Et si Nantes était bretonne ???

Publié le 16/07/10 11:31, dans par Anne-Edith Poilvet pour Armor Magazine

Et si Nantes était bretonne ? La question est volontairement provocatrice. Pour l'historien Philippe Tourault , " Nantes bretonne est une réalité historique. Elle l'a été pendant pratiquement toute la période 851-1941, année où Pétain a placé la Loire Inférieure dans la Région Pays de la Loire. " C'était en 19... 41. Hier. La question maintenant est de savoir si l'on prend en compte plus de 10 siècles d'histoire ou juste les 65 dernières années ?

" Et si Nantes était bretonne ? ", s'étonne Paul Loret, le président de Bretagne Réunie. " Si la Loire-Atlantique réintégrait officiellement sa région, on réparerait une erreur historique. " Jean Raynaudon, président de l'Association culturelle bretonne dit ne pas se poser la question. " Nous demandons simplement que la structure administrative soit conforme aux réalités historiques, culturelles et économiques. " Une évidence aussi pour Jean-Louis Jossic quand il s'exprime comme " citoyen breton et chanteur de Tri Yann. Mais la question plus pertinente serait : les Nantais sont-ils Bretons ? " Hubert de Boisredon, Pdg de la société Armor a sa conviction : " Les Nantais, même ceux qui ne veulent pas se reconnaître Bretons, le sont au fond d'eux-mêmes. Moi, je me sens breton. "

Mais redonnons la parole au citoyen Jossic. " Morvan Lebesque disait : "On ne naît pas Breton on le devient." Nous, Tri Yann, avons un titre où nous disons : "À cette heure, des enfants naissent en Bretagne. À chacun, l'âge venu, la découverte ou l'ignorance." Le militantisme doit exposer la Bretagne aux yeux et au cœur des Nantais pour les conduire à l'envie de se revendiquer breton. Il faut réclamer cette Bretagne humaine et du cœur et nous, militants, devons convaincre. L'essentiel ne se résume pas en une révision de la limite des frontières : il faut aller plus loin. Bien sûr, je ne perds pas de vue qu'administrativement, aujourd'hui nous ne sommes pas dans la même région. " Jean-Louis Jossic est aussi l'adjoint à la Culture du député maire de Nantes Jean-Marc Ayrault, que l'on sait hostile à la réunification. " Je soutiens à fond la volonté de la municipalité de Jean-Marc Ayrault, à laquelle j'appartiens, d'intensifier les relations entre Nantes et Rennes. C'est une préoccupation politique. Nous travaillons ensemble sur l'opéra, sur une exposition d'artistes nantais à Rennes et rennais à Nantes. D'autres coopérations existent entre le département de Loire-Atlantique et la Région Bretagne. C'est une façon de préparer les choses. Mais dites-moi qui, aujourd'hui, fait le forcing pour organiser un référendum sur la réunification ? " Et le citoyen reprend le dessus. " Je suis né dans un quartier, celui de Sainte-Anne, qui constituait une vraie communauté humaine. Mais j'appartiens aussi à une ville, Nantes, et à une Région, la Bretagne. Toutes ces identités s'ajoutent. "

Marie-Hélène Jouzeau, à la tête de la direction Patrimoine et Archéologie, travaille sur l'identité de la ville. Ou plutôt les identités " parce qu'à Nantes, elles sont fortes et multiples. La ville ne se saisit pas en une photo générale, elle est en petites touches, donc complexe. Une mosaïque de confluences, industrielle, portuaire, maritime, de la Loire, bretonne. Cette dernière composante est primordiale parce qu'il s'agit d'une dimension historique. C'est une ville bretonne de la Loire. "

Philippe Thourault va plus loin : " Que l'on mette Nantes en Bretagne ou en Pays de la Loire, il faut aujourd'hui se placer dans un cadre européen et mondial car pour peser, cinq départements ne suffiront pas. Je prône une ouverture, des échanges économiques et culturels entre la Bretagne et le grand ouest afin de constituer un ensemble interrégional. Une région ne doit pas être repliée sur elle-même mais ouverte et dynamique. Une Bretagne autonome intégrée dans un plus grand ensemble m'irait bien. " Pour Jean Raynaudon, " nous avons trop souffert d'une volonté d'ouverture en oubliant nos racines. Au château des Ducs de Bretagne, on a généralisé des animations tournées vers les cultures du monde, laissant de côté la culture bretonne. Elle y retrouve une place, grâce à Jean-Louis Jossic. Manifestons notre culture et nous serons mieux armés pour nous ouvrir aux autres. Les panneaux bilingues Nantes/Naoned à l'entrée de la ville dépassent le simple symbole. " Dans le même ordre d'idée, Paul Loret rappelle que " les armoiries de Nantes ont toujours eu des hermines : celles-ci ont disparu lorsque les logos sont apparus. Pour certains, c'est du détail : mais très significatif, car lorsque l'on veut conserver une identité, on commence par en garder les identifiants. "

Voir aussi : Conférence "Anne de Bretagne" par Philippe Tourault au château des ducs de Bretagne le 9 avril par Nantes Multimédia

Certains affichent clairement leur position. À la Cigale, célèbre brasserie nantaise, par exemple, la présentation du kouign amann donnée sur sa carte est explicite : " Véritable plaisir préparé dans la plus pure tradition bretonne. Il est servi avec une délicieuse crème de caramel maison au sel de Guérande. Qui osera dire maintenant que Nantes n'est pas en Bretagne ! "

article publié dans armor magazine

mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer
Cet article a été lu par 2755 personnes et fait l'objet de likes, commentaires et partages sur Facebook

Auteur de l'article :

Armor Magazine

Magazine indépendant crée par Yann Poilvet en 1969, armor est diffusé depuis plus de 40 ans dans les cinq départements bretons. Dans un constant souci d'objectivité, ce mensuel généraliste donne la parole aux femmes et aux hommes qui font l'Armorique d'aujourd'hui avec la volonté d'affirmer une identité bretonne forte. Direction, rédaction, administration, publicité 7, rue St-Jacques - B.P. 90206 - 22402 Lamballe Cedex. Tél. 02 96 31 20 37 / Fax: 02 96 31 22 12 Courriel: contact(AT)armor-magazine.com

Vos commentaires :

Rafig Gwinez
Mardi 31 aout 2010

Nantes est toujours en Bretagne, l'autre territoire n'est qu'une Région administrative mal taillée qui à la prétention de "Bretagne". Nantes est bretonne que les nantais ont ce sentiment ou pas. Est-ce que les rennais se sentent bretons quand ils disent "aller en Week end en Bretagne". Il serait préférable que Jean-Louis Jozic ne se contente que de chanter et de ne plus servir la soupe à son maire qui est un anti-breton notoire et qui a tout fait pour empêcher la légitime réunification depuis 20 ans !

La Réunification est un droit démocratique, toutes "négociations" ou "tergiversations" est une renonciation face à l'histoire. Le 44 n'a pas vocation à demeurer dans la "région de la honte" (PDL)!

Jean-Christophe C
Mardi 31 aout 2010

Pénible ces pseudo débats sur la "bretonnité" de Nantes. Nantes est en Bretagne un point c'est tout, même si l'état pour de tristes raisons souhaite que ce département soit gérer par une autre région adminstrative.

Et que l'on arrête de nous parler d'ouverture nécessaire du fait de la construction européenne pour nous vendre un grand ouest. Cela, c'est encore de la "soupe jacobine" destinée à continuer à culpabiliser les Bretons. Est-ce que Malte, le Luxembourg, l'Irlande, la Slovénie, l'Estonie, le Pays de Galles, etc, sont trop petits pour l'Europe???

Personnellement je pense que la Bretagne a autant la capacité à réussir que ces pays et régions qui sont tous plus petits qu'elle et qui réussissent très bien sans les jacobins mais avec les européens!

Écrire un commentaire :

Bien cliquer sur le bouton JE SUIS PAS UN ROBOT. Le trolling est interdit ainsi que les attaques personnelles ou tout ce qui est contraire aux lois en vigueur !

Publicités et partenariat

pub
pub