Les cantines numériques (ou tiers-lieux) se répandent en Bretagne

Publié le 9/04/13 23:11, dans Chronique par Christian Rogel pour ABP

A la Cantine numérique de Rennes (2012)A la Cantine numérique de Rennes (2012)

Une cantine numérique, c'est quoi?

Nantes, Rennes et Brest ont adopté, à la suite de Paris, le nom de "Cantine numérique" pour des espaces destinés à favoriser les échanges économiques et sociaux autour de l'économie du numérique qui est une des clés du renouveau économique.
Leurs utilisateurs permanents sont de jeunes entrepreneurs, souvent auto-entrepreneurs, qui y viennent pour travailler avec leur propre ordinateur tout en bénéficiant de liaisons à grand débit et de petits services utiles (machine à boissons). C'est beaucoup plus motivant que de travailler chez soi avec le risque de la désocialisation.
Le tarif d'une journée de coworking est assez modeste, de l'ordre de 10 euros et même seulement 7 à Nantes. Seules quelques très grandes villes peuvent avoir des immeubles entiers consacrés au coworking.
En France, le coworking est souvent associé à de nombreuses activités peuvent avoir lieu dans les mêmes locaux, mais, dans des pièces différentes : formations, conférences, ateliers, séminaires, réunions d'associations, télétravail sur réservation, événements sociaux, etc.
Pour éviter le terme "cantine" qui est une marque, on emploie parfois le terme de tiers-lieu, car, pour obtenir le label officiel "Cantine numérique", en plus d'autres engagements, il faut organiser 200 événements par an.
La "Cantine" de Paris est munie d'un système de visioconférence de grande qualité qui permet de diffuser en direct sur le Net réunions et conférences.
Les maîtres mots sont l'échange et la collaboration, appelé également le "networking" (réseautage, comme disent les Québécois), car, on offre des rendez-vous à tous les acteurs du Web, petits et grands.
Atlantic 2.0 qui gère la Cantine de Nantes indique qu'elle fédère 145 entrepreneurs du Web. Beaucoup de jeunes entreprises sont nées d'une rencontre dans un cantine numérique.
Les cantines numériques doivent recevoir l'appui des entreprises du bassin d'emploi local qui peuvent, à la fois cotiser et être utilisatrices.
Des cantines bien soutenues

Par exemple, la Cantine numérique de Rennes (voir le site) installée dans la médiathèque, "Les Champs libres" a le soutien financier d'Orange, SFR, Alcatel-Lucent, Keolis Rennes et de Sup Télécom Bretagne.
Les technopoles viennent aussi en appui, Atlanpole, à Nantes, Rennes Atalante et la Technopole Iroise, à Brest, ainsi que les chambres de commerce et d'industrie.
Brest a vu l'ouverture de la "Cantine-An Daol Vras", le 8 février dernier, dans le site universitaire en centre-ville, Victor Ségalen. Elle fait ses premiers pas avec une dizaine de coworkers et bénéficie du grand dynamisme impulsé par la Ville de Brest pour développer la "citoyenneté numérique".
Comme ailleurs, de nombreuses fées se sont penchées sur le berceau et le développement de la structure se poursuivra avec une plus grande implication des entreprises et, surtout, un transfert dans la médiathèque centrale en construction sur le Plateau des Capucins.
Encore plus de cantines ou tiers-lieux?

D'autres cantines numérique pourraient bientôt voir le jour en Bretagne.
Dans les villes plus petites comme Quimper, Saint-Brieuc, Lorient et Lannion, c'est surtout le principe du coworking qui est mis en vedette, au risque de masquer la nécessité de pérenniser, grâce à l'indispensable financement privé, en relais des Agglomérations et des Régions, dont l'effort financier portera, essentiellement, sur les investissements.
Or, 2 ou même 3 postes pour faire tourner un espace aux horaires décalés coûte cher et ne sera pas supporté indéfiniment par l'impôt, alors que les participations des coworkers sont inévitablement très faibles (moins de 10% du budget, à Rennes).
Il n'en reste pas moins que sans les subventions des Régions Bretagne et Pays-de-la-Loire, ainsi que des Communauté d'agglomération des trois grandes villes, aucune "cantine" n'aurait pu être créée.
L'association Silicon Kerne, à Quimper, porte un projet déjà bien défini et a pris des contacts encourageants avec les partenaires potentiels dans le contexte plus difficile d'une ville moyenne, mais, on y trouve aussi des entreprises du web innovantes, ainsi qu'une technopole.
L'association "Networking Morbihan" vient de lancer une enquête en ligne pour déterminer, s'il y a un besoin de coworking à Lorient.
Les projets émergent souvent grâce à des rendez-vous informels de gens intéressés par les métiers de nouvelles technologies, lors d'apéros web ou d'open coffees.

Changer la manière de travailler, grâce aux tiers-lieux

Un aspect important de la multiplications des tiers-lieux est lié au télétravail.
Ainsi, un ingénieur rennais qui utilise la cantine de la ville indique qu'il travaille à distance pour une entreprise basée à Quimper.
Il y a là les débuts d'une mini-révolution, car, elle accompagne d'autres manières de faire comme ces jeunes Quimpérois qui disent aller travailler trois jours par mois à Paris et y faire le plein d'idées pour leurs clients bretons.
La Bretagne a beaucoup d'atouts pour continuer d'être une terre d'élection de l'économie numérique, en y ajoutant une dimension, bien en phase avec l'esprit général des Bretons, celle de l'échange social, basé sur l'esprit de coopération.

Le terme "cantine numérique" est la propriété de l'association Silicon Sentier qui gère la structure parisienne.

Pour traduire le coworking, certains proposent "le collaboratoire".

Voir aussi : Habitat brestois, une évolution parfois douloureuse par RDK


La Cantine par Atlantic 2.0, Nantes (voir le site)

La Cantine numérique rennaise (voir le site)

An Daol Vras-La Cantine de Brest (voir le site)

Projet de cantine à Quimper (Silicon Kerne) (voir le site)

Projet de cantine à Saint-Brieuc porté par le Kreizenn Dafar (voir le site)

Projet de cantine à Lorient (voir le site)

L'éventualité d'une "cantine" à Lannion a été évoqué lors de la création du fablab local qui fonctionne.

Un endroit pour se renseigner sur les tiers-lieux : (voir le site)


Les lieux du numérique où il faudra être au printemps 2013 :

Nantes, Web2day, 16-17 mai, (voir le site)

Rennes, 9ème Carrefour des possibles, 27 juin (voir le site)

©agence bretagne presse
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer
Cet article a été lu par 1645 personnes et fait l'objet de 29 likes, commentaires et partages sur Facebook

Auteur de l'article :

Christian Rogel

Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.

Vos commentaires :

Karine Sabatier
Mercredi 10 avril 2013

Bonjour

Votre article contient beaucoup d'imprécisions et de raccourcis fâcheux. Le coworking ne tourne pas exclusivement autour d'une machine à boissons :/ c'est bien plus vaste que cela.

Quant au "nom" c'est effectivement une marque, alors que tiers-lieu désigne non pas un lieu de type Cantine non labellisé mais simplement un lieu qui n'est ni chez soi ni au bureau et où l'on peut travailler...

Pour obtenir le label de Cantine il ne faut pas organiser 200 événements par an, il faut répondre à une charte, qui est publique sur le site du réseau des cantines et des lieux associés ( (voir le site) et passer au travers d'un processus qualitatif de labellisation.

La liste des partenaires financiers de la Cantine numérique rennaise est erronée par deux fois... de même que le % que représente le coworking dans le budget...

J'ignore quels interlocuteurs vous avez contactés pour cet article mais se renseigner à la source et vérifier ces "détails" vous aurait épargné toutes ces imprécisions.

Bien à vous

Karine Sabatier,

Directrice de la cantine numérique rennaise

Christian Rogel
Mercredi 10 avril 2013

Tout sujet nouveau et complexe oblige à des choix et à des raccourcis et c'est volontairement que j'ai omis de parler de la charte que les lecteurs affûtés trouveront sur le Net.

De même, il fallait bien dire que tous les espaces de coworking et de networking ne sont pas des cantines et les baptiser tiers-lieux étaient le moyen le plus pédagogique de le faire comprendre.

Les fablabs ne sont pas mentionnés pour ne pas embrouiller, car, il il ne s'agit pas du manuel du petit networkeur.

Merrci pour vos remarques.

Si c'est possible, nous établirons un contact pour apporter quelques nuances ou précisions.

Ludovic Arnold
Jeudi 11 avril 2013

Vraiment dommage cet article.

Vos sources ne sont pas fiables, c'est certain.

Je ne vais pas redire ce que précise Karine dans son commentaire, simplement que Kreizenn dafar n'est pas à Lannion mais à Saint-Brieuc. Kreizenn dafar est l'association porteuse du projet d'un lieu type Cantine sur Saint-Brieuc (merci de rectifier).

Ludovic Arnold, coordinateur

Kreizenn dafar

Elodie Chatelais
Jeudi 11 avril 2013

Pourquoi parlez-vous d'horaires décalés ? Les horaires des lieux de coworking sont similaires aux horaires des entreprises classiques, on y travaille dès 9h du matin, le midi on fait une pause et le soir, on s'arrête vers 19h et l'espace de coworking ferme, à moins qu'une conférence n'y soit organisée, mais cela n'a plus rien à voir avec le coworking à proprement parler, les personnes mobilisées ne seront pas nécessairement les mêmes. Quand on est freelances, c'est lorsqu'on travaille à la maison qu'on se permet de travailler de manière décalée, toute la nuit, ou de prendre des pauses quand on veut, le coworking permet de rompre avec ces habitudes et de retrouver un rythme classique.

Elodie Chatelais

Kreizenn Dafar

Christian Rogel
Jeudi 11 avril 2013

@ Ludovic Arnold

Effectivement, la mention de Lannion sur le site du Kreizenn Dafar m\'avait induit en erreur. C\'est rectifié.

J\'ai mis une hiérarchie plus claire entre les réalisations, les projets en cours et les projets non formalisés.

Je ne crois pas que la fiabilité des infos, soit au coeur des critiques, mais l\'absence d\'un discours, un tant soit peu institutionnel que certains acteurs souhaitent.

Je publierai bientôt un reportage réalisé à la Cantine de Brest pour décrire ses premières semaines.

Toute erreur peut être rectifiée (on peut aussi m\'écrire, via l\'ABP, voir au dessous du texte).

L\'ABP écrit à l\'intention d\'un public général et non pas de quelques spécialistes.

Usage du mot tiers-lieu : il y a une question, à laquelle, je n\'ai pas de réponse : comment appelle-t-on un espace de co-working avec animation qui n\'est pas labellisé \"cantine\".

Si tiers-lieu est trop générique : que proposez-vous?

Christian Rogel
Jeudi 11 avril 2013

@ Elodie Chatelais

Comme vous l'indiquez, vous-même, les animations et rencontres ne suivent pas forcément les horaires du co-working.

Il faut quelqu'un pour ouvrir et fermer les locaux, voire, manier l'appareillage audiovisuel (je l'ai vu un samedi à Paris).

Je tenais à noter ce détail, pour éviter que l'on croit qu'un espace avec de nombreuses animations n'est actif qu'aux heures de bureau.

Et risquer de sous-estimer le personnel nécessaire.

Gildas Renault
Mardi 16 avril 2013

Bonjour,

Je crois lire que vous n\'avez pas bien compris le principe des cantines. Ils ne s\'agit pas d\'entreprises à but lucratives. Mais bien d\'associations qui souhaitent mieux faire connaître les outils numériques dans leur régions. Permettre aux entreprises et aux particuliers de mieux comprendre les avantages des outils numériques. Si je prends l\'exemple du Finistère, beaucoup d\'entreprises n\'osent pas franchir le cap du numérique, car elles n\'en cernent pas les enjeux. Le risque est alors qu\'un fossé ce creuse et que nos entreprises perdent encore en compétitivité. La cantine est un lieu ou l\'on pourra venir s\'informer et rencontrer des acteurs découvrirs de nouveaux outils.

Le coworking n\'est pas mis en \"vedette\" comme vous le cité. Il s\'agit d\'un mode de travail qui fonctionne bien avec l\'esprit des travailleurs du numérique. Donc il paraît logique que les cantines proposent des espaces de coworking. Pour faire tourner ces lieux 2 ou 3 personnes ne sont pas toujours nécéssaire car comme je le disais derrière la cantine il y a des bénévoles qui donnent aussi de leur temps. De plus la pédagogie apporté aux entreprises locales ne peut être que bénéfique et leur donner plus de potentiel d\'évolution, donc de création d\'emploi.

Christian Rogel
Mercredi 17 avril 2013

@ Gildas Renault

Je ne crois pas avoir mentionné que les cantines numériques pourraient être des organismes marchands : les 3 que j'ai visitées sont gérées par des associations.

Elles auraient pu, éventuellement, l'être par des coopératives d'intérêt collectif.

Schématiquement, les collectivités publiques (région, conseil général, communauté de communes) apportent principalement de quoi financer l'investissement et facilitent la recherche d'un local. Leurs bras armés économiques et technologiques aident à définir le projet.

Les entreprises adhérentes de l'association apportent le budget de fonctionnement qui, sans être énorme, doit pouvoir inclure les salaires de 2 ou 3 personnes.

Les adhérents individuels, s'il y en a, ont un rôle important à jouer dans l'animation multiforme et c'est sur celle-ci que j'ai mis l'accent dans mon enquête.

Les 200 "animations" mentionnées peuvent faire peur, mais, il s'agit pour une grande part de micro-événements ne concernant que quelques personnes.

La présence des co-workers permet de lier ensemble une partie des activités et de créer une ambiance favorable aux échanges entre entreprises du numérique de toutes tailles.

Écrire un commentaire :

Bien cliquer sur le bouton JE SUIS PAS UN ROBOT. Le trolling est interdit ainsi que les attaques personnelles ou tout ce qui est contraire aux lois en vigueur !

Publicités et partenariat

pub
pub