies » Connaissez-vous le tour de Bretagne de Lawrence d'Arabie ?
Chronique de Bretons de Londres

Publié le 3/10/22 10:35 -- mis à jour le 03/10/22 11:40

Un croquis du passage de Lawrence d'Arabie en Bretagne, a été retrouvé à l'Hôtel du Midi sur la commune de Châlus en Nouvelle Aquitaine (Haute Vienne) où le jeune aventurier avait fêté ses 20 ans. Une trouvaille rendue possible grâce à Francis Laroulandie, Président de l’association Histoire et Archéologie du pays de Châlus. La commission de prospective Kavadenn (qui signifie trouvaille, découvertes) de l'association des cadres bretons poursuit les recherches dans ce domaine.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Recompensé avec le mention "First Class" à l'université d'Oxford, le mémoire de Thomas Edward Lawrence, dit Lawrence d'Arabie portait le titre suivant :

« The Influence of the Crusades on European Military Architecture - To the End of the 12th Century ». (L'influence des croisades sur l'architecture militaire européenne - Jusqu'à la fin du XIIe siècle)

Source : Science and Its Times, vol. 6, 1900 - 1949., Gale Group, 2000.

Une page de sa vie aurait pu tourner à l'issue de ce travail de recherche. Pourtant, Lawrence d'Arabie se choisit un nouveau sujet : la poterie médiévale vitrifiée au plomb, qu'il a exploré dans le cadre d'un nouveau tour de France avec plusieurs étapes bretonnes.

Lors de son tour de France en 1908, Lawrence d'Arabie s'était pris de passion pour le cidre. En Angleterre, Il avait découvert les « modern ciders », des cidres élaborés à partir de pommes de table.

Une cuvée à l'effigie de ce grand aventurier pourrait stimuler la Bretagne et l'effervescence qui traverse ses vergers.

Le territoire comporte plus de 110 variétés de pommes à cidre et à couteau, une quinzaine de variétés de poires à poiré et à cuire, ainsi que quelques variétés de cerises.

Plus original est la valorisation des vergers cidricoles qui pourrait s’inspirer de l’expérience du Blida développée pour le champagne.

À l’origine, les verreries installées aux alentours de Reims fabriquaient des « Blidas», ces petits verres à thé, qu'elles exportaient vers l’Algérie par la ville de Blida pour couvrir l’Afrique et les pays d’Orient.

Aussi, ce verre à thé a été détourné de son usage premier par les Ruinard, les Moët, les Taittinger, ces grandes familles qui ont fait la réputation du champagne à travers le monde.

Dans les années 60, le marché s'est effondré et la production invendue s'est retrouvée coincée. Afin de ne pas la gaspiller, les artisans (gobelet) ou vignerons pour le cas de Reims ont choisi de l'adopter. Un esprit pragmatique et du recyclage avant l'heure.

Une transformation qui pourrait inspirer l’artisanat et l’imagination des industries créatives et culturelles bretonnes, pour attirer des érudits voyageurs, inventeurs et publics avides de design.

Élargi dans son tracé originel à Dinard et dans la vallée de la Rance, un circuit Lawrence d'Arabie développerait une collection de plantes cultivées révélatrices de l’histoire et de l’évolution de l’agriculture bretonne.

Si l’on connaît bien l’importance de la pomme de terre, que sait-on de ses ancêtres et des ressources fruitières et légumières aux 17e et 18 e siècles ? Et quels pouvaient alors être leurs substituts indispensables ?

À la fois lieu de promenade et de découverte, l’espace agricole pourrait être conçu comme un musée vivant connecté.

Les musées de société qui traitent d’agriculture, d’environnement et de biodiversité domestique se font rares en France. Dès lors, un circuit Lawrence d'Arabie occuperait une place privilégiée sur une thématique fondatrice de l’histoire des territoires, des pays, des régions...

Des établissements “phare” comme les Ruralies à Niort, Agropolis à Montpellier, Le Compa à Chartres (Conservatoire du machinisme agricole) ont ainsi fermé ou connaissent un avenir incertain. Or, la Bretagne ne dispose pas d’un muséum comme beaucoup de grandes villes françaises qui ont compris l’intérêt de croiser les approches des sciences de la vie avec celles des sciences humaines.

Dans l’immédiat, une cuvée à l’effigie de ce grand aventurier pourrait stimuler la Bretagne et l’effervescence qui traverse ses vergers. Jusqu’au Levant ? La pomme est le fruit national du Liban. Tous les Libanais ont été élevés avec le rituel : tartine + pomme pour le goûter en cours de récréation.


2  0  
mailbox
imprimer
Originaire de la cité corsaire de Saint-Malo sur la côte d’Émeraude, Kevin Lognoné est un analyste en capacités partenariales, managériales et d'innovation. Français du sixième département breton (diaspora), il a réalisé plusieurs tours du monde et publie régulièrement des carnets de voyages qui participent au renouvellement du champ des « borders studies ».
Vos 3 commentaires
  Rafig
  le Lundi 3 octobre 2022 12:35
"sur la commune de Châlus en Nouvelle Aquitaine (Haute Vienne) "
Aï aï aï, ça sent l'alignement des territoires jacobins ... qui n'existaient pas à l'époque de Lawrence d'Arabie.
Pas facile de retracer les voyages avec cette "géographie" jacobine.
(0) 
  Macgleo
  le Lundi 3 octobre 2022 13:57
Même du temps de Lawrence le cidre était élaboré à partir de pommes à cidre dont la grande collection se retrouve aujourd’hui sur tous les anciens territoires de l’ex-empire (a noter que la seule collection cornouaillaise de pommes à cidre dépasse et de très loin le chiffre de 100). Si Bulmers a bien emprunté au Champagne sa méthode de prise de mousse, il y a bien longtemps que les cidres français ont réglementairement obligation d’un minimum d’effervescence. Quand aux cidres bretons, l’AOP Cornouaille fut le premier (en même temps que l’AOP Pays d’Auge) a faire reconnaître sa qualité (saluée dans de nombreux événements cidricoles internationaux) par une Appellation Origine, c’etait en 1996. Enfin des organisations cidricoles comme le Cidref (Fouesnant & Finistère) entretiennent depuis de nombreuses années des relations régulières avec des organisations similaires en Angleterre, dans toute l’Europe et en Amérique du Nord.
(0) 
  Pascal Lafargue
  le Lundi 3 octobre 2022 14:25
Et pour la petite histoire, Lawrence d'Arabie est ne a Tremadog, au nord du pays de Galles.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.