L'Alliance Fédéraliste dit oui à Notre-Dame des Landes

Publié le 10/01/13 20:41, dans par Gwenael Kaodan pour Alliance Fédéraliste Bretonne - Emglev Kevredel Breizh

Interrogée par un élu socialiste lors de la rituelle séance des questions au gouvernement du mercredi 20 décembre 2012 sur le devenir du Grand Paris, la ministre Cécile Duflot a voulu rassurer ce dernier en affirmant que "ce projet se fera". Ainsi l'élue de EELV n'hésite t-elle-pas à engager 30 Milliards ¤ pour une région parisienne déjà largement pourvue alors que dans le même temps son parti mène depuis des mois, aux côtés d'anarcho-autonomes, une guerilla intensive contre le projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes situé, il est vrai, en Bretagne. Projet de 560 millions entérinés en son temps, faut-il le rappeler, par un vote parfaitement démocratique des instances concernées.

Nous ne nous attarderons pas sur l'attitude schyzophrènique de Madame Duflot et de ses amis qui, tout en désavouant énergiquement un projet porté par leurs partenaires socialistes, n'en persistent pas moins à garder leur place de ministre. On appelle cela du réalisme. On rappellera aussi au passage le modeste score de Eva Joly dans la commune de Notre-Dame des Landes lors des dernières présidentielles : 5,2 %.
Il fut pourtant un temps où, dans les milieux soucieux de développement durable, on tenait à se soucier d'un équilibre plus harmonieux des territoires dans un pays, la France, caractérisée par une concentration sans précédent des infrastructures, des ressources, des sièges sociaux, des emplois et des richesses à Paris et sa périphérie. On peut donc s'étonner de l'acharnement mis en oeuvre depuis quelque temps par ces mêmes forces à vouloir à tout prix faire annuler un projet d'envergure, non seulement bénéfique pour les Bretons, mais aussi pour leurs proches voisins du Poitou ou de l'Anjou.

L'Alliance Fédéraliste Bretonne-Emglev Kevredel Breizh, parce qu'elle s'est toujours souciée de la défense et de la promotion des intérêts de la population bretonne, s'est dès le début déclarée partisane de ce projet. Elle réitère ici son soutien à un aéroport international [et non pas, intercontinental] qui se présente comme un projet structurant qui induira plus de 2 000 emplois et permettra, dans une optique européenne, proche orientale et africaine, de renforcer les liaisons commerciales, touristiques et de bon voisinage avec les peuples, les forces économiques et les institutions de ces territoires sans être obligé de passer par les aéroports parisiens déjà bien congestionnés.

Un tel aéroport jouera un rôle analogue à celui observé pour Kastrup (Danemark) débordant largement le strict cadre danois puisqu'il sert de plateforme à la Scanie Suèdoise, aux Pays Baltes et au nord polonais. Autre exemple : la toute récente plateforme aéroportuaire située à Maastricht au carrefour de la Hollande méridionale, des Ardennes et de la Rhur. NotreDame des Landes, on le comprend donc, s'inscrit dans un autre mode de conception de l'espace défini, non plus selon un vision jacobine étriquée, mais bien au contraire au diapason d'une construction européenne basée sur une collaboration fructueuse des peuples et des territoires.

Certes nous ne sommes pas sans méconnaître un risque potentiel : celui de voir se renforcer un axe Saint Malo-Rennes-Nantes au détriment de la Bretagne Occidentale. C'est bien pourquoi il est indispensable que se greffe sur ce projet un renforcement des liens avec l'Aéroport de Brest sous la forme d'une plateforme hub. Il n'est pas trop tard pour s'en occuper.

Voir aussi : Position commune du mouvement anti-aéroport suite aux résultats de la consultation Notre-Dame des Landes, le 26 juin 2016 par ACIPA

Dernière suggestion de l'Alliance Fédéraliste Bretonne - Emglev Kevredel Breizh : que cet aéroport porte le nom d'Anne de Bretagne. Ce serait là une façon de nous montrer fidèles à notre passé tout en indiquant clairement notre esprit d'ouverture au monde et notre confiance dans l'avenir.


Le Président,
Dr. Jean-Louis LE MEE

©agence bretagne presse
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer
Cet article a été lu par 4300 personnes et fait l'objet de 3 likes, commentaires et partages sur Facebook

Auteur de l'article :

Alliance Fédéraliste Bretonne - Emglev Kevredel Breizh

Construire une Bretagne harmonieuse, réunifiée. Favoriser la prise de conscience identitaire et politique de la population.

Vos commentaires :

Ar Vran
Jeudi 10 janvier 2013

Bravo, enfin un parti breton qui s\\\'exprime sans ambages pour NDDL.

Je commençais à avoir peur du raccourci (plutôt règle mathématique) \\\"Emsav=contre NDDL\\\" et \\\"ContreNDDL=anarcho-pseudoecolo\\\" et donc par conséquent \\\"Emsav=contreNDDL\\\"

SPERED DIEUB
Jeudi 10 janvier 2013

Les partis bretons devraient exprimer une position de synthèse sur NDDL tout en laissant une liberté d'opinion et d'expression à leurs adhérents sachant qu'il y a des gens sincères d'un bord comme de l'autre .Le facteur de localisation géographique suivant n'est pas non plus sans influence sur les différentes positions selon que l'on demeure plus à l'est ou à l'ouest de la Bretagne

jean yves le corre
Jeudi 10 janvier 2013

Egalement d'accord ,enfin un parti Breton visant les interets economiques,et de desenclavement de notre chere Bretagne ,une autre vision que celle de tous ces oppposants a tout,qui ne proposent rien ,et qui monopolisent les medias,la plupart n'etant d'ailleurs pas de la region,ou pas concernés,que l'on fasse un Referendum en loire-Atlantique les Pour ou Contre:il y aurait surement des surprises pour ces "opposants"que l'on entend pas critiquer les gigantesques travaux de vampirisation du territoire en Ile de France !...

vinial stéphan
Vendredi 11 janvier 2013

quelle belle démo d'obscurantisme que les propos rétrogrades de

monsieur Le Mee

Duin kerke
Vendredi 11 janvier 2013

Bonne question, périphérique mais révélatrice : quel sera le nom de l’aéroport ? Anne de Bretagne pourrait facilement faire l’unanimité. Mais Auxiette et Ayrault serait bien capable de le baptiser Oliver Guichard…

Chirstophe Rommo
Vendredi 11 janvier 2013

Ce projet est devenu obsolète, il faut en suspendre l\'exécution. S\'il se réalise, on aura un bel aéroport utilisé à 10%, comme celui de Vatry ou d\'Angers. Pour ce dernier, que je connais bien et ai combattu en son temps, les élus qui l\'ont voulu n\'en supportent pas les conséquences désastreuses: gros déficits financiers, terres gâchées. Le fond du problème est hélas dans la convention passée avec Vinci qui recevra de grosses indemnités en cas de non réalisation. Monsieur Ayrault est un piètre gestionnaire.

eugène Le Tollec
Vendredi 11 janvier 2013

Que voilà une prise de position honnête et courageuse,sur une étude de prospective économique de la Bretagne!

La préparation des outils pour un devenir.

NDDL concrétise et fixe actuellement toute la pensée bretonne ,je redemande à tous les associations politiques bretonnes, cercles et partis de se retrouver autour d'une table ronde pour enfin retrouver le chemin d'un message de la Bretagne vers la France

Dans ce chapître de trouver la solution de la Bretagne après réunification.

J'ai toujours dit et écrit

"Que fait-on du bébé"?

Mesdames et Messieurs "de la décision et de la pensée supérieure bretonne"ayez le courage de ces contacts inter pensées!

Léon-paul Creton
Vendredi 11 janvier 2013

@ Dun Kerke

Tant qu'à y mettre du "Guichard" autant appeler cet ayraultport virtuel... "Mon Vieux" en toute(s) logique(s) ...

mikael jord
Vendredi 11 janvier 2013

A Vinial stéphan.Qui se cache donc derriére ce pseudonyme!En tout cas,un peu léger et obscur votre argumentation.Un peu de courage..On est sur un site sérieux ici.

Ar Vran
Vendredi 11 janvier 2013

Evidemment tout le monde aura de lui même corrigé

«Emsav=contre NDDL» et «ContreNDDL=anarcho-pseudoecolo» et donc par conséquent «Emsav=anarcho-pseudoécolo»

Ce sujet de l'implantation d'un aéroport à visée internationale est bien trop important pour qu'on le délaisse ou pire que des contestataires (bref des anti-tout) s'approprient ce sujet et en fasse un pseudo combat d'une lutte type nouvelle société à construire.

Clairement l'emsav, ce n'est pas cela... Si on est contre, il faut bien sûr l'écrire mais surtout se désolidariser de ces agitateurs ou personnes politiques qui ne sont là que pour être vues (type les écolos bien-pensants, le Front de Gauche et tutti quanti) et dont les opinions sur d'autres sujets ont montré leur adversité à la Bretagne.

ernod klujar
Vendredi 11 janvier 2013

Mr LE MEE , vous avez tout à fait le droit d'être pour cet aéroport , vous avancez vos arguments , ils valent ce qu'ils valent . En ce qui me concerne je suis contre cet aéroport mais pas contre un aéroport international en Bretagne ; cet infrastructure nous est encore une fois imposée par l'état français et ses sbires , d'international il n'aura que le nom , les aéroports parisiens ne vont certainement pas lâcher leur pouvoir économique pour nous faire plaisir .Le jour ou la Bretagne aura un tant soit peu d'autonomie , par l'aménagement de notre territoire , à ce moment là nous pourrons mettre en place un véritable aéroport digne ce nom .

Dernière chose vous utilisez le terme d'anarcho-autonomes pour parler des opposants , je suis surpris que vous vous laissiez aller à reprendre une expression bien francojacobine , il faut accepter "l'autre" !

Cordialement

Ernod

Thibaud L
Vendredi 11 janvier 2013

bonjour,

toutes infrastructures comprises le projet coûtera au moins 4 Milliards.

On peut légitimement être contre le projet NDDL puisque l'aéroport actuel est très loin d'être saturé (le nombre de vol est stable) et que d'autres aéroports de la région sont très peu utilisés : Angers par exemple.

Par rapport à la question des emplois. 500 emplois agricoles environ vont être détruits (2000 ha de terre bloqués au moins + le barreau routier). Les 2000 emplois sont majoritairement ceux existant déjà (puisque c'est un transfert d'aéroport).

Enfin, le projet repose sur un partenariat public privé, ce genre de partenariat à récemment été dénoncé par la Cours des compte car il génère des surcoûts énorme à long terme (la collectivité est obligé de payé à la société privé pendant 55 ans ; cette société peut évaluer ses services et interventions comme elle le veut).

Paul Legoff
Vendredi 11 janvier 2013

Bien triste Bretagne qui croie que son autonomie arrivera de la capital. Quand on est autonome on s\'autofinance, hors les 556 million d\'euros HT de ce projet ne sont pas Bretons.

Les bénéfice de l\'exploitation de ce projet iront a 60% a Vinci.

Les 2000 emplois PRÉCAIRES promis ne contrebalance pas les nuisances promises aux dizaine de milliers de riverains de ce projet.

Enfin a plus de 3 heures de Brest dans un département même pas encore Bretons... ça c\'est du désenclavement.

Attention a ne pas se tromper de combat, et a ne pas prendre ses amis pour ses ennemis (anarcho-autonome)

Cordialement

Paul Chérel
Vendredi 11 janvier 2013

Bravo pour cette position courageuse ! Seul bémol, le fait de réduire l\'utilité à international en éliminant intercontinental est quelque peu inutile. C\'est la demande mondiale qui commandera et non une modestie de départ inexplicable. Par ailleurs, NDdL doit avoir un rayon d\'attractivité locale d\'au moins 200 kilomètres ( à vol d\'oiseau c\'est le cas de le dire). Pour Angevins, Poitevins, Normands, le nom de Jules Verne me paraîtrait donc plus \"acceptable\", ce qui, évidemment, n\'ôte rien à la vénération pour notre Duchesse. Quant aux commentaires des éternels opposants, pourquoi n\'utilisent-ils pas les colonnes grand ouvertes de leurs excellents journaux quotidiens ? Ils aiment remplir des pages et des pages en répétant toujours la même chose. Paul Chérel

iffig cochevelou
Vendredi 11 janvier 2013

l'argument pour NNDL ne me semble pas crédible : s'il n'y avait rien il faudrait le créér, mais le site déja ne serait pas des plus judicieux aujourd'hui

La majorité des spécialistes du transport aérien considèrent que les arguments négatifs sur l'actuel aéroport sont très contestables et qu'il n'est pas utile d'envisager de tels investissements qui n'ont aucun sens : le projet date de près de 50 ans et il me semble qu'il serait bon de remettre tout à plat . Par ailleurs avoir la na¨veté de croire que ce serait une dynamisation de la Bretagne est un piège , dans l'esprit tordu du pouvoir central , c'est encore un moyen d'affiner leur projet Grandouestien.

Battons-nous pour la réunification, pour une large autonomie de la Bretagne ensuite nous déciderons de notre programme transport.

mikael jord
Vendredi 11 janvier 2013

Bravo à AFB-EKB pour ce communiqué déjà diffusé sur d'autres sites et hors de Bretagne.Bravo à ce parti pour sa cohérence.Les nombreux commentaires positifs devraient décider certains indécis à rejoindre à cette organisation.Quoiqu'il en soit, cet aéroport se fera qu'on le veuille ou non.Mais, ne nous trompons pas de combat.Le grand danger,c'est la réalisation du grand paris,qui signifierait la disparition de la Bretagne transformé en grand camp de vacances pour les franciliens.Le processus voulu par les jacobins est en marche.Notre division militante est une faiblesse et une erreur politique majeure.Quand aux écolos,il est grand temps qu'ils assument leurs responsabilitées,et qu'ils condamnent les propos de Mme Duflot.Leur silence sur cette affaire est signe de leur embarras.

marc iliou
Vendredi 11 janvier 2013

A Paul Chérel,

c'est quoi nos excellents journaux quotidiens ? j'espère quand même que vous ne pensez pas à Ouest France et au Télégramme car pour l'excellence en matière bretonne ils en sont franchement loins avec leur prose ligérienne et ouestienne !

Manu Hernst
Vendredi 11 janvier 2013

Et bien moi je dis non à L\'Alliance Fédéraliste bretonne. Et franchement quand je lis l\'argumentaire cela ne me donne vraiment pas envie de côtoyer ces êtres.

pierro bzh
Vendredi 11 janvier 2013

Je me suis toujours méfier des Dr...en quoi Mr le Mée, vous permettez vous de parler au nom de la population Bretonne...vous qui ne représentez vous même...et quelques...au plus un groupuscule...

Allant sur votre site peu actualisé !...j\'ai lu l\'hommage à Jean-Paul, il doit se retourner dans sa tombe le pauvre vieux... Navré de de pas avoir vu votre énorme délégation aux obsèques...d\'autres était là et sont aussi à NDDL pour lutter contre un projet qui ne sert en rien le peuple !

eugène Le Tollec
Samedi 12 janvier 2013

à Tous

je reprends le dernier commentaire

"La lutte pour la Bretagne n'est pas une plaisanterie".

Ce que je vois ,le long des commentaires et dans la fréquentation ,depuis quelques années du milieu "breton",m'incite à m'élever contre certaines pensées bretonnes indignes de figurer dans une recherche saine ,construite et de niveau supérieur amenant "la pensée" au niveau de celle d'un état(ne serait ce que pour contrer la pensée de l'état républicain.

Je vois aussi une chose ,la vérité bretonne est ultra diluée,elle est de chaque clocher,j'allais dire de chaque bistro!

Comment peut-on unifier tout ça,en sortir la quintessence?

Trop de chapelles ,trop d'ego et l'état s'en donne "à coeur joie",avec ses élus de tout bord.

Lorsque je vois ,sur le site de NDDL,une famille se faire tabasser par des pseudo- écolos,parce qu'elle venait récupérer sa fille;

Que de belles figures l'écologie bretonne!

J'arrive à me demander si l'intelligence de la masse"bretonnante" est au niveau des grenouilles ou d'un troupeau de Panurge!

Quels sont ceux qui sont en totale rêverie socialisante ou de droite ?

L'autre jour ,j'ai fait une erreur ,mon commentaire était pour Caroline Ollivro et non catherine!

à nouveau parti,nouvelles divisions (où vont aller les grenouilles?)

JOSE PAVOULIR
Samedi 12 janvier 2013

AFB= Traite de la patrie Bretonne !!

Mais comment peut-on soutenir un tel projet !!!!

Dr Le mée, vous est Qui ? votre mouvement ?

Avec ce genre de propos vous n’êtes pas de fédérer quoi ce soit en Bertaigne !! Parole.

La plupart des gens qui vont manifester sont tous salariés et c\\\\\\\'est le WE et sur leurs jours de congés qui font acte de résistance!!

Ne faite pas passer le peuple Breton pour des anarcho-anti-tout !

Ce projet ne sert à rien à part assurer du chiffres d\\\\\\\'affaires à VINCI pour remerciement de financement de campagne....

Kenavo

Je sais que vous aimez payer des impôts mais quand même !!

Yann LeBleiz
Samedi 12 janvier 2013

L'aéroport de Berlin, chiffré à 2 milliards d'Euro coûte déjà 4 milliards et n'est pas encore ouvert!

Mais l'Alliance Fédéraliste et le PSF vont nous faire un aéroport comparable à celui de Berlin avec 500 millions d'Euro!!!

Comme on dit : "Plus c'est GROS, mieux ça marche!!!!"

j-l potin
Samedi 12 janvier 2013

ci-joint des articles du magazine capital (1997 et 2005) concernant les aéroports:

Magazine capital numéro 75 , décembre 1997

Guerre des aéroports en rase campagne.

Des pistes d’atterrissages sans avion, des tours de contrôle sans trafic à aiguiller…

Les riverains de Roissy en rêvent. Les pays de la Loire l’ont fait : la région collectionne les aérodromes fantômes construits sans étude de marché par des maires atteints du complexe de l’aviation d’affaire.

Le premier prix revient à Ancenis (45 kilomètres de Nantes), qui a inauguré en 1996 son « aéropôle », ambitieux centre d’affaires destiné à attirer des grandes entreprises autour d’une piste de 1200 mètres. Facture : 54 millions de francs. Bilan, un an plus tard : à peine deux jets par semaine… Le bide était prévisible. L’aéroport international de Nantes se trouve à 40 kilomètres d’autoroute seulement. Et la piste est dite à « usage restreint ». En clair : la tour de contrôle n’est que très épisodiquement ouverte. Les avions doivent prévenir de leur arrivée 48 heures à l’avance. Pas très pratique. Mais plus sûr, car l’aéroport longe un couloir d’entraînement militaire…

La pépinière d’entreprises, de son côté, a quelques problèmes de croissance. Faute de grives…

A part le centre de gestion rurale (CER), service de la chambre d’agriculture, l’aéropôle n’attire pas les foules.

A 50 kilomètres, Angers, l’éternel concurrent, fourbit sa réplique. Jean Monnier, a donné en octobre les premiers coups de pioche du futur grand aéroport de Marcé : piste de 1800 mètres, club house avec terrasse panoramique, musée de régional de l’air, etc. les contribuables ne s’en tireront pas à moins de 200 millions d’euros, soit les deux tiers du budget annuel d’investissements.

L’opposition hurle à la gabegie : Angers possédait déjà un petit aérodrome avec une piste de 1200 mètres dans la banlieue d’Avrillé, largement suffisant pour cette ville de 146 000 habitants.

Pour défendre son projet, la municipalité s’appuie sur des enquêtes vieilles de quinze ans alors que le TGV ne passait pas par là.

Aujourd’hui, Angers est à une heure 30 de Paris en train et à 45 minutes de Nantes par l’autoroute.

Comble de l’absurde : Marcé sera situé à 25 kilomètres au nord d’Angers.

C’est-à-dire qu’un homme d’affaires habitant à 20 kilomètres au sud de la ville sera plus près des aéroports de Saumur et de Cholet (qui ont eux même dépensé plusieurs dizaines de millions de francs pour allonger leurs propres pistes…).

Pour clore le débat, la mairie d’Angers a un argument massue : « Notre ville est parmi les moins endettées de France. Elle peut bien s’offrir Marcé. »

Et diminuer les impôts, le maire y a pensé ?

Légende d’une photo :

« La concurrence fait rage entre les aérodromes d’Ancenis, de Saumur et de Cholet, tandis qu’Angers lance des travaux monstres pour un nouvel aéroport, jugé inutile par beaucoup d’élus ».

Magazine Capital 169, octobre 2005.

Auvergne le hub de l’aéroport de Clermont a été surdimensionné.

Faire de son aéroport un hub international, il n’y a rien de mieux pour le prestige. Alors quand la compagnie Régional Airlines a suggéré, en 1999, qu’on lui construise une de ces plates-formes de correspondances à Clermont-Ferrand, elle n’a pas eu besoin de s’y prendre à deux fois. Un an et 18 millions d’euros plus tard (la moitié à la charge de la région, du département et de la ville), le hub auvergnat était opérationnel et inutile ;

En janvier 2000, à la moitié des travaux, la petite compagnie s’est fait avaler par Air France ; laquelle possédait, c’est ballot, son propre hub à Satolas, près de Lyon.

La faute à pas de chance ? « on ne pouvait pas se prémunir contre ce rachat, rappelle Jean-Michel Plasse, le directeur de l’aéroport. Et Air France nous disait vouloir maintenir l’activité. Pourquoi aurait-on arrêté les travaux ? ».

Peut-être parce qu’il était évident qu’Air France bluffait.

Très vite, en effet, la compagnie tricolore a recentré ses correspondances sur Satolas, amputant des deux tiers le nombre d’usagers de l’aérogare clermontoise (300 par jours en 2005). Du coup, l’aéroport international » d’Auvergne accuse aujourd’hui un déficit de 1,5 millions d’euros par an.

eugène Le Tollec
Samedi 12 janvier 2013

j'ai fait un commentaire concernant la lutte pour la Bretagne où je parlais de grenouilles ou de moutons de Panurge,en réponse àmikael jord

Je complète en disant :

Où est la pensée bretonne?

Avons nous une pensée structurée et d'état!

Je m'interroge ( pensée de grenouille ou de moutons!).

Dans tous les cas on attend ,un charismatique.

Yann LeBleiz
Dimanche 13 janvier 2013

@ Mr le Tollec,

Encore votre habitude négative voir insultante pour le peuple breton!

Il n'y a pas de "pensée d'état" en Bretagne, car il n'y a pas d'état depuis 1789!

Si vous voulez voir cette pensée revenir, il faut exiger le retour de nos institutions!

A cela rien de spectaculaire, c'est ce qu'on fait les écossais, les gallois, les catalants, c'est ce que font les Kurdes et les Berbères!

Eux, ils passent pas leur temps à dénigrer leur peuple!

@ j-l potin

Entièrement d'accord avec vous!

J'avoue que c'est triste de voir des prétendus "défenseurs éclairés" de la Bretagne, militer pour une babegie d'argent public à la gloire de quelques élus sur fond d'opération immobilière juteuse!

Enumérer les aéroports récent qui sont des fiasco ne sert à rien! Quand on a des oeillères, on a des oeillières!

Aujourd'hui un breton qui veut aller du Nord au Sud doit faire le tour du pays car les voies expresses ne sont pas terminées...! Mais peu importe, on aura un "Aéroport Intercon..tinental"! (J'ai même lu qu'on prendrait l'avion pour aller de NDDL à Brest...!)

"C'ptain Kurk à Enterprise!!! Pour une téléportation!"

Le prestige d'un aéroport vide pour ceux qui n'ont plus d'ambition pour leur pays, et qui restent là à penser que le salut "tombera" du ciel grâce à "Saint-Ayrault" (nouveau saint-patron breton)!

Ce qui est paradoxale, c'est que ce futur aéroport vide risque d'entraîner la fermeture d'un site breton de fabrication d'avions avec 1000 employés!

La "loose totale"!

Emilie Le Berre
Dimanche 13 janvier 2013

AFB= Traite de la patrie Bretonne !! écrit Jose Pavoulir.

Quand à Eugène, il nous explique que chaque breton détient sa vérité sur la Bretagne d'où l'impossibilité d'une organisation cohérente. .

Je crois que nous avons là un cas d'école.

Pour avoir seulement exprimé sa position sur l'aéroport de NNDL, voilà un groupe "traite à la patrie". De tels propos mettent en lumière le niveau du débat dans notre pays province de l'ouest. J'irai plus loin, cela profite à nos adversaires, bref c'est le rôle des idiots utiles.

Pierre CAMARET
Dimanche 13 janvier 2013

Mais idiots utiles ( Lenine ) c'est ce que nous sommes .

C'est un Nouvel Etat d' esprit .Il faut que je m'y habitue

eugène Le Tollec
Lundi 14 janvier 2013

Yann LeBleiz

Monsieur

Une pensée d\'état comme je l\'entends est la pensée d\'une unité,prise par des gens responsables,dont le niveau d\'analyse économique,politique est égale sinon meilleure que celle qui hante toute la structure française (on peut donc) ,cher Yann avoir ce type de pensée qui est celle d\'un haut niveau de management ( j\'ajouterai celle que l\'on trouve au niveau de très grand projet? LA bRETAGNE EST UN GRAND PROJET),ce niveau d\'analyse n\'a pas besoin d\'état pour s\'exprimer.

Y-a-t-il dysfonctionement dans votre lecture et analyse?

Le premier axe de pensée est la Réunification

Le deuxième est ,je l\'ai maintes fois dit et exprimé

Que fait-on du bébé ,une fois réuni?

La pensée d\'état à laquelle je pense est déjà de préparer toutes les éventualités( voir les cas d\'école chers à Emilie Le Berre et certainement à d\'autres!)

Des gens actuellement pensent et réfléchissent,je les ai déjà cités.

Crooyez vous ,yann que tout ça va se faire en discutant chacun dans son coin,son association.

De la hauteur ,monsieur!

Où est la table ronde bretonne?

Monsieur ,certains s\'engagent sur le retour d\'un parlement,d\'autres sont aux commandes d\'une réunification ,d\'autres encore sont sur l\'économie bretonne d\'aujourd\'hui et de demain.

Monsieur nous n\'avons plus d\'état,vous dites 1789.

ÊTES VOUS SUR DE CELA?

Mais qui a vendu la Bretagne?

Monsieur Yann c\'est vous qui dénigrer le peuple ,moi je leur demande simplement d\'avoir un sursaut pour unir les vérités de chacun (et j\'ai dit ,sans allégeance de l\'un par rapport à l\'autre),je leur demande la mise en marche d\'un nouveau pas \"en avant\" et surtout pas avec les partis français.

Dans le cas contraire ,restez avec des présidents de CG,des structures \"dites régionales \"à la solde\"ou timorées.

Je pense que je ne lirai plus vos commentaires !!(décevant).

Yann j\'ai déjà dit que la Bretagne aura besoin de ce hub ( des plans de prospectives économiques bretonnes ont besoin de cet outil en plus des aéroports existants)

Je pense que vous ne pourrez jamais réfléchir à ce niveau supérieur de la Bretagne (autre cas d\'école).

Monsieur ,reformatez votre pensée ,je pense que vous n\'êtes pas une grenouille !

Monsieur ,l\'action se crée..

Monsieur la pensée d'état bretonne doit reconstruire la Bretagne

Ar Vran
Lundi 14 janvier 2013

Je ne le répéterai jamais assez.

Ce n'est parce que vous avez 2 ou 3 olibrius qui osent faire des raccourcis plus que douteux qu'il faille être défaitistes ou pire " jeter le manche après la cognée"

L'emsav est diverse et cela est normal puisque sa fonction est justement de représenter la population bretonne dans sa globalité.

Chaque individu sur tel ou tel sujet à sa propre opinion mais cela n'en fait pour autant le détenteur de la "vérité ". Si un individu s'estime mécontent sur la position d'un parti, il milite ailleurs ou il en crée un, mais en aucun cas il doit faire des raccourcis. Autrement il s'abstient de tout commentaire qui ne font pas avancer le débat....

SPERED DIEUB
Lundi 14 janvier 2013

Le problème de Yann Le BLEIZ c\'est son intolérance vis à vis de ceux qui ne partagent pas ses opinions ,c\'est dommage d\'abord pour lui et pour la cause qu\'il défend car son argumentation au sujet de NNDL est solide ,seulement il ne supporte pas la contradiction insulte au peuple ici breton... ce sont des réflexes qui ne sont pas sans rappeler les rhétoriques du petit père des peuples. Le mouvement breton souffre hélas comme l\'oppresseur d\'un déficit de démocratie et d\'ouverture d\'esprit avec la fâcheuse tendance contre productive à voir le mal partout ,au lieu de cibler et de mettre la pression là ou il est vraiment

eugène Le Tollec
Lundi 14 janvier 2013

Ar Vran

Alors ,cher ami, Allez y et faites avancer le smilblic et ayez le fric pour le faire ( sans le nerf de la guerre,rien ne se fait ,même pas le fait de jeter le manche avant la cognée et non après!

Monsieur ,je n'ai jamais été défaitiste ,sinon j'aurais été viré de mon boulot,ce qui me rend soucieux est le niveau atteint par certains dans la volonté de vouloir sortir la Bretagne de son chemin centralisé.

Volontarisme - Réalisme et Pragmatisme,voilà trois supportS de l'action (faut-il que je rajoute bretonne,mais c'est tellement évident!)

Je pense que vous êtes un aficionado des raccourcis! comme beaucoup qui juge que le fait de ne pas être dans votre justesse d'esprit est une aberration (cela tue la totalité de la pensée!)

KERGUIDUFF FP
Lundi 14 janvier 2013

La réalisation de NDDL est la continuité du désenclavement de la Bretagne(voies expresse Britanny ferries)et nous apportera ce complément nécessaire à l\'émulation de l\'économie moderne de notre pays(la Bretagne)n\'en déplaise aux speudo-écolos ,la Bretagne a tant donné aux français qu\'elle peut par ces investissements se faire rembourser d\'une partie de ce que je considère \"la dette de l\'envahisseur\"un peu de pragmatisme, d\'objectivité ,de réalisme,nous ne leur diront mêmme pas merci.Bravo Mr Le Mée

Yann LeBleiz
Lundi 14 janvier 2013

@ eugène Le Tollec

"Monsieur Yann c'est vous qui dénigrer le peuple...!"

Une vraie analyse d'un gamin de 4 ans... "C'est pas moi, c'est toi...!!!"

En tout cas, c'est bien vous qui considérez régulièrement 4,5 millions de personnes comme des moins que rien, quand vous n'étendez pas votre vision à tous les bretons ayant vécu depuis 1532. "Qui a vendu la Bretagne?"... Comme si la Bretagne était à vendre!

Une vision "intéressante", dirais-je!

Vous êtes aïgris et c'est bien dommage...!

@ Spered Dieud,

Je pense que vous entrez également dans cette même catégorie.

Vous inscrivez tout militant breton n'étant pas dans votre vérité comme une condamnation globale de l'ensemble d'un mouvement!

Parfois, les ex-militants déçus sont les plus farouches adversaires de la cause qui fut la leur!

La Bretagne, je préfére la construire (ou la reconstruire) chaque jour plutôt que de rêver à des grandeurs pathétiques, qui ici deviennent "intercontinentales" sur fond de gabegie du peu d'argent que les citoyens bretons récupèrent de l'Etat Français!

Pierre CAMARET
Mardi 15 janvier 2013

Mais je suis d\'accord oh combien . Mais une fois de plus pourquoi ne pas prendre un Cabinet d\'Audit International Independant , et analyser toutes les donnees : Techniques , Sociales , Financieres , economiques etc...

Les Pour et les Contre devront accepter cet arbitrage . Ce Cabinet sera choisi par EUX MEMES

SPERED DIEUB
Mardi 15 janvier 2013

Vous inscrivez tout militant breton n'étant pas dans votre vérité comme une condamnation globale de l'ensemble d'un mouvement!

Yann ne prenez pas votre cas pour une généralité quand à vos procès d'intention ....

eugène Le Tollec
Mardi 15 janvier 2013

Yann LeBleiz

C'est pas moi,c'est toi,SVP,arrêtez vos C...

Mais pour qui ,vous prenez vous?

Votre mécanique intellectuelle est nulle de "chez nul" ou de "chez peanut".

Un jour mon directeur m'a dit

" je ne parle plus "aux cons" ,ça les instruit,cela me fatigue!"

Je vous retourne l'appréciation ,le quidam aigri commence par se regarder dans sa suffisance intellectuelle.

Mais qui êtes vous? un Stalinien échappé!

Ce n'est certainement pas avec vous que la bretagne va avancer!

Ar Vran
Mardi 15 janvier 2013

Petite précision avant que cela ne parte en \"live\".

Savoir ce que je suis personnellement ou s\'invectiver ne risque pas d\'intéresser la masse de Bretons qui ne se sentent pas encore concernés par la défense de la Bretagne, au contraire cela risque de les faire fuir.

Par conséquent je ne répondrai pas aux provocations qui sont en plus hors sujet. (@Eugène Le Tollec, pour votre information ce n\'est pas vous que je visais... Simplement je dirai que quand on a des convictions, il faut s\'assurer qu\'elles soient partagées ou à minima qu\'elles soient entendus par l\'ensemble de la population et non réservées à un petit cercle d\'initiés...)

Pour revenir sur le sujet et pour répondre en partie à Pierre Camaret, je dirai que le problème n\'est plus de prendre un cabinet d\'audit indépendant, cela est hélas trop tard (cela aurait dû être fait plus tôt et aurait dû être de l\'initiative de nos chers élus républicains bretons, mais c\'est vrai que de ce côté-là, ils préfèrent manger à la soupe soporifique parisienne qui elle à l\'avantage de tenir \"chaud au corps\"..)

Pourquoi ? 1/ parce qu\'on risque pendant le temps de la consultation d\'avoir le projet de 3ème aéroport parisien qui va refaire surface et donc mettre tout le monde d\'accord.

2/parce que c\'est la volonté du baronnet local, Mr ayrault, qui vu son \"ouverture d\'esprit\" ne risque pas d\'abandonner; donc autant faire de quelque chose qui parait mauvais à première vue une opportunité...

3/ il n\'y pas d\'aéroports bretons de dimension internationale actuellement; ce n\'est pas la multitude d\'aéroports locaux qui va permettre plus de lisibilité internationale à la Bretagne (et par extension à l\'ouest de la France)

4/ que ce projet d\'aéroport ne peut se faire que si évidemment on ferme les petits aéroports à côté (ex. quel idiotie d\'avoir fait un aéroport à Angers alors que le projet de NDDL était dans les cartons)

5/ et qu\'il doit être accompagné par le choix d\'un autre aéroport basé plus à l\'ouest , pour les habitants de la \"basse Bretagne\" pour garder l\'attractivité de ce territoire. Dans ce sens, comme le dit AFB-EKB, l\'aéroport de Brest représente le candidat le plus sérieux. Dans cette idée, il serait plus qu\'intéressant d\'entendre nos chers élus du Finistère appeler à cela et non pas faire les carpes comme toujours...

eugène Le Tollec
Mardi 15 janvier 2013

AR Vran

Voilà ce que je dis et écris

car la Bretagne est dans ce contexte

\"La Démocratie et la cohésion nationale ont tout à gagner mais il faut une conviction et une confiance d\'État

Nous citons «  le Mal Français » de M. Alain PEYREFITTE

«  La paix du monde par l’indépendance des nations .... On pourrait appeler cette doctrine l’Œcuménisme national : Il n’y a d’ordre international durable que si aucune nation n’est satellite d’une autre; que si chacune reste maîtresse de son destin et inventrice des voies qu’il doit emprunter; que si chacune se voit reconnaître un droit absolu à sa propre identité, à sa propre culture, à l’affirmation de son indépendance et de sa responsabilité ».

Nous en retenons les mots

- Reconnaissance du droit à sa propre identité.

- Reconnaissance du droit à sa propre culture.

- Affirmation de sa propre responsabilité.

- Maîtresse de son destin.

- Inventrice des voies qu’il doit emprunter.

Cette réflexion d’évidence peut s’appliquer à la doctrine de « provincialisation » hors de toute attitude d’excès ou d’irréalisme.

L\'État Français, la République doivent désormais s’imprégner de cette confiance, il ne peut plus y avoir de sécession ou de combat pour une quelconque indépendance.

Notre démarche s’inscrit dans une approche girondine du concept de restructuration du schéma administratif en termes de polycentrisme maillé, seule analyse permettant la mise en adéquation du territoire français avec l’Europe.

Une des seules possibilités pour renaître dans l\'Europe.

... j\'y rajoute \"polycentrisme maillé\"à taille humaine\"

voilà donc un niveau de réflexion pour la Bretagne

Ce que je dis encore:

\"Les temps sont donc venus pour :

Une profonde réflexion nationale sur un changement en particulier sur nos capacités à l’intégration européenne et mondiale.

Une réadaptation du schéma administratif territorial actuel en termes de masse critique européenne qui dans le domaine économique, devient urgente sous peine d’effondrement.

Le renouveau des structures est conditionné par un changement des mentalités et des habitudes de la société forgées par deux siècles de postulats d\'État, d’utopies philosophiques et de volonté « d’exception Française ».

L\'homme d’aujourd’hui se prépare à un nouveau siècle et millénaire sans commune mesure avec ce qui a été vécu par nos anciens, les références d\'État se sont usées, alourdies et figées de conservatisme, d’immobilisme et d’habitude.

Une structure de parfaite lisibilité doit être retrouvée conciliant tous les domaines d’équilibres de l’homme tels que :

Les règles de Société

L’identité

La Diversité

L\'administration

L\'Économie

Le Social

Le Culturel

L’homme en tant que personne.

Ceci dans un véritable Partenariat / Confiance incluant :

Une remise en cause des façons de penser des diverses sensibilités de notre société et de l’état.

Des droits et des devoirs à titre individuel et collectif de Société responsable.

Une conviction profonde et une véritable adhésion à une culture d’entreprise tournée vers l’exportation.

L’intégration de la nécessité européenne par fait de Fédération sous l’aspect d’un girondinisme moderne..

Cette démarche ne peut aboutir que par une nouvelle conception dans la verticalité administrative de l’état.

Nous redéfinissons donc la province réactualisée qui a assez de ressources et de surface territoriale pour être autogérée et est assez petite pour être de taille humaine (pôles centraux à moins de 200 km).

Cette dimension « Provinciale » nationale et européenne est une obligation pour le renouveau de la France.

Mais pour cela il faut, aussi, retrouver le culte de l’effort et accepter le prix à payer :

Celui d’une réflexion profonde de l’état.

Celui de la véritable responsabilité.

Celui d’un renouveau de la gouvernance d’état.

Celui de la Subsidiarité.

Celui de l’innovation et des challenges.

Et enfin ....

Celui d’une REFONTE de société qui jusqu’à ces temps a été construite et menée sur et par une vaste tromperie intellectuelle.

Celui d’un choix entre une politique libérale maîtrisée et une politique de totale protection sociale.

Celui d\'un choix collectiste ou d\'un humanisme d\'état.

Faut-il retrouver la pensée gaullienne citée par M. Alain Peyrefitte dans « c’était de Gaulle » suite au conseil des ministres du 11 juillet 1962.

«  Il faut trouver une troisième voie entre les loups et les moutons.

Celle de la participation et de la planification ».

Nous extrapolons

Participation ↔ partenariat / confiance↔ subsidiarité

Planification ↔ L’ensemble du processus de Provincialisation

Nous ne devons plus avoir le processus décisionnel issu des éducations politiques du siècle passé, nous devons nous remettre en question en terme de lucidité, de vérité, de pragmatisme, et de réalisme afin d’être apte à maîtriser notre devenir, ne serait-ce que celui de l’économie.

Nous devons réfléchir sur une autre façon de gouverner ce pays en éradiquant la bipolarité « gauche/ droite »

source d’une culture de conflit permanent, et surtout réfléchir sur la manière d’ intégrer dans un management étatique les règles d’un management moderne de grand projet ( structures d’analyse / de décision/ d’exécution.

La France n’est-elle pas une grande entreprise de quelques soixante millions de travailleurs de toutes conditions, cultures, formations.

Un linéaire vieux de quelques 210 ans a atteint ses limites, il lui faut un

réajustement de notre temps afin de remettre ce pays dans les conditions

du Monde.

autre écrit

Actuellement

L’obsolescence s’installe et se fige dans l’immobilisme.

Mais ...

De nouvelles exigences sortent la France de son hexagone, l’ « homme Provincial » s’ouvre au monde, le « terroir » pragmatique, sensé et conscient des réalités donne de la voix, il en a les moyens intellectuels, les transferts d’ordres se font à Bruxelles où les bureaux de « représentation » sont au contact direct de la Décision qui ne devient plus « Française» .

D’où apparition d’un changement de mentalité dans les sphères de décision locale et un peuple « Français provincial » ayant la certitude et la parfaite assurance de ses capacités à gérer sa destinée.

Le nouveau « Girondisme » doit permettre de s’affranchir de la société «  de Défiance » actuelle en la remodelant dans une société de « Confiance et de Partenariat » issue des nouveaux équilibres d’un Etat décloisonné, débureaucratisé et déparisianisé.

Seule, la puissance « locale » peut sortir la France centralisée de son « état d’irresponsabilité méfiante » et de son « blocage ».

La puissance de l’Etat ne peut plus être limitée au sommet, le réseau d’autorité et de management doit être « délégué », en toute confiance de l’Etat républicain où la verticalité de décision subsiste et se renforce en éléments régaliens.

La compétence totale d’une province ne peut pas être perçue, maîtrisée, développée en un même point central hexagonal, le maillage des interconnexions est trop varié et si intense que seule la structure adaptée que nous préconisons est efficace et représente la solution acceptable, Paris n’étant là que pour les grandes options et les autorités supérieures et régaliennes d’état, en interface avec l’Europe et le Monde.

D’autre part, pour cette profonde remise en cause :

Il faut de nouveaux processus intellectuels de nos décideurs, de nouveaux porte- flambeaux, de nouvelles « générations » non issues de sérails politiques vieillissants ou/et carriéristes.

Il faut une vision moderne pour les cursus de nos grandes écoles d’administration.

Nous sommes pour ce girondinisme moderne en termes de partenariat et de restructuration de l‘espace français

Il nous faut une autre « mécanique » des élites :

celle basée sur de la culture de  « challenge économique », de « gagneur » réaliste et pragmatique.

Celle où les sensibilités politiques deviennent de troisième ordre et du passé

Les enjeux mondiaux sont tellement puissants que, pour survivre à nos échelons européens, il nous faudra d’autres capacités.

La France est dans l’heure de ses choix, nous avons l’obligation de réussir.

C’est maintenant que la pensée d’état doit être courageuse.

De nouveaux décideurs « d’état » doivent émerger du vaste chantier que nous proposons.

Car la puissance de  «  proximité » est l’atout majeur du renouveau pour lequel nous militons.

La France a dans ses gènes, cette faculté, de donner le meilleur d’elle-même et de se dépasser.

2.1.3 Girondinisme et Subsidiarité

Tâches d\'état dans les grandes options et les plans fédéraux

Education nationale La théorie- - les plans – les grandes écoles – la recherche

Diplomatie :

Défense

Economie : Action globale- plans ( fédéraux -européens)

Santé :

Police /Justice :

Gendrmerie :

Grandes infracstructure:Transport ( plans généraux – Grandes travaux )

Logement

Solidarité :

Culture :

Environnement

Tâches subsidiarisées et de l\'autorité de la région/province

Education nationale : (université – Lycée – Formation professionnelle – Enseignement supérieure -recherche – Primaire – Secondaire)

Economie : applications des lois de rétrocessions -lois des finances provinciales -budgets – plans provinciaux d\'actions économiques

Infrastructure /transport:schémas d\'aménagement du territoir provincial – transferts des biens d\'état (canaux – ports) – transports régionaux

Logement;(politique provinciale (urbanisme et logement)

Solidarité : politique de solidarité (personnes âgées – Handicapés)

Culture et patrimoine:Patrimoine et diffusion culturelle – Tourisme (plan touristique régionaux)

Environnement : spécificité locale

2.1.4 Girondinisme et cohérence de management d’état

L’état d’aujourd’hui n’est plus celui de la Révolution, ni celui des troisièmes et quatrièmes républiques. Le management à évolué et doit encore évolué pour cause d’adaptation au monde.

Nous intégrons l’espace européen, l’hexagone éclate dans tous les domaines. Il faut donc mettre en place une nouvelle manière de gérer nos nouvelles donnes.

Le management politique de l’état doit être amendé, la bipolarité Gauche / Droite doit s’effacer devant les nouveaux objectifs d’état et une nouvelle façon de penser la compétence.

Le binôme décisionnel Politique / technique doit évoluer dans un management décisionnel et d’exécution à l’image du management de grands projets.

La décision doit ressortir d’un brainstorming politico – technocratique ; le politico – technique de nos provinces suit le même schéma de gouvernance.

Ce sont des hommes qui gouvernent d’autres hommes.

Ce management répond à des impératifs de progrès permanent de l’état Français.

L’amélioration des conditions de vie, la compétitivité économique, le social, la culture deviennent des « produits d’état  fédéral »

L’axe majeur de la méthodologie employée est l’amélioration permanente des programmes d’actions de l’état

Cela suppose :

Une conviction profonde dans le rôle de chacun.

Une mobilisation permanente des acteurs au service du citoyen.

Une coopération en phase et coordonnée des intervenants.

Une mise en réseau des données

Une mise en œuvre sur du long terme.

Une analyse permanente des adéquations des processus administratifs, économiques, sociaux, culturels.

L’ensemble de ce nouveau management est cadré par des politiques à long terme et objectifs de résultats en véritable « feuille de route » provinciale et d’état.

La structure fonctionne dans une «  spirale de qualité d’état ».

Lorsque j\'écris cela ,la Bretagne est dans le processus!

Je dis aussi

Notre militantisme est donc dans nos convictions, c’est-à-dire au niveau des cohérences d’unité, d’homogénéité, d’équilibre et de visibilité de la verticalité :

La commune dans sa consolidation.

Le Pays dans sa véritable émergence.

La Province dans sa réactualisation.

L’Etat dans sa subsidiarité.

L’économie en vecteur de pénétration compétitif de l’espace mondial.

Autre concuson

\"Seule la « Province » telle que nous l’entendons est l’outil européen de la France, ce n’est pas à l’Europe de s’adapter à la France, mais à la France de s’adapter à ce vaste chantier de mutation.

Une France adaptée à l’Europe permet l’ouverture de la province au monde.\"

Je termine ces rappels

2.4 PRIVILEGIER

L’individu en tant que personne.

Une société a les droits qu’elle se donne et les devoirs qu’elle s’oblige pour un vécu supportable dans la réalité des choses.

Ceci est d’une grande responsabilité qui demande une maturité « d’intelligence collective » et de juste milieu car l’individu est au centre de ce qu’il crée.

À un type de société correspondent des besoins et l’attente d’une satisfaction d’aspirations, le rôle de la structure est de pourvoir à ces besoins, au bien être collectif et particulier, au progrès des développements économiques, culturels et sociaux.

Une société est une évolution permanente, une convulsion de vie secouée cycliquement par de grandes aspirations reliées à l’esprit de conservation par des lois de société, de plus en plus étoffées, elle doit donc survivre et combattre pour son meilleur devenir et sa meilleure cohésion sociale.

Les leviers d’autorité et de décision ont pour objectif majeur d’accompagner ces élans et de guider la Société vers un meilleur « état de société » en privilégiant l’individu en tant que personne responsable.

Il faut recréer une ambition collective.

Ce que nous proposons est une de ces solutions qui permet de retrouver le fondement même du rôle des structures et de leur accompagnement.

Voilà ,cher ami ,où s\'intercale ma réflexion bretonne!

Je suis donc ,un aigri et un gamin de 73 ans

A+

Pierre CAMARET
Mardi 15 janvier 2013

@ AR VRAN.

Tiens justement je parlais au telephone , il y a une heure avec mon BeauFrere Ex pilote AIRINTER puis AIRFRANCE . Il me disait que BREST ne pouvait pas etre etendu ??? Il faut maintenant une piste d'au moins 1900 metres pour les gros porteurs .

Mon BeauFrere a maintenant 81 ans ,donc il est peut etre un peu outdated >

eugène Le Tollec
Mardi 15 janvier 2013

Ar Vran

Vous mettez ,là ,le doigt sur un des plus gros défaut de la pensée d'état français( raisonement non abouti - mélange d'un tas de choses ,que voulez vous ,nous avons "aux commandes" des "trous du C.. sortis de leuurs écoles d'administration - et autre sup de ceci et cela " aucune expérience de terrain ou d'un harnai quelconque".

exemple Aéroport, tous préconisent un outil breton "hub" international ,permettant de désencaver le bassin "ouest" breton.

Ce point était la condition première avant toute étude ailleurs

Qu'ont fait les bretons de ces époques?

Je ne pense pas que les différents commentateurs veulent faire partir cette rubrique en "live".

J'ai répondu (en attente de vérification médiation).

Excusez moi( vous avez une certaine tenue!).

Vous êtes digne d'un "café débat" de bon aloi ou d'un "ABP débat" de niveau 1

Ar Vran
Mardi 15 janvier 2013

Je n'ai rien à ajouter si ce n'est que le produit de ma réflexion vient du fait que je suis encore actif (pour les curieux, j'ai moins de 45 ans) et que j'ai l'habitude de voyager à l'étranger pour les "affaires". Et quand il me vient à comparer les différents pays étrangers et la Bretagne, je mesure non point le fossé mais le gouffre qui sépare de la Bretagne des autres "nations" majeures (au sens libéré du terme) de la terre.

Et pendant ce temps-là, nos élus bretons se contentent de faire des cocottes en papiers et surtout serrer la louche à 2 ou 3 "pignoufs" locaux, histoire de s'assurer de leur vote aux prochaines élections. Il n'y a aucune prospective sur la Bretagne. A ce propos lire l'interview de Bernadette Malgorn dans "Bretons", son seul projet est de bien gérer la région Bretagne et de s'assurer que cette région aura bien son TGV pour encore mieux dépendre de Paris, toutes les questions d'avenir, de réunification ou de spécificités bretonnes lui sont totalement étrangères.

J'aime bien le diction chinois qui dit "quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt" ==> combien y-a-t-il de bons petits soldats élus en Bretagne ???

eugène Le Tollec
Mardi 15 janvier 2013

Ar Vran

Vous voyagez,ok

et vous comparez et vous mesurez le fossé sinon le gouffre;

Soit..... mais nous l'avons fait et le faisons tous et toutes.

J'ai regardé de très près la montée chinoise et asiatique(d'autres le font ,en Bretagne et en France ,moi j'ai regardé la montée économique de cet espace chinois .... mais nous ne pourrons jamais appliquer dans nos pays cette nouvelle philosophie mixant deux grandes théories ,le capitalisme et le socialo/communisme,nous ne pourrons jamais sortir par le haut nos économies de cette façon.

La Chine lorsqu'elle sera arrivée à nos niveaux sociux ,ne lâchera pas la bride de sa politique.

Nous avons donc du chemin pour tenter d'étaler cette progression.

Effectivement le gouffre sera de plus en plus profond.

Je pense que nos niveaux de prospectives sont "à nos niveaux".

Le brainstorming breton n'est pas à l'échelle d'un état ,c'est pourquoi ,je parle toujours d'une pensée supérieure bretonne "pensée d'état".

Madame Malgorn et d'autres "à gauche" ne sont pas "homme et femme d'état",j'appelle ça des exécutants besogneux,centraux

Où sont les dépassements?

eugène Le Tollec
Mardi 15 janvier 2013

Ar Vran

Un dernier point sur le fait d'être breton

" 2.6.7 Province et Identité Culturelle

On ne peut pas parler de Provincialisation sans intégrer l’essence même de ce qui différencie une province d’une région.

La France a instauré des régions administratives par peur du mot province et a minimisé l’appartenance à une culture, la recherche des racines, l’émergence des nationalismes, des régionalismes et autres désirs de vivre dans un lieu librement choisi.

Cela nous rappelle que l’aspect culturel est aussi important que l’aspect économique dans la nouvelle réflexion provinciale et d’état.

Dans la « Provincialisation » apparaissent les problèmes des divers mouvements formants l’ossature des revendications les plus fortes.

Le plan global de « provincialisation » doit intégrer cet aspect, il y va de la solidité du nouveau concept de « Province Française Européenne » excluant toute velléité d’utopisme.

Bien que l’identité culturelle et son expression par le biais d’une langue soient les critères fondamentaux de l’équilibre d’un individu dans la découverte de ses racines ou dans le fait de vivre harmonieusement dans son pays d’origine ou d’adoption, cela n’est pas suffisant pour exprimer « l’état d’être ».

Exemple

On se sent bien en Bretagne pour de nombreuses raisons :

On est Breton d’origine et Bretonnant, autonomiste ou régionaliste.

On est Breton d’origine, non Bretonnant, non autonomiste ou non régionaliste.

On n’est pas breton mais on vit en Bretagne parce que l’on y est bien.

On vit là parce que nous sommes en  « équilibre de vie » et que nous sentons l’avenir de nos enfants sécurisé par la dynamique générale de la Province.

On est « Provincial » parce que c’est « un état d’être » passionnant, où la vie a encore un sens.

On est donc provincial de racine ou d’adoption, de coeur ou de raison.

On est donc Breton,ici ,"chez nous"

C’est un libre choix.

Il en va de même pour les autres provinces, ceci est

l'évidence d’une dynamique de progrès et de devenir.

On est provincial et non régional.

Ce brassage de racines, d’aspirations, de satisfactions et de désirs à construire sa vie est fondamental et donne toute la puissance des aspirations qui font l’identité première des provinces.

L’être humain recherche toujours une sécurité d’équilibre dans une sphère de passé, de présent et d’avenir."

Voilà un peu de mes convictions!

eugène Le Tollec
Mardi 15 janvier 2013

Dernière réflexion

Sur la Bretagne dans "l'état d'être"

Ceci est l’ « état d’être d’un fait » qu’il soit breton, occitan, basque, picard, bourguignon, etc.

Cela permet de comprendre que l’on peut être « Provincial» sans être né et explique les préférences d ’équilibre de vie que choisit un individu et la fidélité à ce nouvel enracinement de culture, bien sûre la référence aux racines est évidente pour la plupart, mais dans la modernité actuelle, cette attitude peut être dépassée par fait « d’ouverture », car nous devons intégrer les nouveaux désirs des individus qui trouvent leur équilibre dans la province choisie et dans ce cas , il y a adoption et intégration librement consenties de tout une globalité de développement.

L’étude des diverses réflexions régionalistes, nationalistes, autonomistes sinon indépendantistes nous montrent une constante d’aspiration et une définition commune du concept « Nation » en somme de communautés de culture au lieu d’être l’émanation d’une volonté générale.

Communauté de culture acquise, originelle ou adoptée librement,

Communauté enrichissante d’humanité et d’ouverture.

Communauté ayant un sens de vie commun, fait de nouvelles plénitudes.

Communauté demandant la reconnaissance de la diversité.

2.6.8 Province - Citoyenneté et Patrimoine

Nous maintenons que la  Province est un concept d’équilibre de la personne et que cette tranquillité

de référence identitaire et de culture est la naissance de toutes les ambitions de progrès individuelles et collectifs modernes.

Quelques définitions

Patrimoine

Le petit « Larousse »

« Bien, héritage commun d’une collectivité, d’un groupe humain ».

C’est aussi la valeur générale de « ce qui est transmis à une collectivité par les ancêtres, ou par les générations précédentes ». De limité au patrimoine national la notion s’est étendue (biologie, économie, etc).

Actuellement c’est l’ensemble des biens matériels et immatériels hérités par une communauté.

La référence au terme immatériel permet d’inclure dans le Patrimoine les notions de citoyenneté, de culture, de diversité d’appartenance à un concept de communauté dont celle de « Provincialité ».

Patrimoine et citoyenneté sont intimement liés en termes de reconnaissance, de racine, d’évolution et de qualité des legs que nous avons eu et que nous ferons.

Cette adéquation est l’élément majeur du « fait d’être ».

Citoyenneté.

La citoyenneté (nous citons quelques définitions retenues au hasard).

1 - La citoyenneté est un lien d’allégeance qui rattache le citoyen à un Etat. Elle inclue des droits et des devoirs.

2 - En France, la Citoyenneté est une catégorie juridico- politique qui confère des droits et des obligations aux individus.

Mais la définition officielle s’élargit de plus en plus et se complète depuis les années 1970, d’importants débats remettent en cause la définition originelle.

L’apparition des demandes multiples de reconnaissance culturelle, des diversités provinciales, de l’intégration à l’Europe, oblige à un nouveau concept moderne.

A tel point que,

M. T.H Marshall (citizenship and Social Class) propose une extension progressive de la définition de la citoyenneté :

Du droit civil, l’élargissement s’effectue sur les droits politiques, puis sur les droits sociaux et enfin sur une réflexion de prise en compte des droits culturels.

D’où un développement puissant des notions de droits et de Devoirs tant provinciaux que nationaux.

Cette dernière approche d’une reconnaissance culturelle est fondamentale car elle va permettre de mettre en évidence les diversités provinciales et particularisme des « nations premières » formant l’unité de la France Républicaine en battant en brèche la définition restrictive issue de la Révolution.

Cette évolution implique aussi, en parallèle, une nouvelle dimension du concept « Patrimoine » qui peut être défini comme une sphère de mémoire, de matérialité mais surtout d’immatérialité.

Le patrimoine devient ainsi une totalité infinie d’imprégnations historiques que nous lègue notre passé.

Il y a donc plusieurs couches d’imprégnation et de legs, selon que l’on se place au niveau des origines, de la vie ou de la « cité » (Paroisse- Commune - Pays - Département - Province - Nations élémentaires ou collectives - Etat).

Dans ces contextes, il faut donc parler de Patrimoine et de Citoyenneté provinciale inaliénable

Cette évidence complète et enrichit une nouvelle définition de « l’état d’être Français* » et de Nation Française où nos Provinces appartiennent à et font la République.

*(Je rajoute d'identité bretonne)

Certains ont dit que la citoyenneté est la conscience d’appartenir à la république et que le Patrimoine rappelle, symbolise, organise la citoyenneté (M. Robert Badinter) soit, mais le fait d’immatérialité doit faire admette à l’Etat républicain, l’existence d’une citoyenneté issue de nos racines respectives et que la citoyenneté Française n’est que la somme des éléments qui la composent.

La Révolution a inventé et construit une citoyenneté et une identité républicaine sur de nobles principes et vertus nécessaire à l’unité vitale et à la force d’un nouvel état qui se mettait en place dans l’adversité de l’époque.

Mais, cette citoyenneté d’aujourd’hui n’est plus celle de 1789, elle n’est pas non plus celle d’un Gambetta, d’un Balzac, d’un Victor Hugo, d’un Michelet niant les Provincialités, elle est moderne et « Marshallienne », car elle est la plus apte à la reconnaissance des diversités provinciales et à la réflexion d’un fédéralisme de Provinces et surtout d’intégration culturel à l’Europe.

Il n’y aura pas d’unicité, d’uniformité, de moule commun dans ce troisième millénaire, l’immense travail de la République impersonnelle a atteint ses limites restrictives.

(Je rajoute ,nous retrouverons notre personalité)

L’unité va se retrouver sur une autre forme de pensée plus ouverte

Il y a les « Provinces diversifiées » rassemblées en un patrimoine qui a fait et fera encore la France où on ne devra jamais oublier le principe d’appartenance  «  catalyseur d’une mémoire collective ».

Le Provincial est copropriétaire de son espace culturel « élément immatériel de sa citoyenneté donc de son patrimoine ».

La province représente le patrimoine présent, vivant et d’avenir de nos racines, sans province il n’y aurait pas eu de culture ni de patrimoine «  Français ». Il n’y aurait pas eu de France.

"Le Breton moderne prend toute sa puissance dans ce type de réflexion!"

Pierre CAMARET
Mardi 15 janvier 2013

On batit son avenir , les pieds dans son passe (ou quelque chose comme cela) , disait MAO TSE TUNG.

Les "ËCHOS "aujourdhui :Traffic record pour l'Aeroport de Nantes en 2012......... ce qui apporterait une justification a NDDL .

Augmentation prevue , encore en 2013 ... 3%

eugène Le Tollec
Mercredi 16 janvier 2013

Pierre CAMARET

Barre, Raymond 1924- -> Biographie France

Un avenir, cela se façonne, un avenir cela se veut

salutations

elt

Pierre CAMARET
Mercredi 16 janvier 2013

C'est exact pour un peuple et pour un homme .

J'ai un cas personnel , j'attends une reponse positive sur ce que j'ai entrepris ( a 82 ans et demi ) et je veux cette reponse positive .

Yann Le Bleiz
Mercredi 16 janvier 2013

@ Eugène Le Tollec,

Je vous remercie de confirmer la vision que j'ai de vous : "Une personne qui s'octroie de droits d'une pensée supérieure à ceux qu'ils appellent les C..., autrement dit, tous les autres...!"

J'espère ne jamais finir aigri comme vous!

Aigri et bourré de théorie, mais avec un beau zéro pour le résultat pratique!

A l'Article :"Les Bretons sont-ils des lapins crétins?"

Votre réponse hautement intellecturelle : "Oui,des lapins de Panurge!"

Tristesse!

Je vous salue Monsieur!

J. C. Richard
Jeudi 17 janvier 2013

Il serait bon que certains identitaires bretons cessent de s\\\'imaginer un peu vite que l\\\'ensemble de l\\\'emsav les soutient : c\\\'est loin, très loin d\\\'être le cas. L\\\'intérêt général doit l\\\'emporter sur l\\\'intérêt catégoriel de quelques particuliers qui ont su ratisser large dans la dernière ligne droite alors que durant quarante années, l\\\'ensemble de la population bretonne n\\\'avait guère sentit le moindre frémissement d\\\'opposition à ce projet, tout le monde s\\\'en battait les roubignolles de ce futur aéroport. La population nantaise l\\\'a, quant à elle, toujours vu plutôt d\\\'un bon oeil et, il me semble, continue très majoritairement à le souhaiter (comme le reste de la Bretagne ?). Un référendum arriverait-il à clôre ce débat de sourds ? J\\\'en doute, tant il s\\\'est déporté sur un tout autre terrain. J\\\'ai été de tous les combats écolos de ces trente dernières années en Bzh et celui-ci n\\\'est assurément pas le mien. J\\\'espère surtout,et par dessus tout (!!!!!), que notre belle jeunesse fougueuse sera aussi prompte à réagir aux 40 milliards chiffrés du scandale annoncé de l\\\'état français pour les années (et déjà les mois) à venir, à savoir le projet insupportable et inadmissible du \\\"Grand Paris\\\"... Irez-vous ce jour-là, amis \\\"écologistes\\\", pogne dans la pogne avec le sympathique et très tolérant Mélenchon combattre l\\\'infâme grand capital? La décroissance ne serait-elle donc valable que pour les pauvres provinciaux ignares que nous sommes ? Paris est intouchable amis rebelles, et c\\\'est tout là le problème, vous vous trompez de cible...

eugène Le Tollec
Jeudi 17 janvier 2013

Yann Le Bleiz

Alors "yann".....de plume!et peanut de surcroit!

eugène Le Tollec
Jeudi 17 janvier 2013

J. C. Richard

OK,

Pour l'instant Paris est intouchable (centralisme de toutes élites,de toutes décisions,de toutes structures ,de tout jacobinisme et Paris continuera à "saigner" la Province!

Peuple provincial

,sommes nous condamne "à la désespérance" dans nos "devenirs"?

SPERED DIEUB
Jeudi 17 janvier 2013

Voici un lien pour l'alliance fédéraliste au cas ou elle n'aurait pas connaissance de cette revue

(voir le site)

Pierre CAMARET
Vendredi 18 janvier 2013

ELT,

sommes nous condamne "a la desesperances"dans nos "devenirs".

Excellente formule . Je la retiens .

Amicalement

eugène Le Tollec
Vendredi 18 janvier 2013

Pierre CAMARET

hélas oui,je ne vois aucun sursaut ni à droite ,ni à gauche,ni au centre ,dans l'espace français.

Faut-il parler de l'espace breton?

Dans un aspect plus général,l'imprégnation des peuples par les idées révolutionnaires est et a été si intense que je ne vois pas la fin de ces relents philosophiques issus d'une des plus belles pensée de l'homme "l'invention de l'humanisme". Ce principe philosophique a été vicié ,déformé à des fins de domination par la pensée révolutionaire qui s'est cachée derrière la beauté intellectuelle pour mieux asservir les peuples ( voir tout ce qui est sorti de "mauvais" de notre révolution,depuis 150 ans.

Pour la France ,nous avons hérité du centralisme porté au maximum dde ses possibilités et dans son enfantement ,un jacobinisme d'état et de structure.

D'où,ma question sur notre désespérance!

Qui actuellement prend une autre tournure ,celle de voir toute une culture occidentale (chrétienne ,judeo chrétienne ,gréco - romano chrétienne) disparaitre dans les nouveaux assauts de l'Islam( nous allons repartir vers les luttes séculaires des religions)

Faut-il se replonger sur les grands mouvements religieux...

Ma Désespérance bretonne :

Est ce qu'un état de "défiance/méfiance" de l'état français envers la Bretagne pourra être ,un jour effacé,j'en doute car là on est dans l'analyse d'un rapport de force de "nature" Dominant /Dominé et ce rapport est dans nos gènes et dans celui de l'état français!.

J'ai dit à certains responsables de la cause bretonne,nous avons le droit de vote ,alors servons nous en et votons Breton,que Breton,mais non ce sera toujours et toujours les partis nationaux(voilà une désespérance).

Ce que l'état révolutionnaire n'a pas osé faire ,un état français républicain à l'agonie a osé le faire,il y a 71 ans.

Et nous courons après notre passé !!! et nous mettons les mêmes "au pouvoir".

J'ai dit ,un jour

Nous mettons "à la décision d'état" que ceux qui nous ressemblent (autre désespérance).

Amitiés neigeuses de Bretagne

Pierre CAMARET
Vendredi 18 janvier 2013

Pendant ce temps la , les bretons s'én vont.

Avant hier ma fille a Sydney a dejeune avec un couple de jeunes bretons , bretonnants ( la trentaine)venant du Finistere ( Bestre ) Les deux avaient une situation en Bretagne . Ils ont tout laisse pour venir en Australie :Visa d'Un an , trouver un Job et y rester . Ce couple disait a ma fille , beaucoup de jeunes bretons cherchent a partir : Australie / Canada etc....

Donc le probleme risque d'etre resolu par le vide . Le dernier qui part , etaient la lumiere .

pierre landais
Samedi 19 janvier 2013

Cécile Dufflot ,écologiste en BZH ,ministre à Paris et pour le projet de grand Paris ..3O milliards d'euros ,pour conséquence ,destructions du peu d'espace vert qui reste, des milliards d'heures de travail perdu dans les bouchons,la flambées du metre carré habitables, des problemes d'énergie ,des problemes sociaux ect .Un centralisme d'un autre temps et révolu .Oui l'AFB/EKB

a raison .Comment faire pour rejoindre ce parti ?

eugène Le Tollec
Mercredi 27 fevrier 2013

pierre landais

Oui ,une seule façon ,commencer par raisonner ,fonctions régalienes et fonctions de subsidiarité et vous allez peu à peu glisser dans les concepts de fédéralisme (qui peu mieux que soi même se gérer? t

Vedan Kermarec
Jeudi 2 mai 2013

La gestion des eaux a été plus que catastrophique en Bretagne, il n\'est pas utile d\'aggraver notre cas en posant une verrue sur une zone humide, située à la tête de 2 Bassins versants : Vilaine & Erdre.

Le bocage landais est préservé depuis très longtemps, bien avant le remembrement, il est donc un des meilleurs éco-musée-rural de notre si belle Bretagne. De plus il a un rôle hydrologique primordial sur la répartition des surplus d\'eau entre 2 départements. Le Canal de Nantes à Brest est aussi très proche du site et risque de voir son débit et sa hauteur modifiées. Donc de très gros travaux de destructions en prévision pour nos élus. S\'ils y arrivent, ensuite, rien ne les empêchera de ressortir un projet de centrale nucléaire à Plogoff, mis à la mode EPR, même 50 après..! Rappelez-moi la différence entre le Grand-Ouest et la Bretagne ?

guy.gilet
Vendredi 13 decembre 2013

Le transfert de l'aéroport actuel proche de la ville de Nantes et du littoral atlantique vers NDDL doit-il profiter aux sociétés de "btp" et immobilières ou à la majorité des Bretons qui ne prennent l'avion ... ... qu'en photo !

Écrire un commentaire :

Bien cliquer sur le bouton JE SUIS PAS UN ROBOT. Le trolling est interdit ainsi que les attaques personnelles ou tout ce qui est contraire aux lois en vigueur !

Publicités et partenariat

pub